Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Relations

Numéro 757, juin 2012, p. 24-25

L’eau du Québec entre nos mains

Direction : Élisabeth Garant (directrice)

Rédaction : Jean-Claude Ravet (rédacteur en chef), Catherine Caron (rédactrice en chef adjointe) et Amélie Descheneau-Guay (secrétaire de rédaction)

Éditeur : Centre justice et foi

ISSN : 0034-3781 (imprimé)  1929-3097 (numérique)

rel049
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Vagues de luttes citoyennes pour l’eau

Édith Lacroix

Céline Masse

Résumé | Extrait

art13 Les auteures sont membres de la Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau – Eau Secours! L’issue des luttes citoyennes pour l’eau réside souvent dans la volonté des différents acteurs impliqués de mettre de côté leurs intérêts parfois partisans, souvent corporatifs, au profit d’un réel engagement pour le bien commun. juin 2012 relations Vagues de luttes citoyennes pour l’eau Les citoyens se mobilisent avec des groupes sociaux et écologistes pour protéger l’eau en tant que bien commun au Québec. Une force de solidarité qui fait barrage aux requins qui menacent notre eau! Édith Lacroix et Céline Masse L’or bleu du Québec n’échappe pas à la convoitise humaine, laquelle menace sa qualité et sa quantité. Heureusement, les citoyens s’informent et se mobilisent pour maintenir une pression sur les élus et protéger l’eau des compagnies et des investisseurs avides d’en tirer profit. Un flambeau qui n’est pas prêt de s’éteindre! Retour en arrière, dans les années 1960. Alors que la conscience environnementale en est à ses balbutiements, une compagnie utilise une carrière de la ville de Mercier pour y déverser des déchets nocifs. Sur le site, quelques étendues d’eau se transforment vite en étangs toxiques : c’est la catastrophe écologique des lagunes de Mercier. Les victimes immédiates de la contamination s’organisent alors dans l’un des premiers mouvements citoyens et environnementaux du Québec pour revendiquer le plus urgent : un accès municipal à l’eau potable. Quarante ans après cette catastrophe toujours en suspens, plusieurs luttes citoyennes relatives à l’eau ont vu le jour. En voici un bref survol. Adoptez une rivière Une des preuves les plus éloquentes du pouvoir rassembleur de l’eau a été la campagne « Adoptez une rivière », organisée par la Coalition Eau Secours! et active de juin 2001 à décembre 2002. Citoyens, personnalités et groupes québécois se sont mobilisés pour protester contre l’édification de petites centrales...

Auteurs : Édith Lacroix et Céline Masse
Titre : Vagues de luttes citoyennes pour l’eau
Revue : Relations, Numéro 757, juin 2012, p. 24-25
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66550ac

Tous droits réservés © Relations, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014