Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

L'Actualité économique

Volume 74, numéro 3, septembre 1998, p. 381-413

L’économie du développement

Sous la direction de André Martens

Direction : Paul Lanoie (directeur)

Éditeur : HEC Montréal

ISSN : 0001-771X (imprimé)  1710-3991 (numérique)

DOI : 10.7202/602268ar

ae
< PrécédentSuivant >
Article

Les leçons du mariage entre les modèles d’équilibre général calculable et la nouvelle théorie du commerce internationalApplication à la Tunisie

John Cockburn

Centre de recherche en économie et finance appliquées (CRÉFA), Université Laval

Bernard Decaluwé

Centre de recherche en économie et finance appliquées (CRÉFA), Université Laval

Benoît Dostie

Centre de recherche en économie et finance appliquées (CRÉFA), Université Laval

RÉSUMÉ

La nouvelle théorie du commerce international démontre que la présence de concurrence imparfaite et d’économies d’échelle peut modifier de manière radicale les impacts de politiques commerciales. Toutefois, malgré l’ampleur apparente de ces deux phénomènes dans les pays en développement et les réformes commerciales qui y sont présentement appliquées, très rares sont les études empiriques qui en tiennent compte. De plus, nous montrons que la principale étude qui fait exception contient une incohérence de modélisation qui mène à une surestimation considérable de l’effet dit procompétitif de la libéralisation commerciale. Nous présentons en détail les fondements théoriques et la procédure à suivre pour une intégration cohérente de la concurrence imparfaite dans un modèle traditionnel d’équilibre général calculable. Le fonctionnement du modèle est ensuite illustré à travers une application à la Tunisie, application qui indique que l’effet procompétitif à espérer de la libéralisation commerciale y est faible.

ABSTRACT

Lessons Derived from CGE Models and the New Theory of International Trade

An Application to Tunisia

The new trade theory shows that taking into account imperfect competition and economies of scale can drastically modify our predictions concerning the impact of trade policy. However, despite the apparent importance of these phenomena and the extent of current trade liberalization in developing countries, there are extremely few empirical trade analyses which consider them. Further, we find that the principal exception to this rule is a study that contains a modelling inconsistency leading to a considerable overestimation of the pro-competitive effects of trade liberalization. We present in detail the theoretical foundations and the procedure to follow in consistently modelling imperfect competition in a traditional computable general equilibrium trade model. An illustration is then provided through an analysis of Tunisian trade policy options which indicates that very limited pro-competitive effects are to be expected from trade liberalization.

Auteurs : John Cockburn, Bernard Decaluwé et Benoît Dostie
Titre : Les leçons du mariage entre les modèles d’équilibre général calculable et la nouvelle théorie du commerce international : application à la Tunisie
Revue : L'Actualité économique, Volume 74, numéro 3, septembre 1998, p. 381-413
URI : http://id.erudit.org/iderudit/602268ar
DOI : 10.7202/602268ar

Tous droits réservés © HEC Montréal, 1998

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014