Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Articles

Les logiques de contrôle de l’usage des drogues illicites : La réduction des méfaits et l’efficience du langage de la périllisation

  • Nicolas Carrier et
  • Bastien Quirion

…plus d’informations

  • Nicolas Carrier
    Département de sociologie, Université du Québec à Montréal
    Département de psychiatrie, Université de Montréal

  • Bastien Quirion
    Département de criminologie, Université d’Ottawa
    Centre international de criminologie comparée, Université de Montréal

Corps de l’article

Those who claim certainty subject themselves to deconstruction and can expect support only from the fateful.

Niklas Luhmann, Observations on Modernity, 1998

Pour quiconque s’intéresse à la construction sociopolitique des dispositifs de contrôle de l’usage des drogues illicites, il est désormais de sens commun de considérer les années 1980 comme une période de transformations significatives. Cette période est marquée par une prolifération de discours et de pratiques se revendiquant de la réduction des méfaits, laquelle est en général pensée comme un dépassement des modèles traditionnels du prohibitionnisme et du thérapeutique orienté vers l’abstinence [1]. La réduction des méfaits est en effet considérée par plusieurs analystes comme la manifestation de la remise en question de l’horizon normatif que présente l’idéal d’une société exempte de drogues (Faugeron et Kokoreff, 2002). Cette rupture normative se traduirait par l’abandon d’une approche « restrictionniste » (Quirion, 2002) au profit du déploiement de stratégies orientées vers la minimisation des conséquences négatives associées à certaines pratiques d’usage. La réduction des méfaits s’instaurerait comme une troisième voie et opérerait, selon de nombreux auteurs, une « rupture paradigmatique [2] » dans le champ de la régulation de la pratique psychotrope (Butters et Erickson, 2000; Stimson, 1990) [3]. Mais le recul nous permet de questionner la portée révolutionnaire de la réduction des méfaits.

La première démarche que nous proposons dans cet article est l’examen de la nature de cette rupture qu’induiraient les stratégies de réduction des méfaits — nous nous limitons en cette matière aux technologies de gestion des pratiques d’injection de drogues illicites. Pour ce faire, nous comparons les trois logiques dans lesquelles est sociopolitiquement appréhendée la pratique psychotrope, soit le prohibitionnisme, le thérapeutique (dont nous dégageons trois orientations) et la réduction des méfaits. Nous procédons d’abord en comparant les modes de constitution discursive des objets des trois logiques, pour ensuite analyser les stratégies qu’elles génèrent. En adoptant une posture constructiviste et en recourant à une méthode s’inspirant du constructionnisme social (Gubrium et Holstein, 1997; Ibarra et Kitsuse, 1993; Spector et Kitsuse, 1977; Berger et Luckmann, 1967) et de la théorie communicationnelle (ou méta-méthodologie) de Niklas Luhmann (1999, 1998a, 1995), nous abordons à tour de rôle ces logiques en cartographiant leur territoire langagier respectif. Cet exercice s’appuie sur le postulat selon lequel chacune des logiques à l’oeuvre s’institue autour d’un objet propre, dont la formation assure l’unité du territoire et du temps discursif par la structuration des modalités de son appréhension : « Every observation must employ a difference schema whereby the unity of difference is constituted in the observing system and not in the observed one. » (Luhmann, 1995 :35) Nous comparons donc les modes contemporains de production discursive de la réalité qu’opèrent au Canada le prohibitionnisme, le thérapeutique et la réduction des méfaits.

Dans la perspective adoptée, les trois logiques que nous disséquons induisent des médiations symboliques distinctes de l’utilisateur de drogues illicites : le délinquant dans le prohibitionnisme, le toxicomane dans le thérapeutique, et l’utilisateur de drogues par injection (UDI) au sein de la réduction des méfaits. La démarche que nous adoptons fait porter notre attention sur la relation entre l’opération de jeux de langage et les dispositifs d’intervention que permet la réalité produite. Précisons que nous nous intéressons avant tout aux discours sociaux plutôt qu’à leurs corrélats phénoménologiques. En insistant sur les modalités langagières de construction du réel, nous ne nions pas les perceptions phénoménales non discursives. Nous suggérons simplement que ces relations au monde ne peuvent être l’objet de communication, de rapport à autrui, donc d’orientation significative, si les mots leur font défaut.

La deuxième démarche entreprise à l’intérieur de cet article consiste à analyser le cadre social dans lequel s’inscrit la réduction des méfaits afin de comprendre la popularité accrue pour ce type de stratégies. Depuis le début des années 1990, on constate, en effet, que plusieurs agences politiques canadiennes accordent à cette logique de contrôle légitimité et subventions. Les succès politiques de la réduction des méfaits se traduisent notamment par le nombre des programmes mis en place [4] et par la légitimité qui leur est accordée par les instances politiques, tant fédérales que provinciales [5]. Cette reconnaissance politique est d’autant plus significative qu’elle succède à la méfiance du politique à l’égard des stratégies de réduction des méfaits, auparavant considérées comme porteuses de la contestation anti-prohibitionniste.

Dans la deuxième partie de l’article, donc, nous présentons des avenues théoriques contemporaines afin de permettre aux lecteurs de produire leur propre interprétation de la popularité accrue de ce type de stratégies. Nous-mêmes proposons certaines interprétations de ces succès à la lumière, entre autres, des rapports entre les pratiques des organes de santé publique et l’orientation du social vers une gestion purement technique du vivre ensemble. En dépit des interprétations que nous proposons, notre objectif est de multiplier les foyers de signification des succès politiques de la réduction des méfaits. Nous voulons donc, avant tout, présenter des lunettes d’interprétation sociologiques afin que les lecteurs produisent leur propre vision, plutôt que de jouer aux ophtalmologues et de nous prétendre compétents dans l’établissement de la vision juste.

Prohibitionnisme, thérapeutique et réduction des méfaits : des logiques concubines interpénétrantes

Tel qu’annoncé, dans le but d’analyser la nature de la rupture qu’induirait l’avènement de la réduction des méfaits, nous comparons cette dernière au prohibitionnisme et au thérapeutique. Dans un premier temps, nous analysons la constitution de l’objet propre à chaque logique. Par la suite, nous portons notre attention sur les modalités de prise en charge des objets, modalités signifiées par l’horizon normatif dans lequel est placé chacun d’eux.

La constitution des objets

Nous devons reconnaître à quel point toute compréhension est pénétrée de conceptualité et rejeter toute théorie qui refuse d’admettre l’unité étroite du mot et de la chose.

Hans-Georg Gadamer, Vérité et Méthode, 1960

Au Canada s’observe la cristallisation de trois modes de contrôle de l’usage des drogues illicites. Ces modes se sont institués comme autant de principes axiomatiques fondamentaux permettant d’établir des formes distinctes de régularité discursive (Foucault, 1969). Nous désignons ces principes ainsi : criminalisation, symptomatologisation et périllisation. Comme nous le montrons plus bas, l’opération effective de ces logiques [6] a généré un nombre croissant d’objets de gestion politique, juridique, sociosanitaire et technoscientifique.

Criminalisation

L’objet de la logique prohibitionniste est constitué par la criminalisation de conduites associées à l’usage non médical de près de 200 substances psychotropes figurant dans la Loi réglementant certaines drogues et autres substances [7]. Ces conduites sont la possession [8], le trafic, la culture et l’import/export, qu’il est possible de grouper analytiquement sous la simple désignation de « déviance criminalisée ». La logique prohibitionniste a pour objet le crime, dont l’existence ne dépend que de la résistance du cadre législatif devant les critiques, fortes et multiples, qui sont déployées depuis le dernier tiers du vingtième siècle par les antiprohibitionnistes (voir Bertrand, 2000). Il va de soi que la distinction licite/illicite qu’opère la criminalisation se réalise, de façon aprioriste, sans tenir compte des habitudes d’usage (quantité, fréquence et modes) des individus.

