Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 277, mars-avril 2012, p. 28

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Prends ça court !D'ici et d'ailleurs

Luc Chaput

Résumé | Extrait

Prends ça court ! D'ici et d'ailleurs La 9e remise des prix de Prends ça court! dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois a été encore une fois l’occasion de célébrer le foisonnement de cette forme de cinéma au Québec à laquelle Danny Lennon et son équipe ont apporté leur contribution en donnant des soirées où l’on pouvait voir, dans une ambiance détendue, des courts d’ici et d’ailleurs. Séquences a eu l’occasion de voir plusieurs de ces oeuvres en DVD. En voici un aperçu. Luc Chaput Des sujets très nombreux et des traitements aussi divers sont présents dans les oeuvres en lice cette année. Tout d’abord, la vieillesse. Mauser de Marc-André Girard, sur la rencontre conflictuelle entre un jeune homme féru de jeux vidéo et un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, donne l’occasion de voir Gilles Pelletier — armé encore d’une grande fougue intérieure malgré les assauts de l’âge — dans un rôle qu’il connaît bien puisqu’il fut soldat dans ce conflit. La Fleur de l’âge de Pascal Plante est une comédie musicale sympathique, hommage discret aux Parapluies de Demy et Legrand, qui donne l’occasion à une équipe de personnes âgées de faire la preuve enjouée de talents fort divers même si quelquefois limités. Le personnage de Henry dans le film éponyme de Yan Ireland est frappé par la maladie d’Alzheimer et Gérard Poirier y donne une prestation subtile dans ce récit un peu trop posé sur le temps qui hoquette. L’humour et ses diverses teintes est un moyen de faire face à cette période difficile et 12 Hommes en tabarnak de Jean-François Leblanc enligne de courtes saynètes plus ou moins réussies sur les réactions aux difficultés de la vie. Life and Death of Yul Brynner de Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné, récipiendaire du prix du public au dernier festival de Rouyn, est un exercice d’humour noir où les diverses annonces sont autant de chausse-trappes successives. L’interprétation d’ensemble fait passer le tout de belle manière même si le produit n’est...

Auteur : Luc Chaput
Titre : Prends ça court ! d'ici et d'ailleurs
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 277, mars-avril 2012, p. 28
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66311ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014