Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 280, septembre-octobre 2012, p. 42-43

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Beasts of the Southern WildUn bric-à-brac miraculeuxLes bêtes du sud sauvage — États-Unis 2012, 1 h 33

Sylvain Lavallée

Résumé | Extrait

art23 Sylvain Lavallée Gagnant au dernier Festival de Cannes de la Caméra d’or (pour récompenser le meilleur premier film), Beasts of the Southern Wild a aussi été primé à Sundance (Grand Prix du jury), et justement, Zeitlin ne se tient pas si loin du type de cinéma associé à ce festival américain. En fait, il se situe quelque part entre ses deux représentants les plus caractéristiques, entre le regard documentaire sur une réalité sociale miséreuse et cette esthétique plus éclatée, qui se veut joyeusement poétique, représentant des personnages légèrement marginaux qu’il faut apprendre à aimer, mais alors qu’en général ce cinéma « à la Sundance » s’attarde à la marginalité pour la normaliser et servir un propos bien-pensant sur l’acceptation de la différence, Beasts of the Southern Wild évite cette formule artificielle en n’essayant ni d’effacer la différence afin de la rendre sympathique, ni de l’adoucir par des décalages qui relèvent plus de la curiosité amusée que d’un réel intérêt humain. Zeitlin ne fait pas de la marginalité le sujet de son oeuvre, il nous plonge au coeur de celle-ci sans relever ce qui constitue cette différence; Hushpuppy et son père font partie du même monde que Zeitlin, ce dernier ne cherche pas à combler un écart qui pour lui n’existe pas, d’où une démarche à contre-courant de ses collègues de Sundance. De plus, l’éclatement et la récupération sont le moteur même de son oeuvre : Beasts of the Southern Wild est un beau bric-à-brac fabriqué avec les moyens du bord, prenant comme matériel de base autant des textes fondateurs de la mythologie américaine (Mark Twain), des références obliques à des événements récents (l’ouragan Katrina) et aussi ces multiples influences cinématographiques et littéraires, typiquement américaines, le cinéaste utilisant ces matériaux récupérés comme ses personnages vivent au travers des déchets, dans cet entre-deux insolite entre ferraille et nature. Des personnages isolés sur leur île coupée du monde par une...

Auteur : Sylvain Lavallée
Titre : Beasts of the Southern Wild : un bric-à-brac miraculeux
Ouvrage recensé : Les bêtes du sud sauvage — États-Unis 2012, 1 h 33
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 280, septembre-octobre 2012, p. 42-43
URI : http://id.erudit.org/iderudit/67399ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014