Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Anthropologie et Sociétés

Volume 32, numéro hors série, 2008, p. 42-47

Globalisation des cultures : traces, traverses et voix de jeunes anthropologues

Sous la direction de Fabien Pernet et Karoline Truchon

Direction : Francine Saillant (directrice)

Éditeur : Département d'anthropologie de l'Université Laval

ISSN : 0702-8997 (imprimé)  1703-7921 (numérique)

DOI : 10.7202/000204ar

as
< PrécédentSuivant >
Article

Les furita et la définition du travail temporaire au Japon

Vincent Mirza

Département d’études est-asiatiques

Université McGill

3434, rue McTavish

Montréal (Québec) H3A 1X9

Canada

vincent.mirza@videotron.ca

Résumé

Depuis le début des années 1990, le Japon est entré dans une période de difficultés économiques qui perdure. Une conséquence majeure de cette crise concerne l’affaiblissement de la transition entre le système d’éducation et le monde du travail qui s’est traduit par l’augmentation des employés à temps partiel et temporaire. Paradoxalement, la flexibilisation de la main-d’oeuvre s’est accompagnée d’un discours conservateur dénonçant le manque d’éthique du travail chez les jeunes adultes. À travers la formation d’une catégorie, les furita, nous verrons comment la signification du travail est mise en jeu.

Mots-clés : Mirza, représentations, furita, travail, Japon

Abstract

Freeters and the definition of work in Japan

Since the early 90s’, Japan is going through a time of major economical difficulties. One of the consequences of the crisis is the weakening of the ties between big companies and universities that translated into an increase of temp workforce. Paradoxically, even if many worry about the increasing unemployment and insecurity, there is also narratives in the public space that are accusing the new generation for being irresponsible, selfish and to lack ambition. Through the creation of a category, the freeters, we will examine how the meaning of work comes into play.

Keywords: Mirza, representations, freeters, work, Japan

Auteur : Vincent Mirza
Titre : Les furita et la définition du travail temporaire au Japon
Revue : Anthropologie et Sociétés, Volume 32, numéro hors série, 2008, p. 42-47
URI : http://id.erudit.org/iderudit/000204ar
DOI : 10.7202/000204ar

Tous droits réservés © Anthropologie et Sociétés, Université Laval, 2008

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2015