Symptomatologisation

L’objet de la logique thérapeutique est pour sa part constitué par la symptomatologisation de la consommation des drogues visées par les lois. Il trouve sa représentation la plus éclatante dans la notion de toxicomanie et se manifeste, entre autres, dans l’appréhension de l’usage comme symptôme d’exclusion sociale, de troubles intrapsychiques ou de pathologie biomédicale. Les formes de déviance ainsi constituées peuvent se regrouper analytiquement en fonction des imputations causales élaborées sur le plan théorique, soit la déviance sociopathologisée, psychopathologisée ou biopathologisée. Qu’elle soit issue du champ de la psychologie, de la sociologie ou de la biologie, la construction de l’état de déviance renvoie à une pathologisation fondée dans la quête même des facteurs qui la déterminent. On se trouve ainsi dans un océan confus dont l’agitation marie la cause à l’effet dans une mise au monde schizophrénique [9]. Le pathologique que révèle la différence constitue l’opération même d’une symptomatologie de la différence qui fonde la frontière entre le normal et le pathologique. Pour reprendre à notre compte le lyrisme de Dan Kaminski (1990, 2000), la symptomatologisation est « l’injection de la cause » et la toxicomanie, ce « mot qui rend malade ». L’investissement du thérapeutique dans le champ du contrôle de l’usage des drogues illicites se réalise dans la distinction normal/pathologique qu’il opère sur l’usage, que celui-ci (ou la possession) soit criminalisable ou non. Lorsque la différence normal/pathologique se réalise dans le langage biomédical, certains analystes suggèrent un processus de « médicalisation de la déviance » dans lequel la biopathologisation prétend à une construction scientifique et amorale de la déviance (Conrad et Schneider, 1980). Nous montrerons que la médicalisation de la déviance constitue une analyse très partielle du procès de symptomatologisation qui traverse le social, puisqu’elle réduit au silence la vigueur des discours et pratiques des psychopathologues et sociopathologues.

Périllisation

Si la réduction des méfaits instaure une rupture, on doit observer la constitution d’un nouvel objet, distinct de la déviance criminalisée ou symptomatologisée. Voyons ce qu’il en est. Les programmes d’échange de seringues (PES) et les projets de lieux d’injection de drogues illicites (LIDI), détaillés plus bas, constituent leur objet par l’attribution d’un risque à la pratique de l’injection hors du cadre médical. Puisque les risques sont construits en référence à ce cadre, ils prennent par conséquent la forme de périls (bio)corporels (surdoses, infections, etc.). On peut donc observer la construction d’un nouvel espace langagier, puisque l’usage est signifié sans recours aprioriste aux objets du prohibitionnisme et du thérapeutique. Les PES et les projets de LIDI signalent ainsi l’avènement d’un troisième objet de réaction sociale formelle à l’usage des drogues illicites. Cette réaction est totalement indépendante, dans son orientation, de celles qui prennent sens dans les principes axiomatiques des deux autres logiques. Nous désignerons le langage de cette troisième logique de contrôle par le terme de périllisation. Nous proposons ce néologisme plutôt que d’avoir recours à la notion, généralement employée, de cindynisation [10].

Bien que la périllisation de l’usage apparaisse clairement dans la mise en place des PES et des LIDI, il en est autrement en ce qui concerne les programmes de prescription d’opiacés, pourtant considérés tant par les intervenants que par les chercheurs comme des stratégies de réduction des méfaits. La constitution de l’objet autour duquel s’organisent ces programmes ne réalise pas de rupture avec la déviance symptomatologisée. Nous sommes plutôt au coeur de la version médicalisée de la logique thérapeutique : ces programmes reposent sur la biopathologisation de l’usage, ce qu’illustre la réponse pharmacologique qu’ils mettent de l’avant. Cela ne signifie pas que ces programmes ne puissent s’associer à des pratiques dont le sens se construit dans la psychopathologisation (réadaptation, travail sur l’estime de soi, etc.) et la sociopathologisation (résinsertion sociale, aide à la recherche d’emploi, etc.). L’association de ces programmes à la réduction des méfaits prend peut-être appui sur le fait qu’ils s’inscrivent dans un thérapeutique où l’abstinence n’est plus la seule avenue possible. Peut-être aussi sur le fait que l’on peut dire de toute stratégie de contrôle qu’elle permet de limiter les méfaits de l’usage. Alors que les LIDI et les PES sont la manifestation de la rupture qu’induit la périllisation de l’usage, associer les programmes de prescription à la logique de la réduction des méfaits se révèle injustifiable si l’on maintient le discours de la « troisième voie ».

Globalement, on peut observer que les trois logiques reposent sur une même, paradoxale ou autoréférentielle, utopie motrice : tendre vers l’abolition de l’objet dont elles sont elles-mêmes le foyer de production. La logique prohibitionniste tend vers l’abolition de l’usage non médical des substances prohibées. Quant à la logique thérapeutique, elle vise l’éradication des sources des états qu’elle pathologise, en ayant comme horizon le retour à un état de normalité. Enfin, les stratégies de réduction des méfaits sont orientées normativement vers l’abolition des périls posés par les pratiques qu’elle inscrit dans le registre du risque.

Les objectifs secondaires et les moyens déployés

La deuxième étape de notre démarche comparative porte sur les objectifs secondaires et les moyens dont chaque logique permet le déploiement. Ces dispositifs révèlent plus explicitement l’horizon normatif dans lequel inscrit l’axiomatique de chaque objet de réaction sociale. Nous procédons encore ici en abordant successivement prohibitionnisme, thérapeutique et réduction des méfaits.

Prohibitionnisme

Dans la poursuite d’un monde libéré de tout usage non médical des drogues visées par les lois, la logique prohibitionniste appelle la répression pour s’assurer, sur le plan des objectifs secondaires, de limiter à la fois l’offre et la demande de ces produits [11]. Les moyens utilisés sont tous ceux que rendent légitimes les limites constitutionnelles de l’État [12]. Le législateur autorise ainsi le recours à l’incarcération — la mesure pénale la plus sévère dont il dispose — pour sanctionner toute infraction [13]. Les problèmes liés à la mise en force de ce régime ne peuvent conduire qu’au déploiement de méthodes illégales de contrôle de la part des forces policières (Carrier, 2000; Stoddart, 1988; Erickson, 1980; Skolnick, 1966). Au nombre des abus signifiés par l’impératif de la « lutte à la drogue », rappelons la corruption, la discrimination et la violation des droits et libertés de la personne. On peut également mentionner, parmi les autres « effets pervers » de la prohibition, le poids considérable des coûts sociaux et économiques que suppose le recours au droit pénal pour contrôler l’usage (Zeese, 1999; Single et al., 1998; Bertrand 1992, 1988; Erickson et Cheung, 1992; Beauchesne, 1991; Solomon, Single et Erickson, 1988).

Thérapeutique

Longtemps marié idéologiquement au prohibitionnisme par l’idéal d’abstinence, le thérapeutique présente aujourd’hui des objectifs secondaires différenciés. On peut en effet distinguer trois orientations dans la thérapeutisation des personnes s’adonnant aux drogues illicites, soit la quête de l’abstinence, la promotion d’un usage « approprié », et enfin, la prescription médicale de drogues autrement illicites.

Abstinence

Le thérapeutique orienté vers l’abstinence représente le modèle classique de la prise en charge, formelle mais non pénale, des personnes s’adonnant à l’usage de drogues visées par le régime prohibitionniste. Que la cause soit socio-, psycho- ou biopathologisée, ou « biopsychosociale », le thérapeutique orienté vers l’abstinence ne peut concevoir de normalité dans le maintien de l’usage. Certaines formes de symptomatologisation, par exemple celle opérée dans l’idéologie des « 12 étapes » (A.A, N.A., etc.), appuient cette orientation du thérapeutique vers l’abstinence indépendamment du statut juridique des substances. On peut toutefois suggérer que cette orientation est fortement pénétrée par la logique de criminalisation. L’usage des tests d’urine le montre bien, ceux-ci étant fort utiles aux personnes désireuses de punir les consommateurs thérapeutisés sous contrainte qui ne respectent pas le diktat de l’abstinence.

Usage approprié

Le deuxième modèle est celui du thérapeutique orienté non plus vers l’abstinence, mais vers le développement d’un usage avec lequel la personne est confortable. Élaborée au départ dans le cadre de la conception psychosociale de l’alcoolisme, cette orientation vise à amener le consommateur à développer un usage qui n’est plus considéré comme pathologique (Cormier, 1989; Sobell et Sobell, 1978). Dans cet esprit, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (2001, 1998) conclut à la possibilité d’un « usage approprié » de toute substance psychoactive. Cette deuxième orientation du thérapeutique discrédite le diktat de l’abstinence. On y reconnaît la capacité de la personne de déterminer elle-même la relation qu’elle veut entretenir avec l’usage, ce qui signifie que l’abstinence devient tout au plus une solution de rechange possible pour la personne requérant de plein gré des services thérapeutiques. Il s’agit de la manifestation la plus pure de la logique de la symptomatologisation, puisque la distinction normal/pathologique ne tient aucunement compte du statut juridique des substances.

