Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 279, juillet-août 2012, p. 57

Christopher Nolan

Sous la direction de Sylvain Lavallée

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

La peur de vieillirTomboy — France 2011, 82 minutes

Jérôme Delgado

Résumé | Extrait

Tomboy La peur de vieillir Présenté en compétition lors du Festival nouveau cinéma 2011, Tomboy, deuxième réalisation de Céline Schiamma (Naissance des pieuvres), aborde la prépuberté avec sobriété, à travers les questions identitaires. Jérôme Delgado Changer de maison, c’est un peu changer de peau. À dix ans, Laure n’en est pas à ce genre de radicalisme. Le déménagement lui donnera l’occasion néanmoins de se dédoubler. Fille en famille, garçon avec les copains. Son look, cheveux courts et vêtements masculins, demeure le même. Laure devient Michaël dès sa première sortie dans le voisinage. Un joli quiproquo, amenée par une question de circonstance (« tu es nouveau ici ? ») met les choses en place et pousse la fillette dans le rôle qu’elle espérait jouer, sans y songer vraiment. En s’improvisant Michaël, elle saute dans un univers de codes qu’elle apprivoisera un à un. Le spectateur, en droit jusque-là de douter de son identité sexuelle, devient le seul témoin et complice de sa fourberie. Le hasard a voulu que Tomboy soit arrivé sur nos écrans juste après le très médiatisé Laurence Anyways. Le sujet du travestissement, la jeune réalisatrice Céline Sciamma, ne l’a pas pour autant volé. Film très personnel, en retenue et en concision, loin de l’exaltation formelle d’autres cinémas, Tomboy mélange prépuberté et travestissement en toute simplicité. La réalisation est sans fioritures. Des plans rapprochés, sur les mains et les pieds, par exemple, révèlent leur part d’ambivalence, l’idée d’une identité ouverte. L’absence de musique, excepté pour une scène, accompagne cette disposition à ne pas s’épancher. Le choix pour une maman enceinte vient souligner l’état d’esprit du personnage principal, pris entre l’angoisse de sa propre transformation corporelle et le désir de fuir sa féminité. Quitter l’enfance est un changement qui la trouble. Le travestissement de Tomboy n’est pas celui de Xavier Dolan. Tomboy serait plus près d’un Tootsie (Sidney Pollack, 1982) ou d’un...

Auteur : Jérôme Delgado
Titre : La peur de vieillir
Ouvrage recensé : Tomboy — France 2011, 82 minutes
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 279, juillet-août 2012, p. 57
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66983ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014