Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Criminologie

Volume 41, numéro 2, automne-hiver 2008, p. 117-155

Les organisations dites sectes, les lois et la société

Sous la direction de Dianne Casoni

Direction : Dianne Casoni (directrice)

Rédaction : Adriana Pacheco (rédactrice en chef)

Éditeur : Les Presses de l'Université de Montréal

ISSN : 0316-0041 (imprimé)  1492-1367 (numérique)

DOI : 10.7202/019435ar

crimino
< PrécédentSuivant >
Article

Politiques de rage et narcissisme malin

Jodi M. Lane

Étudiante à la maîtrise, Département de sociologie, Université d’Alberta

jmlane1971@hotmail.com

Stephen A. Kent

Professeur, Département de sociologie et Département d’études religieuses, Université d’Alberta

steve.kent@ualberta.ca

Résumé

Dans cet article, le trouble de la personnalité connu sous le nom de « narcissisme malin » est présenté. Ce concept est par la suite utilisé pour expliquer la création, par le dirigeant d’un groupe, de politiques organisationnelles destinées à contrer les personnes qu’il considérait comme ennemies, mettant en évidence la rage narcissique à l’oeuvre. Notre argument est examiné à la lumière d’une étude de cas dans laquelle il est démontré que le dirigeant a tenté de discréditer les détracteurs du groupe, transposant sa rage narcissique dans des politiques organisationnelles que des membres loyaux adoptaient pour lui. À l’aide d’observations psychologiques de la personnalité du chef et, par la suite, en démontrant comment celle-ci est à la source de politiques et d’actions socialement déviantes, nous espérons encourager les criminologues à examiner d’autres groupes en appliquant des théories semblables.

Abstract

In this article, a personality disorder known as “malignant narcissism” is presented. This notion is then used to explain the creation of organizational policies against perceived enemies that reflected this narcissistic rage. We illustrate our argument by the analysis of a case study in which it is shown that the leader attempted to discredit the detractors of the group, thus transposing the narcissistic rage into organizational policies that loyal members enacted on his behalf. By using psychological insights about the leader’s personality, and then showing how that personality translated into socially deviant policies and actions, we hope to encourage criminologists to examine other groups by applying similar theories.

Resumen

En este artículo presentamos el trastorno de la personalidad denominado “narcisismo maligno”. Este concepto es a continuación utilizado para explicar la creación, por parte del dirigente de un grupo, de políticas organizacionales destinadas a contrarrestar a las personas consideradas por él como enemigas y que ponen de manifiesto su ira narcisista. Nuestra argumentación es examinada a la luz de un estudio de caso en el que se demuestra que el dirigente intentó desacreditar a los detractores del grupo, trasfiriendo su ira narcisista a políticas organizacionales que fueron adoptadas por miembros leales a la organización. Gracias a observaciones psicológicas de la personalidad del líder y, más adelante, demostrando cómo su personalidad está en la base de políticas y acciones socialmente desviantes, esperamos alentar a los criminólogos a examinar otros grupos aplicando teorías similares.

Auteurs : Jodi M. Lane et Stephen A. Kent
Titre : Politiques de rage et narcissisme malin
Revue : Criminologie, Volume 41, numéro 2, automne-hiver 2008, p. 117-155
URI : http://id.erudit.org/iderudit/019435ar
DOI : 10.7202/019435ar

Tous droits réservés © Les Presses de l’Université de Montréal, 2008

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014