Prescription médicale

La prescription médicale de drogues autrement illicites représente une troisième orientation du thérapeutique. Comme l’ont suggéré avec influence Dole et Nyswander (1967), il s’agit de traiter biotechnologiquement, par la prescription de méthadone ou d’héroïne, le corps biopathologisé. Pour ces auteurs, l’héroïnomanie est la manifestation d’une lésion du métabolisme cellulaire induite par un usage abusif : les programmes de prescription font de l’usager un patient. Parfois, il s’agit de le conduire vers l’abstinence aux opiacés par l’administration de doses décroissantes de méthadone. Dans d’autres types de pharmacothérapie, cette fois plus pérenne et justement désignée par « programmes de maintien », il s’agit plutôt de maintenir le corps à l’abri du besoin en lui administrant méthadone ou héroïne. Jacques (1999) parle à ce sujet d’une « pourvoyance légale et raisonnée de drogues ». Cette orientation du thérapeutique ne prend pour cible que l’usage d’opiacés. La consommation éventuelle d’autres substances peut évidemment y être abordée, mais ces autres objets d’interventions (l’usage de cocaïne, par exemple) ne seront pas traités biotechnologiquement [14]. La prescription médicale est souvent associée à d’autres pratiques, comme l’illustre la psychothérapeutisation des usagers dans certains programmes de maintien. Malgré cela, toute analyse psychosociale et toute intervention sur l’usage d’autres substances demeurent fondamentalement étrangères à la technique qui fait la particularité de ce thérapeutique. Avec la capacité d’être entendu du politique que présente l’énonciation des trois mots « réduction des méfaits » (Carrier, 2003), on ne peut se surprendre de voir associée la prescription médicale à la réduction des méfaits, par exemple lorsque l’on fait valoir que l’usage oral de méthadone réduit les méfaits de l’usage intraveineux d’opiacés. Mais, pour le répéter, l’objet fondateur de cette orientation du thérapeutique n’est pas le risque, mais le corps biopathologisé.

Une telle diversité des stratégies thérapeutiques présente évidemment des avantages pour les personnes requérant des services, mais il en va bien autrement pour les personnes à l’égard desquelles l’intervention s’exerce sous contrainte. Par ailleurs, la pluralisation des orientations des dispositifs de soins engendre des situations paradoxales en raison du statu quo juridique. Ainsi est-il possible qu’une personne participant à un programme thérapeutique subventionné par l’État, dans lequel certains modes d’usage sont normalisés, puisse néanmoins être incarcérée pour un tel usage du fait du maintien de l’infraction de possession (voir Rozier et Vanasse, 2000).

Réduction des méfaits

Les programmes d’échange de seringues (PES) et les projets de lieux d’injection de drogues illicites (LIDI) ne visent ni l’illicite de l’usage ni le pathologique qu’y inscrit sa symptomatologisation, mais bien les pratiques d’usage construites dans le registre du risque. Les PES offrent gratuitement du matériel d’injection stérile, dans le but de réduire l’incidence du VIH, des hépatites et d’autres risques (bio)corporels en limitant le partage de matériel d’injection [15] (Gibson, Flynn et Perales, 2001; Noël et Antil, 1998; Hartnoll et Hedrich, 1996). Pour ce qui est des LIDI, ce sont des lieux où, sous supervision médicale, les personnes pourraient s’injecter des substances telles que l’héroïne et la cocaïne en provenance du marché illicite, cela sans être harcelées par les policiers. Les projets de LIDI mis de l’avant visent la réduction des problèmes de santé pouvant découler de la pratique de l’injection hors du cadre médical. Les moyens prévus pour répondre à cet objectif sont similaires à ceux évoqués concernant les PES, auxquels on ajoute la supervision médicale de l’injection et la mise à disposition d’un site hygiénique pour les personnes s’injectant. La récupération du matériel d’injection et la diminution de l’usage dans les lieux publics et semi-publics représentent deux autres outils rhétoriques primordiaux pour faire valoir la pertinence des LIDI, outils que l’on regroupe habituellement sous l’objectif de réduire les « nuisances » associées à la pratique de l’injection (voir Carrier, 2003).

Concubinage et interpénétrations

Nous avons jusqu’ici délimité les espaces discursifs des trois logiques et donné un aperçu comparatif des stratégies qu’elles rendent possibles. Notre méthode conduit tout d’abord à constater l’autonomie des logiques. Par exemple, la personne consommatrice peut être codifiée (pour emprunter des termes luhmanniens) par les attributions communicationnelles du prohibitionnisme, et ainsi devenir délinquante. L’indépendance des logiques se révèle si l’on accepte l’idée que les opérations des langages de la périllisation et de la symptomatologisation sont tout à fait inconséquentes en regard de la criminalisation d’une personne. Cela vaut pour les trois logiques; on peut formuler la même proposition en déplaçant notre observation d’un espace discursif à un autre. La symptomatologisation d’une consommatrice est, de façon aprioriste, indépendante des discours la criminalisant ou périllisant ses pratiques. Remarque importante, qui renvoie au fait que nous centrons notre analyse sur les discours sociaux plutôt que sur les interactions sociales : l’indépendance des logiques ne suppose en rien que, par exemple, une intervenante en toxicomanie soit indifférente aux typifications de la criminalisation et de la périllisation dans sa symptomatologisation de l’usager [16].

On constate ainsi que malgré la rupture instaurée par la réduction des méfaits, l’usage peut être signifié de façon concomitante par les trois logiques sans que soit disqualifié l’un ou l’autre des langages en acte. C’est ce que nous entendons lorsque nous parlons du « concubinage » des logiques. Nous aurions pu parler plus simplement de coprésence, mais avons préféré le terme concubinage du fait des relations qui s’établissent entre les logiques, que nous abordons plus bas. Ce concubinage de logiques indépendantes montre que la réduction des méfaits n’induit pas une disqualification politique des deux autres logiques et qu’il en résulte l’expansion des territoires colonisables par les technologies de gestion du corps et de la psyché. Nier ce concubinage supposerait l’insoutenable démonstration qu’avec l’avènement de la réduction des méfaits on aurait cessé de criminaliser les personnes et d’aborder l’usage comme symptôme d’un mal quelconque.

Le concubinage conduit à l’interpénétration des logiques, dont nous commentons certaines manifestations. Par interpénétration, nous entendons, à la suite de Luhmann (1995, ch. 6), un rapport de réciprocité entre deux ou plusieurs logiques dans le processus de signification, rapport par lequel l’unité des logiques se trouve renforcée par la différence que chacune opère par autoréférence sur l’objet en cause dans ce processus de signification. Dans l’histoire révisionniste de la naissance de la prison que propose Foucault (1975), on trouve très clairement illustré ce que nous entendons ici par interpénétration. Foucault suggère que la criminologie positiviste naissante a contribué au renforcement de la criminalisation des « illégalismes populaires ». La consolidation des savoirs symptomatologisant l’Uomo Delinquente lombrosien [17] fut rendue possible par la disponibilité au sein du carcéral d’une population de personnes criminalisées, savoirs qui alimentèrent en retour la nécessité ou l’utilité de leur criminalisation.

Nous pouvons faire la même analyse des rapports de réciprocité entre les logiques de criminalisation et de symptomatologisation dans le champ de la régulation des pratiques psychotropes. Le dogme de l’abstinence porté par la biopathologisation de la déviance d’une certaine forme de thérapeutique fournit un exemple d’interpénétration avec la logique prohibitionniste que nous avons déjà évoquée. Le fait que le langage de la criminalisation incorpore le discours biomédical à l’effet que certains produits ne peuvent se prêter à une instrumentalisation thérapeutique est une autre manifestation des rapports d’interpénétration entre ces deux logiques.

