Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 276, janvier-février 2012, p. 25

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

 

Ken Russell — 1927-2011

Luc Chaput

Résumé | Extrait

Ken Russell | 1927-2011 D ans le cadre de Monitor, série docu-mentaire sur les arts de la télévision britannique, un réalisateur de 32 ans, Russell, sous la direction de l’animateur Huw Weldon, qui agit comme son mentor, produit des biographies de musiciens et autres artistes, employant des reconstitutions avec acteurs et trouvant un équivalent visuel à leurs oeuvres. De cette série qui marqua l’imaginaire télévisuel anglais, on peut au moins retenir Song of Summer sur Delius. Ce fils de cordonnier, qui avait été danseur et acteur avant d’apprendre la photo-graphie et d’entrer à la BBC, a ensuite la possibilité de réaliser des adaptations d’oeuvres littéraires pour le grand écran. Tout d’abord, Women in Love, d’après D.H. Lawrence, qui étonnera par son combat de lutte entre deux hommes nus, spectacle qui choque dans un cinéma moderne plus habitué à montrer la nudité féminine. C’est Glenda Jackson qui gagne, par ailleurs, l’Oscar de meilleure actrice pour ce film. Le baroquisme du style est poussé plus loin dans The Devils, adaptation d’un roman d’Aldous Huxley sur les possédés de Loudun. Mélange de fantastique, d’horreur et d’anticléricalisme, ce film mettant en vedette Oliver Reed, que Russell connaît depuis Monitor, subit les foudres de certains censeurs, ce qui favorise sa notoriété et son succès. Suivent des adaptations foisonnantes de l’opéra rock Tommy et des biographies déjantées de Tchaïkovski (Music Lovers), de Mahler (Mahler) ou de Liszt (Lisztomania) — jouant dans ce dernier cas sur le fait véridique que le pianiste et compositeur hongrois était déjà une grande vedette internationale comparable à ce que sont devenus depuis les Michael Jackson et autres Elvis Presley. Son conflit avec le romancier et scénariste Paddy Chayefsky (Marty) au sujet d’Altered States et l’insuccès populaire de cette vision psychosensorielle du travail du scientifique allant au-delà du réel lui ferment alors les portes d’Hollywood. Il devient un metteur en scène d’opéra tout...

Auteur : Luc Chaput
Titre : Ken Russell — 1927-2011
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 276, janvier-février 2012, p. 25
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65761ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014