Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Anthropologie et Sociétés

Volume 39, numéro 1-2, 2015, p. 179-199

Liaisons animales : question d'affects

Sous la direction de Frédéric Laugrand, Michèle Cros et Julien Bondaz

Connecting with Animals : the Dynamics of Affects

Vínculos con los animales : cuestiones de afecto

Direction : Frédéric Laugrand (directeur)

Éditeur : Département d’anthropologie de l’Université Laval

ISSN : 0702-8997 (imprimé)  1703-7921 (numérique)

DOI : 10.7202/1030845ar

as
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

Émissaires des ancêtresLes oiseaux dans la vie et dans la cosmologie des Truku de Taïwan

Scott Simon

École d’études sociologiques et d’anthropologiques, Faculté des sciences sociales, Université d’Ottawa, 120, Université Ottawa, (Ontario) K1N 6N5, Canada

Scott.Simon@uottawa.ca

Article inédit, traduit de l’anglais par

Catherine Broué

Résumé

Les Truku de Taïwan, jadis reconnus pour l’art de la guerre et la chasse aux têtes humaines dans les forêts montagneuses de l’île, possèdent une riche connaissance de la faune et de la flore sauvages qui s’y trouvent. Les chasseurs et les horticulteurs observent le comportement des oiseaux pour le plaisir, pour protéger leurs semences et pour y déceler des signes divinatoires. L’oiseau appelé sisil (Alcippe à joues grises, Alcippe morrisonia), qui est devenu le symbole national des tribus sadyaq (seediq/sediq/sejiq) et truku, prédit le succès ou l’échec à la chasse. Le hibou et la chouette annoncent le sexe des enfants à naître. Un autre oiseau mystérieux augure la mort. Selon Lévi-Strauss, les systèmes divinatoires faisant appel aux oiseaux paraissent arbitraires, mais deviennent cohérents dans un contexte cosmologique plus large. Le présent article explore la cosmologie aviaire des Truku dans sa complexité historique et au fil des changements sociaux contemporains. Les ontologies naturelles ne sont pas simplement le reflet d’une cosmologie ou d’une culture, elles se transforment également en fonction d’une écologie politique plus vaste, à mesure que les êtres humains instaurent de nouveaux liens avec les êtres non humains.

Mots clés : Simon, oiseaux, animaux, cosmologie, ontologies naturelles, Taïwan, Truku, Sadyaq, Seediq/Sediq/Sejiq

Abstract

Emissaries of the Ancestors

Birds in the Life and Cosmology of the Truku of Taiwan

The Truku of Taiwan, once known for the arts of warfare and for head-hunting in the mountainous forests of the island, possess rich knowledge of the wild fauna and flora found there. Hunters and horticulturalists observe bird behaviour for pleasure, to protect their crops, and for divinatory signs. The sisil bird (Grey-cheeked Fulvetta, Alcippe morrisonia), which has become the national symbol of both the Sadyaq (Seediq/Sediq/Sejiq) and Truku tribes, predicts success or failure in the hunt. The owl announces the sex of unborn children. Another mysterious bird augurs death. Systems of bird divination, according to Lévi-Strauss, seem arbitrary, but become coherent within the larger context of cosmology. This article explores the avian cosmology of the Truku within its historical complexity and across the social change of contemporary life. Natural ontologies are not merely reflections of cosmology or culture, but also change with the broader political ecology as people engage with non-human animals in new ways.

Keywords: Simon, Birds, Animals, Cosmology, Natural Ontologies, Taiwan, Sadyaq, Seediq/Sediq/Sejiq, Truku

Resumen

Emisarios de los ancestros

Los pájaros en la vida y en la cosmología de los Truku de Taiwán

Los Truku de Taiwán, antiguamente reconocidos gracias al arte de la guerra y de la caza de cabezas en las montañas boscosas de la isla, poseen un rico conocimiento de la fauna y de la flora salvaje que en ellas se encuentra. Los cazadores y los horticultores observan el comportamiento de los pájaros por simple placer, para proteger sus semillas y en tanto que signos adivinatorios. El pájaro sisil (Fulveta carigris, Alcippe morrisonia) que se convirtió en el símbolo nacional de la tribu sadyaq (Seediq/Sediq/Segiq) así como de la tribu truku, predice el éxito o el fracaso en la caza. El búho anuncia el género de los niños antes de su nacimiento. Otro pájaro misterio augura la muerte. Los sistemas adivinatorios de los pájaros, según Lévi-Strauss, parecen arbitrarios, pero se vuelven coherentes en el contexto más amplio de la cosmología. Este artículo explora la cosmología aviaria de los Truku en su complejidad histórica y a través del cambio social de la vida contemporánea. Las ontologías naturales no son solamente reflexiones de la cosmología o de la cultura, sino también cambian de acuerdo con la ecología política a una escala más amplia, cuando los seres humanos establecen nuevas relaciones con los animales no humanos.

Palabras clave: Simon, pájaros, animales, cosmología, ontologías naturales, Taiwán, Truku, Sadyaq, Seediq/Sediq/Sejiq

Auteur : Scott Simon
Titre : Émissaires des ancêtres : les oiseaux dans la vie et dans la cosmologie des Truku de Taïwan
Revue : Anthropologie et Sociétés, Volume 39, numéro 1-2, 2015, p. 179-199
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1030845ar
DOI : 10.7202/1030845ar

Tous droits réservés © Anthropologie et Sociétés, Université Laval, 2015

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016