Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 277, mars-avril 2012, p. 4-5

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Article

Festival international du film de BerlinChangements de perspective

Anne-Christine Loranger

Résumé | Extrait

Festival international du film de Berlin Changements de perspective Premier festival de catégorie A de l’année, la Berlinale est aussi le plus important en termes de quantité, voire de contenu. Par son histoire et sa géographie vouée au film politique, la Berlinale fait généralement la part belle aux films engagés. Les nouvelles technologies numériques couplées aux récentes mutations politiques à travers le monde arabe ont formé cette année la trame de sélections explorant ces changements de perspective. Anne-Christine Loranger Un an jour pour jour après la destitution du président Moubarak, la compétition officielle présidée par Mike Leigh s’est ouverte avec Les Adieux à la reine du Français Benoît Jacquot, tiré du roman de Chantal Thomas (prix Fémina 2002), mettant en scène Diane Kruger dans le rôle de Marie-Antoinette et la jeune Léa Seydoux dans celui de sa lectrice. Après Sade (2000), et Adolphe (2002), Jacquot s’est attaqué à un autre basculement de l’Histoire, ces trois jours à Versailles suivant la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, du point de vue des serviteurs. Les histoires obliques de rois et de reines se poursuivent avec En Kongelig Affaere (La Reine et son médecin) du Danois Nikolaj Arcel alors que le Chinois Wang Quan’an (Ours d’Or en 2007 pour Tuya’s wedding) a présenté White Deer Plain, un film de trois heures et demie sur l’histoire de la Chine. Les frères Paolo et Vittorio Taviani, demeurés tristement absents du monde du cinéma depuis plus d’une décennie après les déceptions qui avaient suivies Padre padrone (Palme d’Or 1977) et La Nuit de San Lorenzo (Grand Prix du Jury 1982) sont revenus avec un très attendu Cesare deve morire (César doit mourir). L’irrévérent Billy Bob Thornton (Sling Blade) a débarqué avec Jayne Mansfield’s Car, film choral sur fond de guerre du Vietnam où il s’est mis en scène lui-même en compagnie de Robert Duvall, John Hurt, Kevin Bacon et Robert Patrick. Outre le film d’ouverture, la francophonie était à...

Auteur : Anne-Christine Loranger
Titre : Festival international du film de Berlin : changements de perspective
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 277, mars-avril 2012, p. 4-5
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66295ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014