Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Anthropologie et Sociétés

Volume 39, numéro 1-2, 2015, p. 103-120

Liaisons animales : question d'affects / Connecting with Animals : The Dynamics of AffectsCuestiones de afecto / Vínculos con los animales : The Dynamics of AffectsCuestiones de afecto

Sous la direction de Frédéric Laugrand, Michèle Cros et Julien Bondaz

Direction : Frédéric Laugrand (directeur)

Éditeur : Département d’anthropologie de l’Université Laval

ISSN : 0702-8997 (imprimé)  1703-7921 (numérique)

DOI : 10.7202/1030841ar

as
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

Amours sans frontièresNouveaux horizons de la zoophilie à l’époque de la libération animale

Sergio Dalla Bernardina

Faculté des lettres et sciences sociales Victor Segalen, Université de Bretagne occidentale, 20, rue Duquesne, CS 93867, 29238 Brest Cedex 3, France

sergio.dalla-bernardina@univ-brest.fr

Résumé

Consécutivement aux avancées de l’éthologie (l’animal pense, souffre, se projette même dans le futur), aux données de l’anthropologie (l’animal, dans de nombreuses sociétés, est considéré comme un sujet à part entière) et aux déductions de la philosophie (s’il est un sujet, il a donc des droits), nous assistons aujourd’hui à une révision de la frontière homme/animal. Cette remise en cause, illustrée par des ouvrages comme Animal liberation (1975) de Peter Singer, a des effets collatéraux : en « libérant » les animaux elle dédouane aussi, et rend donc représentable, toute une série de fantasmes liés à la sexualité entre espèces différentes. Concevable sur un plan logique, cette révolution pose des problèmes d’ordre symbolique. Les rumeurs rattachées aux pratiques zoophiles, avec leur cortège de traumatismes, de maladies et autres « sanctions » (naturelles et surnaturelles) nous rappellent que l’abolition des différences, sur le plan de l’imaginaire, a des effets catastrophiques : loin d’assurer la paix, elle engendre le désordre et alimente les conflits.

Mots clés : Dalla Bernardina, frontière homme/animal, zoophilie, antispécisme, éthique animale, initiation, anthropologie de la nature

Abstract

Love without Borders

New Horizons of Bestiality in the Time of Animal Liberation

Following advances in ethology, leading to the idea that animals think, suffer and even make plans for the future ; data from anthropology, showing how many societies regard animals as individuals in their own right ; and deductions of philosophy, whereby if an animal counts as an individual then it has rights, the human/animal boundary is experiencing vast changes. This questioning, illustrated by works such as Animal Liberation (1975) by Peter Singer, has collateral effects : by « liberating » animals, other barriers are also broken down and thus a whole range of fantasies about inter-species sex can be imagined. Although logically conceivable, this revolution poses problems of a symbolic nature. Speculation about bestial practices, with their associated ensemble of injuries, diseases and other « punishments » (natural and supernatural) remind us that the removal of imaginary differences has catastrophic effects : far from ensuring peace, it creates disorder and fuels conflicts.

Keywords: Dalla Bernardina, Human-Animal Boundary, Bestiality, Anti-Speciesism, Animal Ethics, Initiation, Anthropology of Nature

Resumen

Amores sin fronteras

Los nuevos horizontes de la zoofilia en la época de la liberación animal

Consecuencia de las avances en la etnología (el animal piensa, sufre, incluso se proyecta en el futuro), de los datos de la antropología (el animal, en muchas sociedades, es considerado como un sujeto de pleno derecho) y de las reflexiones filosóficas (si hay un sujeto, lógicamente tiene derechos), actualmente asistimos a una revisión de la frontera hombre/animal. Este cuestionamiento, ilustrado por obras como Animal Liberation de Peter Singer, ha causado efectos colaterales : al « liberar » a los animales, se libera también, y por lo tanto se vuelven representables, a toda una serie de fantasmas ligados con la sexualidad entre especies diferentes. Concebible en el plan lógico, esta revolución provoca problemas de tipo simbólico. Los rumores relacionados con las prácticas zoófilas, con su cortejo de traumas, enfermedades y otras « sanciones » (naturales y sobrenaturales) nos recuerdan que la abolición de las diferencias, al nivel imaginario, tiene efectos catastróficos : lejos de asegurar la paz, se engendra el desorden y se alimentan los conflictos.

Palabras clave: Dalla Bernardina, frontera hombre/animal, zoofilia, anti-especiesismo, ética animal, iniciación, antropología de la naturaleza

Auteur : Sergio Dalla Bernardina
Titre : Amours sans frontières : nouveaux horizons de la zoophilie à l’époque de la libération animale
Revue : Anthropologie et Sociétés, Volume 39, numéro 1-2, 2015, p. 103-120
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1030841ar
DOI : 10.7202/1030841ar

Tous droits réservés © Anthropologie et Sociétés, Université Laval, 2015

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016