Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 279, juillet-août 2012, p. 60-63

Christopher Nolan

Sous la direction de Sylvain Lavallée

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Vues d’ensemble

Résumé | Extrait

The Avengers Pour avoir su réunir sur le même écran la crème de l’écurie Marvel, Joss Whedon a gagné le respect éternel des fans de comic books, mais également celui des béotiens souvent largués dans l’univers très codifié des surhommes en collants. Il y avait pourtant de quoi s’y perdre : pour contrer le démoniaque Loki (Tom Hiddleston) et ses plans de destruction de la planète impliquant un cube cosmique, Nick Fury (Samuel L. Jackson), directeur de l’agence gouvernementale de maintien de la paix S.H.I.E.L.D. passe outre les ordres de ses supérieurs en appelant à la rescousse des superhéros indépendants aussi brillants qu’incontrôlables. Voici comment l’égocentrique Iron Man (le cabotin Robert Downey Jr), le méfiant Hulk (fantastique Mark Ruffalo), le bien-pensant Captain America (Chris Evans), le très bourrin Thor (monolithique Chris Hemsworth), l’insondable Hawkeye (Jeremy Renner) et l’envoûtante Black Widow (Scarlett Johansson) tentent d’accorder leurs techniques pour le bien de l’humanité. Venu du scénario télé (Buffy The Vampire Slayer), Joss Whedon orchestre avec maestria ce qui aurait pu tourner à l’overdose de pop culture grâce à un scénario intriguant et à un découpage impeccable, alternant séquences spectaculaires et épisodes légers. Les dialogues sont ciselés et souvent très drôles — en particulier ceux d’Iron Man, qui s’attribue les meilleures répliques. Les interventions de chaque personnage sont équitablement chorégraphiées, avec l’excellent Mark Ruffalo en cerise sur le gâteau. Son interprétation tourmentée du Dr Bruce Banner (scientifique de génie que les sensations fortes transforment en géant en vert) contribue à combler la seule faille de ce film au casting cinq étoiles : le manque d’épaisseur psychologique et donc, d’émotions. Zack Snyder avait pourtant prouvé avec Watchmen (2009) qu’il est possible d’étoffer ces films de genre d’une dimension tragique surprenante. Whedon s’y essaye tout de même par petites touches. Avec Hulk, donc, mais...

Titre : Vues d’ensemble
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 279, juillet-août 2012, p. 60-63
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66985ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014