La somme astronomique de recherches prétendant démontrer que la participation aux programmes de prescription d’opiacés réduit la « criminalité » des utilisateurs d’une part, et l’affirmation selon laquelle ces programmes contribuent à réduire les conséquences négatives associées à l’usage, d’autre part, sont deux manifestations des interpénétrations opérées entre les différentes logiques. Les programmes de prescription d’opiacés suggèrent, en effet, que réduire les méfaits et la criminalité chez les utilisateurs de drogues par injection passe par leur thérapeutisation. La réduction des méfaits peut de son côté impliquer la nécessité de ne pas criminaliser les consommateurs en interprétant cette pratique dans le langage qui lui est propre, c’est-à-dire en périllisant la criminalisation. Pour sa part, la logique prohibitionniste accorde plus de vigueur à l’impératif de gestion pénale des usagers, ceux-ci étant toujours pathologisés et leurs pratiques désormais périllisées. Comment penser accorder le droit aux personnes de disposer de leur corps à la lumière des produits symboliques du thérapeutique et de la réduction des méfaits [18] ?

Dans le cas des LIDI, comme nous l’avons déjà souligné, c’est la périllisation et non la symptomatologisation ou la criminalisation qui est la grammaire constituante. La réduction des risques biomédicaux que pose la pratique de l’injection est l’outil rhétorique central de ces projets au Canada. On aperçoit quelques interpénétrations des trois logiques lorsque l’on examine d’autres outils rhétoriques déployés par les promoteurs des projets [19]. Un de ces arguments est que la mise en place de LIDI permettrait d’améliorer l’accès aux services sociosanitaires et thérapeutiques chez les UDI les plus marginalisés. Souvent construits à la suite de la notion d’ « aide à la survie » incorporée aux politiques suisses et allemandes (Swiss Federal Office of Public Health, 1999; Morales et Morel, 1998; Müller et Fahrenkrug, 1995; Klingemann, 1995), les LIDI mettent de l’avant une technologie de préservation des corps dans l’attente que les personnes acceptent d’être inscrites dans le langage du thérapeutique, cependant que leur criminalisation est toujours possible. Aussi, la réduction des « nuisances publiques » attendue de la mise en place de LIDI ne s’opère pas seulement dans le langage de la périllisation (seringues usagées à la traîne dans l’environnement), mais également dans celui de la criminalisation : on évoque l’existence d’un rapport causal entre l’intoxication et la commission d’actes criminalisés.

Plus globalement, le concubinage et l’interpénétration des logiques trouvent une illustration, dont l’éclat est à ce jour sans égal, dans ce que l’on désigne comme le « modèle des quatre piliers » , que privilégient notamment la European Cities on Drug Policy (1998), la Suisse (Swiss Federal Office of Public Health 1999), l’Allemagne (Kerr, 2000) et, au Canada, la Ville de Vancouver (MacPherson, 2000). Les quatre piliers en question sont la prévention, le thérapeutique, la réduction des méfaits et la prohibition. D’après Kerr (2000 :26) :

Key to the success of this approach has been the high level of coordination among the four elements. Prevention initiatives have an educational, health promotion focus aimed at those who do not use drugs (including children) and those who use drugs only occasionally. Street-level harm reduction services are provided for those who continue to use drugs, and abstinence-based treatments and other complementary programs are available for those wanting to exit the drug scene (MacPherson, 2000). Enforcement strategies have been developed both to assist with health initiatives and to tackle organized crime. The police have generally shifted their focus from arresting users to identifying and charging those involved in the supply side of the drug problem, such as suppliers and non-addicted dealers [20].

On voit donc que dans ce « modèle », la réduction des méfaits trouve sa place aux côtés des deux autres logiques, plutôt que de constituer un explicite mouvement de contestation. Bien au contraire, on s’efforce de réaffirmer la nécessité de l’interdiction des conduites liées à l’usage des substances visées par les lois sur les drogues, en ajoutant paradoxalement qu’il faut tenter d’éviter la marginalisation des personnes dans le but de préserver leur santé :

The major goal of repression in the harm reduction context is to initiate concerted action of police and justice at local, national, and international level with a view to influence the availability of legal and illegal psycho-active substances in such a way that the availability is controlled and harmful use is minimised. On the local level it is the primary task of the police and judiciary system to combat the illegal drug market and to ensure security for the population of our communities while trying to avoid, wherever possible, the marginalisation of consumers which creates additional hazardous conditions for their health.

ECDP, 1998 : § 4 [21]

Dans « l’approche des quatre piliers » , nous voyons donc réaffirmée l’idée suivant laquelle la consommation de drogues illicites est « mauvaise » ou « néfaste ». Pour cette raison, la répression, avec la réduction de la disponibilité qui (théoriquement) en découlerait, est un outil important dans la gestion des pratiques d’usage inscrites dans le registre du risque, lesquelles sont l’objet de gestion dans l’attente de la pénétration du langage de la symptomatologisation, sinon de ses effets sur les conduites. Les trois logiques signifient autoréférentiellement l’usage et, loin d’entreprendre un combat pour s’établir comme seule vérité possible, chacune colonise un territoire de contrôle de l’usage dont la frontière (la différence) fixe encore davantage celle des autres logiques. La figure 1 schématise, à des fins illustratives, le mouvement d’interpénétration entre les logiques concubines, les flèches représentant ce mouvement. Les rapports entre les trois orientations du thérapeutique, la prohibition et la réduction des méfaits sont également illustrés.

Figure 1

Concubinage et interpénétration des logiques de contrôle

Concubinage et interpénétration des logiques de contrôle

-> Voir la liste des figures

L’impression répandue à l’effet que la réduction des méfaits conduise à une contestation de l’horizon du monde sans drogue du prohibitionnisme et sans drogués du thérapeutique orienté vers l’abstinence, semble devoir être nuancée. Comme l’a souligné Mugford (1993a), les discours des tenants de la réduction des méfaits peuvent tendre vers la décriminalisation de facto des drogues illicites autant que vers la criminalisation de l’alcool et du tabac [22]. Ces discours ne portent en rien sur la légitimité de punir les personnes qui consomment d’autres produits que ceux vendus par les compagnies pharmaceutiques, l’État et les épiciers. La périllisation ne met pas en question le droit de punir : elle met de l’avant la nécessité de technologies de gestion des corps. Elle dépolitise ainsi la question de l’usage légitime de la force sur les personnes en lui suppléant la nécessité de leur gestion sociosanitaire rationalisée en finalité (Carrier, 2003). Si cette logique se traduit par la contestation d’une tradition, c’est davantage de celle voulant que les personnes qui consomment des drogues illicites doivent être conduites vers l’abstinence plutôt que de celle qui scinde juridiquement les substances psychoactives sur des bases culturelles. Nous avons développé une argumentation soutenue suggérant que la logique de périllisation ne disqualifie en rien celle de la criminalisation. Dans notre perspective, le prohibitionnisme ne saurait être miné tant et aussi longtemps que la contestation se formulera dans un langage qui lui est étranger, celle-ci ne pouvant alors qu’être réinterprétée dans celui de la criminalisation. Nous avons en ce sens proposé que la périllisation renforce les deux autres logiques de contrôle. Au terme de la deuxième section de l’article, nous serons en mesure de mieux asseoir cette proposition.

Macropolitique de promotion de la (bio)santé et autres sociologiques de l’efficience du langage de la périllisation

More productive / Comfortable / Not drinking too much / Regular exercise at the gym (3 days a week) (…) Eating well (no more microwave dinners and saturated fats) / A patient better driver / A safer car (baby smiling in back seat) / Sleeping well (no bad dreams) / No paranoia (...) Now self-employed / Concerned (but powerless) / An empowered & informed member of society (pragmatism not idealism) / Will not cry in public / Less chance of illness (...) Still kisses with saliva (...) The ability to laugh at weakness / Calm / Fitter, healthier, and more productive / A pig / In a cage / On antibiotics

Radiohead, Fitter, Happier, OK Computer, 1997

Après avoir délimité les espaces discursifs occupés par les logiques concubines et commenté certaines manifestations de leur interpénétration, nous proposons maintenant d’emprunter un détour sociologique afin de stimuler les interprétations possibles du succès politique des stratégies de réduction des méfaits. Nous présentons ici plusieurs thèses contemporaines, sans évidemment épuiser l’ensemble des théories sociologiques qui pourraient de plein droit être invoquées pour donner sens à l’efficience du langage de la périllisation. Notre désir est de rendre possible une réflexion sociologisée sur la réduction des méfaits, plutôt que de prétendre à l’établissement d’une juste et unique vision des choses, pour reprendre la métaphore de l’ophtalmologie.

