Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Diversité urbaine

Volume 11, numéro 1, automne 2011, p. 59-80

Vieillir dans la ville

Sous la direction de Ignace Olazabal

Direction : Sylvie Fortin (codirectrice) et Josiane Le Gall (codirectrice)

Éditeurs : Groupe de recherche diversité urbaine et CEETUM

ISSN : 1913-0694 (imprimé)  1913-0708 (numérique)

DOI : 10.7202/1007744ar

du
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

La gentrification de La Petite-Patrie. Quelle place et quel pouvoir pour les aînés ?

Jean-Pierre Lavoie

Centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale (CREGÉS), Centre de santé et de services sociaux Cavendish

École de travail social, Université McGill

lavoie.jean-pierre.cvd@ssss.gouv.qc.ca

Damaris Rose

Institut national de la recherche scientifique, Centre Urbanisation Culture Société

damaris.rose@ucs.inrs.ca

Victoria Burns

Centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale (CREGÉS), Centre de santé et de services sociaux Cavendish

École de travail social, Université McGill

victoria.burns@mail.mcgill.ca

Véronique Covanti

Institut national de la recherche scientifique, Centre Urbanisation Culture Société

veroniquecovanti@gmail.com

Résumé

Pour les résidents qui vieillissent, le quartier gagne en importance. Dans une dynamique de déprise associée au grand âge, les géographies personnelles diminuent. Les relations sociales tendent alors à se restreindre au quartier qui fournit un sentiment de sécurité. C’est pourquoi les gérontologues favorisent le vieillir chez soi. Toutefois, lorsque le quartier est en plein changement, quelles sont les répercussions sur les résidents âgés ? L’étude présentée s’intéresse aux perceptions des personnes âgées quant à l’évolution du quartier de La Petite-Patrie (Montréal) et les répercussions sur leur vie quotidienne. Ces bouleversements, dont certains sont liés à la gentrification, et la déprise associée au vieillissement semblent se conjuguer pour rendre les personnes âgées de plus en plus invisibles et exclure les plus démunies de l’espace public.

Mots clés : Personnes âgées, gentrification, quartier, exclusion sociale, déprise

Abstract

Gentrification in La Petite-Patrie. Which Place and which Power for the Elderly ?

For aging residents, their neighbourhood becomes more important than before. In a dynamic of “disengagement,” their geographical area tends to decrease. Social relations gradually become limited to people who live in the neighbourhood, which also provides a sense of security. Consequently, “ageing in place” has become a burgeoning topic in gerontology. But in a neighbourhood undergoing changes, what are the repercussions for older residents? This study seeks to understand older residents’ perceptions of Montreal’s neighbourhood La Petite-Patrie, its evolution and its impact on their day-to-day lives. These changes, some of which are related to gentrification, are combined with “disengagement” and make older adults (especially the less wealthy ones), increasingly invisible and excluded from public spaces.

Key words: Older adults, gentrification, neighbourhood, social exclusion, disengagement

 Remerciements

Ce projet de recherche, intitulé Gentrification et exclusion sociale des personnes âgées, est subventionné (pour les années 2008 à 2011) par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada dans le cadre de son programme de subvention de recherches ordinaires. Le projet est mené par Jean-Pierre Lavoie (chercheur principal) et Damaris Rose (cochercheure) avec la collaboration, à Toulouse, de Monique Membrado et d’Alice Rouyer. Nous tenons à remercier tous les participants à l’étude, de même que nos partenaires communautaires qui nous ont appuyés dans le développement du projet et dans le recrutement de participants. Nous pensons notamment au Comité logement de La Petite-Patrie, au Conseil des aînés de Notre-Dame-de-Grâce et à la Table de concertation des aînés de l’Île de Montréal.

Auteurs : Jean-Pierre Lavoie, Damaris Rose, Victoria Burns et Véronique Covanti
Titre : La gentrification de La Petite-Patrie. Quelle place et quel pouvoir pour les aînés ?
Revue : Diversité urbaine, Volume 11, numéro 1, automne 2011, p. 59-80
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1007744ar
DOI : 10.7202/1007744ar

Tous droits réservés © Groupe de recherche diversité urbaine et CEETUM, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014