Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 280, septembre-octobre 2012, p. 8

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Seattle International Film FestivalPortraits de l’Amérique

Pascal Grenier

Résumé | Extrait

Seattle International Film Festival Portraits de l'Amérique Pour sa 16e édition, le festival Fantasia offrait un nombre record de 160 longs métrages en plus des nombreux courts métrages et de la centaine d’invités de partout dans le monde. Une programmation somme toute très éclectique mais inégale, qui confirme toutefois la place imprenable qu’occupe Fantasia en tant que leader du cinéma de genre à travers l’Amérique. Pascal Grenier Invité comme membre du jury de la FIPRESCI (Fédération internationale de la presse cinématographique), j’étais de passage au festival pour quelques jours seulement. La section New American regroupait onze premiers films de jeunes réalisateurs américains. Bien entendu, comme c’est souvent le cas pour des premières oeuvres, la majorité de ces films comportent des failles, sont souvent imparfaits. Un prix prestigieux comme celui de la FIPRESCI a pour but principal d’aider ces films à trouver preneur et à ainsi obtenir une meilleure distribution sur le plan national et international. De loin le film le plus intéressant de la compétition, Welcome to Pine Hill de Keith Miller raconte le calvaire que doit endurer un ex-revendeur de drogue qui s’est recyclé dans le domaine des assurances automobile lorsqu’il apprend qu’il est atteint d’une rare forme de cancer à l’estomac. Malgré une intrigue assez mince et une facture très modeste (caméra à l’épaule, style proche du cinéma-vérité semi-improvisé), Miller dresse un portrait lucide et racial de l’Amérique d’aujourd’hui avec ce drame fort touchant qui évite le pathos. Dans le rôle principal, un homme esseulé menacé par la damnation, l’imposant comédien non professionnel afro-américain Shannon Harper est étonnant. Avec Eden, la réalisatrice Megan Griffiths s’inspire d’un fait divers qui a secoué l’État du Nevada il y a quelques années. Ce drame raconte le destin d’une jeune Asiatique de la région qui est kidnappée et forcée à se soumettre à la prostitution et au trafic humain mené par un...

Auteur : Pascal Grenier
Titre : Seattle International Film Festival : portraits de l’Amérique
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 280, septembre-octobre 2012, p. 8
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67381ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014