Dans le détour que la présentation de ces thèses suppose, laquelle revêt une forme peut-être trop pyrotechnique, nous présentons en somme certaines façons de concevoir les contextes sociaux dans lesquels s’énonce la périllisation et qui permettent d’en comprendre l’attrait politique. Nous regroupons ces univers théoriques en quatre ensembles. Nous abordons dans un premier temps les concepts de normalisation disciplinaire et de biopolitique proposés par Foucault. Nous enchaînons ensuite sur la thèse de la médicalisation de la déviance et présentons certaines lectures des politiques de promotion de la santé. Le troisième ensemble théorique présente des analyses macrosociales qui établissent une rationalisation technoscientifique du social. Finalement, nous abordons la question de la construction identitaire, qui permet de compléter le tableau analytique en faisant le pont entre les individus et les dimensions macrosociales abordées dans les sections précédentes. Ces différentes analyses sont présentées dans une perspective plus incrémentielle que concurrente, bien que certaines dimensions demeurent irréconciliables. Au terme de ce détour, nous concluons en suggérant des liaisons plus explicites entre ces univers théoriques et le langage de la périllisation tel qu’il se manifeste dans le champ du contrôle de l’usage des drogues illicites au Canada.

Normalisation disciplinaire de la personne et biopolitique de la population

La thèse que Michel Foucault développe dans Surveiller et punir (1975) est que la logique pénitentiaire, calquée sur l’utopie panoptique de Bentham, a colonisé le social pour faire naître une société disciplinaire. Lors de notre discussion sur l’interpénétration, nous avons évoqué les rapports entre savoir et pouvoir qui sont au coeur de la notion foucaldienne de normalisation disciplinaire. Nous la préciserons ici un peu plus, sans toutefois rendre justice aux nuances et à la complexité de la pensée de l’auteur. Selon Foucault, l’objet déviant est construit comme corps indocile ou anormal; il se forme par la prise en charge des défauts que ses mouvements révèlent à l’égard des normes établies par différentes institutions sociales — prison, école, usine, etc., dont l’intervention balise en retour la normalité dans des espaces et des temps utilement ordonnés. Pour Foucault, la formation de l’objet déviant est le résultat d’une logique circulaire où sa fabrication repose sur les efforts de normalisation institutionnelle mis en branle pour le redresser, alors que ces efforts appellent une construction toujours plus fine de la réalité prise pour objet. Le corps anormal est constitué par le savoir, ce savoir étant en retour constitué par le pouvoir qu’opère la normalisation institutionnelle du corps. On parlera alors de savoir/pouvoir compris dans un rapport impliquant toujours interpénétration. L’expansion des savoirs sur les personnes se traduirait ainsi par l’élargissement corrélatif d’une « microphysique » du pouvoir qui opère, de façon diffuse, un quadrillage serré de tous les rapports à soi et à autrui selon la différence normal/pathologique. Criminologie, psychiatrie, psychologie, travail social, pédagogie, médecine, sexologie, épidémiologie, voilà quelques espaces de production des savoirs qui, dans la construction de la réalité qu’ils opèrent, constituent une myriade de pôles normal/pathologique (l’« archipel carcéral ») sur lesquels s’opèrent la production de corps dociles et la normalisation des individus.

On ne compte plus les travaux en sociologie de la déviance qui, s’inspirant de la normalisation disciplinaire, voient dans le social une tendance lourde d’expansion entropique de la surveillance et de la contrainte. De notre point de vue, il manque à cette tradition sociologique la mise en relation de la normalisation disciplinaire à une autre lecture du savoir/pouvoir. Cette autre vision, c’est la nature non pas contraignante du savoir/pouvoir, mais sa capacité de générer : produire des conduites et induire des désirs. Un savoir/pouvoir constituant et administrant le vivant; un « bio-pouvoir » (Foucault, 1976) [23]. Un savoir/pouvoir discursif plus efficace dans la production de la docilité que ne l’est la répression de l’interdit et l’« orthopédie comportementale ». « La norme n’a pas pour fonction d’exclure, de rejeter. Elle est au contraire toujours liée à une technique positive d’intervention et de transformation, à une sorte de projet normatif. » (Foucault, 1999; p. 46) Foucault parle du savoir/pouvoir dans les termes d’un biopouvoir parce que son objet est la construction de la vie et non l’imposition de la mort; la production de « sujets assujettis », de corps docilisés par intériorisation des normes plutôt que par coercition, de corps produits par et dans les savoirs qui s’y épanchent plutôt que dressés par et dans la menace de la loi. Ainsi, le savoir/pouvoir foucaldien n’est pas seulement un archipel carcéral où les savoirs sur la personne opèrent un pouvoir de normalisation disciplinaire, il est également constitution d’un ordonnancement technologique, d’une biopolitique de la population vouée à la production du corps utile; sain et désirant [24]. Nous inscrirons cette dualité en distinguant la microphysique de la normalisation disciplinaire et la macropolitique performant la gestion des populations.

Médicalisation disciplinaire et macropolitique de promotion de la (bio)santé

Bien qu’il existe d’autres constructions sociologiques de la thèse de la médicalisation (voir Aïach, 1998), nous considérons ici sa forme la plus courante, celle pensée comme l’extension des objets signifiés par la différence normal/pathologique dans le langage biomédical [25]. Avec l’influence de certaines oeuvres de Foucault (1979, 1975, 1963) dans la sociologie de la santé, de la médecine et celle, naissante, du corps, il n’est pas surprenant de constater que les analyses de la médicalisation la pensent souvent comme une extension des mécanismes de contrôle social [26]. Ainsi Irving Zola (1990) suggère-t-il que la médecine est une « institution majeure » de contrôle social sur la base qu’elle aurait remplacé la religion comme espace-temps de définition de la vérité sous de fausses prétentions de neutralité et d’objectivité [27]. Il conclut à une « médicalisation de la vie de tous les jours » à partir de l’impression que l’on peut apposer à un nombre croissant de dimensions de notre vie les « étiquettes santé ou maladie ». Weitz (1996) considère également que la construction de la réalité dans le langage de la biopathologisation fait des médecins des « agents de contrôle social » , cette construction leur permettant de contrôler les individus. L’histoire de l’usage de l’électrochoc et de la lobotomie ou les enjeux liés à la détermination psychiatrique de la responsabilité criminelle sont quelques exemples qui confirment l’importance accordée aux rapports de réciprocité entre l’état des savoirs sur les corps et leurs usages dans la légitimation politique du recours à la force et la détermination de son langage (peine ou traitement ?).

Les analyses de Bryan Turner (2000, 1992, 1991, 1987) fournissent une construction théorique plus affirmée de la médicalisation [28]. S’inspirant à la fois de la perspective foucaldienne et des thèses wéberiennes de la rationalisation et de la bureaucratisation, Turner (1987 :225) considère que la médicalisation implique une normalisation disciplinaire bureaucratisée de la régulation des corps, normalisation mise en place par un biopouvoir au nom d’une « conception abstraite de la santé comme dimension de la citoyenneté [29] » . Dans Regulating Bodies, Turner considère que nous sommes entrés dans l’ère d’une « société somatique » :

We might define the somatic society as a social system in which the body, as simultaneously constraint and resistance, is the principal field of political and cultural activity. The body is the dominant means by which the tensions and crises of society are thematized (...) The feminist movement, pensioners’ lobbies, AIDS campaigns, pro- and anti-abortion cases, fertility and infertility programmes, institutions to store human organs, safe-sex campaigns, global sporting spectaculars, movements for preventive medicine, campaigns to control global tourist pornography, and various aspects of the Green Movement are all major aspects of the bio-politics of the somatic society. We are no longer so much concerned about increasing production, but about controlling reproduction; our major political preoccupations are how to regulate the spaces between bodies, to monitor the interfaces between bodies, societies and cultures, to legislate on the tensions between habitus and body. We want to close up bodies by promoting safe sex, sex education, free condoms and clean needles.

