Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Anthropologie et Sociétés

Volume 39, numéro 3, 2015, p. 197-215

Spéculations langagières

Sous la direction de Alexandre Duchêne et Michelle Daveluy

Language Deals

Especulaciones linguisticas

Direction : Frédéric Laugrand (directeur)

Éditeur : Département d’anthropologie de l’Université Laval

ISSN : 0702-8997 (imprimé)  1703-7921 (numérique)

DOI : 10.7202/1034766ar

as
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Note

Les frontaliers sur le marché linguistique luxembourgeoisQuelques pistes de réflexion (note de recherche)

Anne Franziskus

STATEC – Institut national de la statistique et des études économiques, Division statistiques sociales, Centre administratif Pierre Werner, 13, rue Érasme, 1468 Luxembourg

Anne.Franziskus@statec.etat.lu

Résumé

Dans cette note de recherche sont proposées quelques pistes de réflexion sur la forte présence de frontaliers dans le marché de l’emploi luxembourgeois et la demande complexe en compétences linguistiques exigées par les entrepreneurs. Il existe en effet un décalage entre les besoins de la part des entreprises et les compétences disponibles de cette main-d’oeuvre. Plus concrètement, l’article s’appuie sur une étude ethnographique menée dans trois entreprises : un supermarché, une entreprise de distribution de bureau de matériel et une entreprise informatique. Tout d’abord la perspective des responsables quant aux exigences qu’ils posent à leur main d’oeuvre est présentée. Ces discours montrent que le luxembourgeois est la langue la plus convoitée pour les entreprises ancrées dans le contexte local. Ensuite sont mises en évidence les stratégies de compensation mises en oeuvre pour pallier le manque de main d’oeuvre compétente en cette langue. Finalement, le décalage entre les discours managériaux et le vécu des employés frontaliers et les tensions qui existent au sein de l’entreprise sont décrits par le biais du cas d’une entreprise de distribution.

Mots clés : Franziskus, Luxembourg, frontaliers, plurilinguisme, marché du travail

Abstract

Cross-Border Workers in the Linguistic Market Place of Luxembourg

Some Reflexions (Research Note)

In this research note are presented several aspects regarding the presence of a high number of cross-border workers in the Luxembourgish labour market and the complex requirements in linguistic resources on behalf of employers. There is indeed a gap between the needs of employers and the linguistic resources available among this particular labour force. I use an ethnographic study conducted in three workplaces – a supermarket, a distribution company selling office material and an IT company – to analyse some of the issues that underlie cross-border employment in Luxembourg. I first present the management’s expectations with regard to potential employees’ language resources. These discourses suggest that Luxembourgish is the language most needed to account for the desire to be served in the local language by Luxembourgish nationals. I then show the compensation strategies put into place by managers to account for the lack of competent labour force in this language. I end by focusing on the retailing company to show the discrepancies between the managers’ discourses and the way cross-border workers experience their everyday life at work. My ethnographic fieldwork suggests that relations between Luxembourgish nationals and cross-border workers are characterised by tensions related to the (non)use of Luxembourgish by the latter.

Keywords: Franziskus, Luxembourg, Cross-Border Workers, Multilingualism, Labour Market

Resumen

Las fronteras del mercado lingüístico luxemburgués

Pistas de reflexión (nota de investigación)

En esta nota de investigación propongo algunas pistas de reflexión sobre la fuerte presencia de fronterizos en el mercado de trabajo luxemburgués y la compleja demanda en competencia lingüísticas que exigen las empresas. Existe en efecto un desfase entre las necesidades de las empresas y las competencias disponibles de mano de obra. Concretamente, me apoyo en un estudio etnográfico realizado en tres empresas : un supermercado, una empresa de distribución de materiales de oficina y una empresa informática. Por principio presento el punto de vista los responsables en lo que se refiere a las exigencias que piden a sus trabajadores. Esos discursos muestran que el luxemburgués es la lengua más cotizada por las empresas arraigadas en el contexto local. Después, muestro las estrategias de compensación implementadas para compensar la falta de mano de obra competente en dicha lengua. Finalmente, describo, basándome en el caso de la empresa de distribución, el desfase entre el discurso empresarial y las experiencias de los empleados fronterizos así como las tensiones que existen en el seno de la empresa.

Palabras clave: Franziskus, Luxemburgo, fronterizos, plurilingüismo, mercado de trabajo

Auteur : Anne Franziskus
Titre : Les frontaliers sur le marché linguistique luxembourgeois : quelques pistes de réflexion (note de recherche)
Revue : Anthropologie et Sociétés, Volume 39, numéro 3, 2015, p. 197-215
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1034766ar
DOI : 10.7202/1034766ar

Tous droits réservés © Anthropologie et Sociétés, Université Laval, 2015

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016