Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 278, mai-juin 2012, p. 52

Theo Angelopoulos

Sous la direction de Élie Castiel

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Quelque part entre Mars, Star Wars et Avatar John Carter — États-Unis 2012, 132 minutes

André Caron

Résumé | Extrait

John Carter Quelque part entre Mars, Star Wars et Avatar Tout l’argent du monde ne peut effacer un siècle de références et les romans d’Edgar Rice Burroughs sur Mars ont exercé une influence durable sur tout le cinéma de science-fiction. John Carter possède des qualités, mais il arrive un peu tard. André Caron Pourquoi Disney a-t-il décidé de monter un projet aussi risqué que ce gargantuesque John Carter ? Le studio a englouti entre 250 et 320 millions de dollars dans cette superproduction au charme suranné. L’enthousiasme et la passion du réalisateur Andrew Stanton pour le sujet ne suffisent pas à justifier cet investissement, surtout que son expérience se limite aux films d’animation Finding Nemo et WALL·E. La possibilité de créer une nouvelle franchise basée sur une série de romans célèbres aux ramifications multiples a sans doute séduit les dirigeants. Mais voilà, cette franchise existe déjà : elle s’appelle Star Wars. Paru en février 1912, A Princess of Mars fut le premier d’une série de onze livres portant sur les exploits de John Carter sur « Barsoom », le nom donné à Mars par l’auteur Edgar Rice Burroughs, qui créera la même année un autre personnage légendaire : Tarzan of the Apes. Si ce dernier est très tôt adapté au cinéma et compte de nombreuses versions, la série sur Barsoom attendra un siècle, malgré 80 ans de tentatives avortées. Toutefois, elle exercera une influence certaine sur la science-fiction naissante et son dérivé, le « space fantasy ». Petit survol rapide de cet héritage : les bandes dessinées Buck Rogers (dès 1928) et Flash Gordon (1934), plusieurs épisodes de la télésérie Star Trek (1966-1968), le roman Dune (1966) et ses suites, les films Forbidden Planet (1956), Robinson Crusoe on Mars (1964), la série des Star Wars (1977-2005), Total Recall (1990) et, bien sûr, Avatar (2009). On le sait, George Lucas s’est beaucoup inspiré de Barsoom pour créer la planète de sable Tatooine dans Star Wars. Lucas a compris qu’il devait situer son...

Auteur : André Caron
Titre : Quelque part entre Mars, Star Wars et Avatar
Ouvrage recensé : John Carter — États-Unis 2012, 132 minutes
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 278, mai-juin 2012, p. 52
URI : http://id.erudit.org/iderudit/66589ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014