Turner, 1992 : 12-13

Des auteurs considèrent que les limites et les coûts de la médecine curative dessinent la nécessité politique d’une médecine préventive (Herzlich et Pierret, 1984). Cette nécessité, bâtie sur l’intégration des conduites individuelles et intercorporelles dans la reconfiguration de la pensée médicale devant les épidémies du XIXe siècle (Pinell, 1998; Faure, 1998), s’exprime clairement en notre ère du sida. D’après Foucault (1963:25), cette incorporation des conduites individuelles et intercorporelles signifie qu’il ne peut « y avoir de médecine des épidémies que doublée d’une police » ; la médecine est un « oeil qui régit ». Selon une lecture foucaldienne, la médecine préventive opère une macropolitique gestionnaire sur la base des savoirs constitués par l’épidémiologie. En adoptant cette perspective, on peut conclure avec Peterson (1997:193) : « By focusing not on individuals but on factors of risk, on statistical correlations of heterogeneous elements, the experts have multiplied the possibilities for preventive intervention. » Construire macropolitiquement le vivant devient un ensemble de stratégies de minimisation du risque. Une telle modalité de construction des politiques de santé publique s’opère dans un vacuum théorique de l’action, proposant plutôt une décomposition de plus en plus fine de la personne en tant que corps-objet/machine (système immunitaire, gènes, taux de cholestérol, etc.) afin de permettre l’établissement de corrélations statistiques devenues facteurs de risque [30]. Cette modalité suppose également un « abus de rationalité » (Bibeau, 2000) en ce qu’elle réduit la complexité de la conduite humaine dans un individualisme méthodologique. La personne que tente de re-composer la macropolitique de promotion de la (bio)santé est un bricolage de construits de risques qu’on assemble dans une conception rationnelle de l’action : la personne qui « croit la bonne chose » est celle qui se tient à l’abri des risques dont l’évitement est à sa portée si elle surveille les produits qu’elle consomme, sa sexualité, sa posture, ses seringues, etc. (voir Lupton, 2000, 1997, et Good, 1994 : ch. 1). Les politiques de santé publique opérant la promotion de la (bio)santé sont ainsi critiquées pour la psychologie behavioriste, la décontextualisation de l’action, l’absence de considérations phénoménologiques et le « blâme de la victime » qu’elles supposent aux yeux de plusieurs sociologues et anthropologues, dont Armstrong (2000), Bourgois (1998) et Peterson (1997 [31]). L’importance du risque dans le savoir/pouvoir de la promotion de la (bio)santé est d’ailleurs réifiée comme principe moteur du social dans la « société du risque » que décrit Ulrich Beck.

Rationalisation technoscientifique du social

Ultimately, man finds in things nothing but what he himself has imported into them: the finding is called science.

Friedrich Nietzsche, The Will to Power, 1968

Les théories contemporaines du social développées par Michel Freitag, Ulrich Beck, Anthony Giddens et Niklas Luhmann permettent, de notre point de vue, d’éclairer macrosociologiquement les thèses de la médicalisation et les liens qui les unissent à l’efficience du langage de la périllisation. À travers un certain nombre de concepts, et en gommant les distinctions importantes qu’opère la pensée de chacun, on peut construire un ensemble convergent des regards qu’ils portent sur le social. Ces concepts sont le risque, la réflexivité, la rationalisation, le savoir et la technologie.

C’est la réflexivité qui conduit ces auteurs à accorder au concept de risque une telle importance dans l’analyse qu’ils font de la société contemporaine. Beck (2001:36) affirme que si le processus de modernisation est réflexif, c’est qu’il « est à lui-même objet de réflexion et problème » La réflexivité est processus de rationalisation parce qu’elle suppose la constitution discursive de l’objet qu’elle (re)constitue; elle est le mode d’opération de la rationalisation dans le temps [32]. La théorie quantique, le virus du sida, l’inconscient et le crime constituent autant d’exemples de construits sociaux qui, dans les langages qui leur donnent sens (physique, biologie, psychologie, droit), deviennent réflexivement objets non seulement de transformation dans leur procès de rationalisation autoréférentielle, mais aussi d’organisation sociale (Giddens, 1990) [33].

Ces précisions sur la réflexivité permettent d’aborder la « société du risque » que propose Beck. D’après lui, les transformations qu’opère l’avènement d’une telle société se résument de la façon suivante :

Les sociétés du risque ne sont pas des sociétés de classes (...) Elles ont en elles une dynamique évolutionnelle qui détruit les frontières et repose sur une démocratie de base, elles placent uniformément l’humanité dans une situation où elle se met en péril d’elle-même, par l’intermédiaire de la civilisation. (...) La nécessité de se prémunir du risque vient remplacer la nécessité de se prémunir de la pénurie.

Beck, 2001 : 86

Ainsi, selon Beck, la production sociale des risques vient déclasser une conception de la société dont le principal vecteur est la production des richesses. Le temps et l’énergie ne seraient plus consacrés à produire des événements, mais plutôt à s’assurer qu’ils ne se produisent pas (voir aussi Ritzer, 1997). Dans la société du risque, comme dans la société opérationnelle-décisionnelle de Freitag (2002, 1986b), dans la modernité avancée de Giddens (1990) ou dans la théorie des systèmes de Luhmann (1995, 1993), le futur remplace le passé comme moteur d’opérations macrosociales pragmatiques, carburant à la prédiction sur la base de savoirs utiles orientant la gestion des choses et des individus dans le seul horizon des possibilités techniques [34].

On assisterait, selon Beck, à une nouvelle configuration des rapports de production et de consommation sous l’angle du risque. Et si les sciences (post)positivistes ne peuvent contrôler « l’efficacité sociale des définitions du risque », la détermination réflexive des risques serait néanmoins intimement liée à leur scientificisation : « Tant que les risques ne sont pas scientifiquement reconnus, ils n’existent pas — en tout cas pas juridiquement, médicalement, technologiquement et socialement. » (Beck, 2001 : 130). La construction de la réalité qu’opèrent les savoirs se trouve donc au centre de ce social que dépeignent les auteurs à partir de la réflexivité, de la « colonisation du futur » et du risque.

La réflexivité du social reposerait sur une « raison militante » (Tibon-Cornillot, 1992), une « rationalité de domination » (Habermas, 1968); sur la célébration d’une inscription de la production du savoir utile dans une épistémologie (post)positiviste. Comprendre quels genres de LIDI désirent les personnes qui s’injectent demeure de l’ordre de l’interprétation; prédire quel pourcentage de la « clientèle à risque » sera rejointe par cette technologie est par contre utile. Comprendre quelles ont été les conséquences de la mise en place des PES dans la vie des personnes qui s’injectent est étranger à la macropolitique de promotion de la (bio)santé; chiffrer le nombre de seringues distribuées/récupérées et extrapoler l’impact des PES sur le niveau général du risque que posent les pratiques d’injection permet par contre de justifier ou d’invalider ces programmes. La rationalisation et l’orientation pragmatique du social dans la gestion de l’incertitude tendent donc à appeler la construction instrumentale de producteurs de savoirs utiles. Des « McChercheurs » qui participent à la « McDonaldisation du social » (Ritzer, 2000; Star, 1991) par la nature des « datas » qu’ils produisent, aussi comparable que l’est la saveur d’un Big Mac acheté à Régina ou à Sherbrooke. Des producteurs dont le travail s’enchaîne à une bureaucratie nourrie de subventions justifiées par le chiffre des publications (voir Freitag, 1995).

La science et les technologies qui fournissent des bases aux décisions politiques constituent, pour Habermas (1968 : 57), une « nouvelle idéologie » qui « dégage complètement de l’organisation de la vie collective les critères de la justification idéologique, c’est-à-dire des règles normatives de l’interaction ». Ce « modèle décisionniste » que décrivent Beck, Giddens, Luhmann et Freitag est vu par Habermas (1963 : 100) comme une manifestation de la victoire d’une « intelligentsia scientifique » pour qui le politique devient « organe d’exécution ». Freitag et Luhmann refusent clairement de poser ce diagnostic, évoquant plutôt une multiplicité de langages, autoréférentiels, indépendants, construisant les objets et opérationnalisant les modes de gestion découlant des problèmes qu’ils posent réflexivement. Le politique posséderait sa propre logique, certes interpénétrée, entre autres, des savoirs de la science qu’elle interprète, mais non pas dominée dans l’opération de son langage (Luhmann, 1990b). Ces conclusions amènent les deux auteurs à se débarrasser de la notion même de société, puisque celle-ci n’a plus, chez Luhmann, de centre (le capitalisme, la culture, etc.) et, chez Freitag, de « caractère d’a priori [35] ».

L’espace convergent que nous construisons à partir des travaux des auteurs considérés ici est en somme marqué par la pluralisation des espaces de régulation sociale et des territoires discursifs constituant par autoréférence leurs objets et les opérations décisionnelles qu’ils appellent, par l’orientation rationalisée du social vers le futur cependant que l’ère prédictive repose sur les savoirs et les instruments technologiques. Cet espace n’est pas sans conséquences pour les constructions sociologiques qu’il est possible de tirer des rapports entre les institutions sociales et l’individu.

