Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 280, septembre-octobre 2012, p. 18

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

De la procréation à la créationAnna Lupien, De la cuisine au studio, Montréal : Éditions du remue-ménage, 2012, 206 pages

Pierre-Alexandre Fradet

Résumé | Extrait

Évoluer dans l’univers intime, en effet, n’est-ce pas une manière de faire communauté en tissant des liens étroits avec un nombre réduit d’individus, plutôt que d’engager une relation superficielle avec tout un chacun ? PANORAMIQUE | Scripts De la cuisine au studio De la procréation à la création À l’heure où les femmes ne forment encore qu’une minuscule fraction des réalisateurs et où la diffusion internationale de leurs oeuvres demeure on ne peut plus malaisée, Anna Lupien donne voix à des modèles féminins issus de trois générations : des signataires du Refus global, des cinéastes affiliées au Studio D et à la série En tant que femmes, et des artistes associées au Studio XX. Au total, le lecteur a droit aux témoignages de douze femmes, dont l’expérience exprime la possibilité et le devoir d’ébranler artistiquement l’ordre patriarcal. Pierre-Alexandre Fradet Madeleine Arbour, Christine Brault, Mireille Dansereau, Dorothy Todd Hénaut, Stéphanie Lagueux, Bérengère Marin-Dubuard, Helena Martin Franco, Terre Nash, Anne-Claire Poirier, Françoise Riopelle, Bonnie Sherr Klein et Françoise Sullivan : chacune à leur façon, ces créatrices ont « pratiqué des brèches dans l’ordre des choses, marqué nos imaginaires et semé des idées pour la suite du monde » (p. 180). Quel usage Lupien fait-elle des témoignages de ces artistes ? Au lieu de les étouffer dans un amoncellement d’abstractions, elle crée une véritable interaction entre eux et la théorie. C’est que l’auteure « envisag[e] [s]a démarche de recherche comme un processus dynamique où les outils méthodologiques servent la réflexion sans la dominer » (p. 38). Son approche est constructiviste plutôt que naturaliste ou essentialiste : elle « permet de comprendre la position particulière des femmes dans le monde de l’art sans pour autant rejeter toute idée de spécificité » (p. 168). Cette spécificité vient notamment de la grossesse, de la maternité et du réseau d’attentes qui pèsent sur la condition féminine. Des études...

Auteur : Pierre-Alexandre Fradet
Titre : De la procréation à la création
Ouvrage recensé : Anna Lupien, De la cuisine au studio, Montréal : Éditions du remue-ménage, 2012, 206 pages
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 280, septembre-octobre 2012, p. 18
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67387ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014