Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Séquences : la revue de cinéma

Numéro 276, janvier-février 2012, p. 44-45

Direction : Yves Beauregard (directeur)

Rédaction : Élie Castiel (rédacteur en chef)

Éditeur : La revue Séquences Inc.

ISSN : 0037-2412 (imprimé)  1923-5100 (numérique)

sequences1081634
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Ceci n’est pas un drameLe Havre — Finlande / France / Allemagne 2011, 93 minutes

Jérôme Delgado

Résumé | Extrait

Le Havre Ceci n’est pas un drame Certains visages, comme celui de Kati Outinen, ne trompent pas, pas plus que la simplicité des moyens ni les répliques inattendues, savoureuses : ce film est bien un Aki Kaurismäki. Qu’il se déroule en France, en français, avec un enjeu très local (les sans-papiers), importe peu finalement, puisqu’il n’a pas son pareil. Jérôme Delgado Aki Kaurismäki vit seul sur sa planète, loin du cinéma léché et alambiqué qui atterrit en salles. Et quand il lui arrive de nous rendre visite, sous la forme de longs métrages, à tous les quatre ou cinq ans, c’est pour mieux décaper les écrans avec son humour décalé et ses images décolorées – quand elles ne sont pas en noir et blanc. Son dernier ovni, Le Havre, à ce qu’il paraît, aurait été dévoilé, lors de sa présentation au Festival de Cannes 2011, immédiatement après The Tree of Life, de Terrence Malick. Comme contraste, il ne pouvait y avoir mieux. Plus léger en apparence, moins prétentieux (malgré les multiples références), Le Havre respire du coup la plus grande des libertés. Ce film finlandais tourné en français, le deuxième du genre pour Kaurismäki après La vie de bohème (1992), est une pierre rare, une brise de fraîcheur qui souffle à contre-courant. L’histoire est assez simple. Marcel Marx, ex-écrivain converti en cireur de chaussures ambulant, s’attache à un jeune Africain, voyageur clandestin en transit vers Londres, traqué par la gendarmerie. Son sort le préoccupe tellement qu’il le protège au détriment de l’attention qu’il aurait dû porter à sa femme, hospitalisée. Avec l’aide des voisins, l’homme tient tête aux autorités dans le but, très noble, de permettre au garçon de continuer son périple. Si par son sujet Le Havre est d’une actualité brûlante — que fait-on des expatriés ? —, sa manière en est tout le contraire. Le film porte le passé comme un trench coat et un chapeau melon, à l’image du personnage de Jean-Pierre Darroussin, un inspecteur tiré d’une autre époque et prénommé...

Auteur : Jérôme Delgado
Titre : Ceci n’est pas un drame
Ouvrage recensé : Le Havre — Finlande / France / Allemagne 2011, 93 minutes
Revue : Séquences : la revue de cinéma, Numéro 276, janvier-février 2012, p. 44-45
URI : http://id.erudit.org/iderudit/65776ac

Tous droits réservés © La revue Séquences Inc., 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014