Identité, liberté et autorégulation

Notre seule liberté est de choisir entre l’amertume et le plaisir. L’insignifiance de tout étant notre lot, il ne faut pas la porter comme une tare, mais savoir s’en réjouir.

Milan Kundera, L’identité, 1997

D’après Laurin (1999), le démantèlement des institutions intermédiaires de la régulation sociale (famille, église, école, travail) caractérise la société contemporaine. Dans une analyse similaire, Ehrenberg (1995) suggère une tendance sociopolitique induisant le transfert de la prise en charge de la destinée de l’individu des institutions vers celui-ci, qui se trouve de ce fait responsabilisé de la trajectoire et de la dotation du sens de son existence. Fitoussi et Rosanvallon (1996) affirment de leur côté que la modernité se lit comme un « refus de définir autoritairement la nature de l’homme », ne laissant à la personne rien d’autre « de valable à intérioriser » qu’elle-même et les conséquences de ses actes. Un « malaise identitaire » découlerait de ce mouvement d’autonomisation de l’individu, de cette privatisation de l’identité. Les auteurs abordant la question de l’exclusion sociale et du meurtre néolibéral de l’État-providence aboutissent à des conclusions similaires (De Queiroz 1996; Castel, 1995a, 1995b, 1994; Xiberras, 1993).

Les théories du social aperçues en amont conduisent à une même vision de la problématique sociologique de l’identité du fait de leur insistance sur le pluralisme des langages de construction de la réalité. L’individu y devient une conscience socialement située, un projet toujours inachevé d’autoconstruction réflexive [36] à l’image du Sisyphe d’Albert Camus ou des personnages de Milan Kundera. Devant la fin des métarécits (Lyotard, 1979) et la multiplicité des langages sécularisés (Berger, 1980), la personne serait placée face à elle-même pour définir réflexivement ce qu’elle est dans son rapport à soi et à autrui (Luhmann, 1998a; Giddens 1991; Rorty, 1985). L’individu doit donc faire sien le sens en puisant à un nombre de plus en plus diversifié de construits sociaux qui ne présentent pas un univers de significations consensuelles et non paradoxales (Luhmann, 1998b, 1995; Teubner, 1994; Rorty, 1980; Lyotard, 1979).

Selon la lecture que nous présentons de la problématique sociologique de l’identité, le corps, la psyché et l’inscription sociale de la personne constituent les trois axes sur lesquels prend forme l’autoconstruction réflexive du soi. La décomposition identitaire sur ces trois axes en fait des matériaux objectivés dont il reviendrait à la personne d’en être la principale artisane. Libre et autorégulée. Dans la perspective suggérée, la construction que fait la personne de son corps, de son rapport à elle-même et à autrui se réalise par l’interprétation réflexive qu’elle fait des discours sociaux, particulièrement ceux de la symptomatologisation, dans les espaces-temps qui les médiatisent. Ainsi la thèse de la médicalisation que nous avons abordée s’arrime-t-elle à la construction sociologique du culte du corps : cultes hygiéniques, diététiques, esthétiques, médicaux, thérapeutiques (Featherstone, 1991; Ehrenberg, 1991; Dostie, 1988). Les axes de la psyché et de l’inscription sociale induisent d’autres préoccupations existentielles établies dans la même différence normal/pathologique. Ainsi peut prendre sens la prolifération des techniciens du rapport à soi et à autrui [37], dont la mission est de guider l’individu vers son « actualisation » au moyen des mots, voire d’une pure technique — par exemple, l’usage de drogues légales (Prozac et autres) ou l’usage de l’électrochoc dans certains « cas » de dépression. L’individu est ainsi contraint par l’impératif d’être soi-même; la liberté est obligation existentielle (voir Rose, 1999; Nettleton, 1997). Vie amoureuse, vie sexuelle, réussite scolaire et professionnelle, rapports interpersonnels, santé mentale, pratique psychotrope, compétence parentale, autant de territoires colonisés par les savoirs et technologies des bio-, psycho- et sociopathologues. Ce complexe appareillage technique et discursif permet de signifier les interactions que nous avons et les représentations médiatiques que nous consommons [38], dans lesquelles nous construisons réflexivement Éros et Thanatos. De notre point de vue, la thèse sociologique de la médicalisation devrait être vue comme témoin d’un procès plus généralisé de symptomatologisation [39]. Il s’agirait alors de lire dans le social une microphysique normalisante dans laquelle la thèse foucaldienne est enrichie d’une attention phénoménologique, révélant le processus d’appropriation et de signification des savoirs par la personne et sa critique capacité de résistance.

De façon générale, ces considérations sur l’identité signalent l’individualisation des formes de socialités. Au sein d’un tel pluralisme normatif, la privatisation des rapports à soi (corps, psyché et altérité) permet de compléter la lecture suggérée des dispositifs de promotion de la (bio)santé. Pour reprendre le dualisme foucaldien, la microphysique normalisante opérant cette privatisation ne laisse plus à la macropolitique que la tâche de protéger l’intégrité d’un corps vide, appréhendé comme pure bio-logique. D’où les succès politiques de la réduction des méfaits qui mettent de l’avant des stratégies de gestion de corps « sans juger la personne » en s’inscrivant dans la mouvance généralisée d’une rationalisation technoscientifique du social.

Le contrôle de l’usage qui s’opère dans le langage de la périllisation n’est donc pas le contrôle de l’individu en tant qu’objet disciplinaire. Il faudrait plutôt parler d’une gestion des corps et des rapports intercorporels. Le sujet a en effet été noyé dans une population, construite par son inscription dans le registre du risque, prise en charge dans une logique actuarielle. Mais l’individu n’en demeure pas moins investi par les impératifs de santé publique, qui placent en lui toute la responsabilité de ses choix. L’usager de la réduction des méfaits, considéré comme vecteur de risques, est contraint d’autoréguler ses pratiques périllisées en considérant leurs conséquences probabilisées pour l’ensemble de la population.

Quelques visions de l’efficience du langage de la périllisation

Après avoir distingué les trois logiques de contrôle de l’usage des drogues illicites et dégagé certaines manifestations de leur interpénétration, nous avons présenté plusieurs univers théoriques afin de rendre possible une analyse sociologique compréhensive de l’attrait politique que présente la réduction des méfaits. Nous pouvons maintenant poser quelques-uns des jalons de cette analyse.

L’efficience du langage de la périllisation dans le domaine du contrôle de l’usage des drogues illicites, que signalent les succès politiques des stratégies se revendiquant de la réduction des méfaits, vient complexifier la gamme des couleurs avec lesquelles il est possible de peindre les utilisateurs de drogues. Aux représentations sociales que permettent les langages de la criminalisation et de la symptomatologisation, vient se mêler la construction de ces personnes comme productrices de risque, non seulement pour elles-mêmes, mais aussi (surtout ?) pour les personnes dont on les distingue (les résidents, les citoyens, la communauté). Il faudrait en examiner les corrélats phénoménologiques tant chez les utilisateurs de drogue que dans leur incorporation dans le monde de la vie (Lebenswelt) des autres. À ce sujet, on a observé des résistances au sein de la « communauté [40] » à l’égard de la re-localisation de PES, et le choix de l’emplacement d’éventuels LIDI pourra en générer d’autres. La construction des personnes UDI comme productrices de risque conduit à interpréter ces résistances autrement que comme la seule opposition des « citoyens » face à des stratégies qu’ils auraient « du mal à comprendre » en raison du statu quo juridique ou parce qu’ils croient que les junkies ont besoin de soins plutôt que programmes de réduction des méfaits. Cette production de l’usager comme vecteur de risque conduit aussi à voir la puissance de la peur comme moteur de solidarité sociale.

Si l’on imagine la construction d’une lunette analytique intégrant les effets sociaux des trois logiques concubines, peut-on voir dans la réduction des méfaits ce qu’y voit Pierre Brisson ?

Cette approche, largement définie, voire imposée par les acteurs de la santé publique, ouvre la porte à un réel humanisme dans les rapports avec les usagers de drogues ainsi qu’à une remédicalisation du phénomène. Le toxicomane n’est plus un déviant, mais un malade que l’on doit amener à maîtriser ses comportements dans l’intérêt de la société, notamment en le traitant avec des produits de substitution. Ainsi s’engage avec les drogues illicites un peu le même processus qu’il y a 40 ans avec l’alcool : une approche rationnelle et scientifique (de nature épidémiologique plutôt que physiologique, cette fois) bat en brèche la conception morale dominante, favorisant la déculpabilisation de l’usager et surtout, sur le plan social, sa non-stigmatisation.

Brisson, 2000 : 33

De notre point de vue, le langage de la périllisation semble, au contraire, favoriser la culpabilisation et la stigmatisation de la personne consommatrice hors du réseau des spécialistes de la réduction des méfaits. Nous n’affirmons pas l’incapacité des intervenants d’accueillir les consommateurs dans l’esprit humaniste qu’a défendu Carl Rogers (1961). Nous suggérons plutôt que la peur attachée à l’UDI-vecteur-de-risque permet une stigmatisation accrue des usagers. Leur symbolisation par le langage de la périllisation ne peut qu’entrer en compétition avec les efforts déployés par maints acteurs pour les signifier sociopathologiquement, par exemple en faisant la promotion d’une analyse de la toxicomanie comme conséquence de l’exclusion sociale ou d’une enfance de victimisation. À tout le moins, les personnes consommatrices se sentent-elles objet de stigmatisation sociale pour des motifs extérieurs à ceux signifiés par leur symptomatologisation :

Lorsqu’on leur demande ce qu’ils ou elles pensent de la mise en place de lieux d’injection de drogues illicites, les préoccupations pour les seringues à la traîne et la visibilité de la consommation sont des dimensions centrales des discours des consommateurs. La conscience que leurs pratiques de consommation sont sources de tensions sociales est au coeur de la réponse qu’offrent les consommateurs qui ne disposent pas de lieux privés pour s’injecter.

Carrier et Lauzon, dans le présent numéro

Dans le contexte de la privatisation de l’identité, la macropolitique de promotion de la (bio)santé dessine non pas l’exigence de transformations structurelles (lutte contre la pauvreté, nivellement des inégalités) que promeut la sociopathologisation, mais bien la dissémination de savoirs et de techniques dont il incombe à la personne d’en faire bon usage pour proactivement préserver sa bio-logique des risques. Cela devient la recette de la santé, dont l’investissement politique la construit biomédicalement. Dans un climat empreint d’un « totalitarisme ‘légitime’ de la prévention » (Beck, 2001:145) et d’un investissement sociopolitique marqué du corps, la seringue qui pénètre le corps dans le registre du risque peut-elle ne pas appeler le langage de la symptomatologisation, qui, avec la peur, est au coeur de la stigmatisation des personnes ?

Le langage de la périllisation n’aborde pas l’usage sous l’angle du symptôme, dont se charge une microphysique disciplinaire indépendante [41]. Il ne s’embarrasse donc d’aucune considération pour la personne. Nous y voyons l’une des pistes permettant d’interpréter son efficience [42]. Plutôt que de chercher à comprendre l’incertaine herméneutique des savoirs socio/psy, la périllisation interprète une gamme de savoirs enveloppés d’une efficace prétention logocentrique. Devant la complexité et l’incertitude des mots des sciences « humaines » , l’univocité apparente du chiffre que met de l’avant la logique de périllisation présente une possibilité de traduction beaucoup plus simple pour les systèmes « experts » (Giddens), « sociaux » (Luhmann) ou pour la société « opérationnelle-décisionnelle » (Freitag). Si celle-ci fait l’expérience de son futur dans le risque de la décision (Luhmann, 1998b : 70), alors le savoir mis en chiffre s’y présente comme l’instrument tout désigné. Celui qui se formule par les mots, comme un problème qui s’ajoute aux autres.

Dans la macropolitique de promotion de la (bio)santé de la personne décomposée, le chiffre colle à la santé biomédicale mais se sublime dans la poursuite romantique d’une santé psycho-sociale, laquelle devient alors un risque pour le politique. Les personnes en (bio)santé qui cependant souffrent deviennent ainsi pensables comme « malades » d’elles-mêmes, et l’on peut alors trouver, comme le gueule le poète Richard Desjardins (1992), « le kid dans la ruelle entre les mains d’un psy ».

La notion d’« aide à la survie » était chère aux intervenants de première ligne ayant instauré les premières initiatives locales, personnalisées, non politiques, illégales, de réduction des méfaits (voir Carrier, 2003 et Haemming, 1992). Cette notion ne peut, une fois qu’elle a acquis une reconnaissance politique, qu’être traduite dans le langage de gestion des « populations cibles » que parle la périllisation (voir aussi Mugford, 1993b). Comment y retrouver la personne quand n’est chiffrable qu’un (bio)corps décomposé en facteurs de risque, dont on oublie qu’ils reposent sur une épistémologie qui a pour seule solidité son efficacité sociale ?

Si la périllisation – arrimée à une macropolitique de la promotion de la (bio)santé) — et le thérapeutique (à une microphysique de normalisation disciplinaire) présentent deux langages dont on ne saurait éteindre l’énergie, et encore moins pointer du doigt des responsables, la prohibition présente au contraire une imputabilité politique qui rend possible l’action. Pour la tuer et laisser mourir d’elle-même sa langue. Pour ainsi libérer d’une des trois logiques de contrôle les personnes qui consomment les produits et qu’a intégrée problématiquement en son sein la marche réflexive d’une domination occidentale assise sur le trône bancal et dangereux de sa raison.

Conclusion

We need not assume that the reader’s response is constrained by the text.

Paul Atkinson, The Ethnographic Imagination, 1990

Notre analyse des logiques de contrôle de la pratique psychotrope confirme l’idée d’une rupture induite par la réduction des méfaits. Cette rupture se réalise par la construction d’un nouvel objet de régulation. La périllisation de certaines formes d’usage de drogues illicites conduit à la production du champ d’action des stratégies de réduction des méfaits dans une logique autonome par rapport aux modèles traditionnels de la criminalisation et de la symptomatologisation. Notre analyse remet toutefois en question l’idée reçue à l’effet que la réduction des méfaits constitue une solution de rechange aux deux autres logiques, qu’elle disqualifierait. En effet, la réduction des méfaits ne propose pas de remplacer l’opération des logiques de criminalisation et de thérapeutisation, mais s’accapare un espace-temps de contrôle de l’usage à l’intérieur du cadre prohibitionniste, dans lequel se maintient la construction de l’usage sous l’angle du symptôme. Les logiques traditionnelles ne sont pas abandonnées au profit d’un nouveau « paradigme » triomphant. Les trois logiques s’accommodent de leur concubinage et chacune peut récupérer à son compte, c’est-à-dire dans son langage, les produits discursifs des autres. Cette perspective permet dès lors de mieux comprendre pourquoi la popularité accrue pour le langage de la périllisation n’a jamais réussi à miner de façon définitive la pérennité du modèle prohibitionniste. La logique prohibitionniste démontre une capacité à intégrer les éléments issus des autres logiques concubines sans toutefois devoir opérer des transformations significatives dans sa propre logique interne. La criminalisation de la pratique psychotrope demeure donc imperméable aux critiques qui émanent des autres logiques, justement parce qu’elles émanent d’un autre système qui construit son objet selon des règles qui lui sont propres. De notre point de vue, l’idée véhiculée à l’effet que la réduction des méfaits puisse conduire à la chute du prohibitionniste est une - certes, honorable - profession de foi.

L’exploration des diverses théories sociologiques nous a permis d’éclairer l’efficience du langage de la périllisation au sein des sociétés contemporaines. Nous n’avons pas cherché à conclure ce texte en entreprenant l’impossible épuisement de toutes les interprétations qui peuvent être conduites. On pourra nous reprocher de ne pas avoir établi une rhétorique pour asseoir l’autorité des théories sélectionnées. Cela s’explique par notre désir de multiplier les façons de situer le langage de la périllisation. Nous n’avons cherché qu’à évoquer et à stimuler des regards possibles sur les stratégies de réduction des méfaits. Les bio-, psycho- et sociopathologues qui nous aurons suivis jusqu’ici pourront nous critiquer pour traiter du contrôle de l’usage des drogues illicites comme d’un problème sociologique plutôt que social. À nos yeux, écrire ce contrôle dans une pensée qui évite de le nourrir est un impératif politique.

Parties annexes