Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 29, numéro 3, 1998, p. 599-629

Direction : Ivan Bernier (codirecteur) et Louis Bélanger (codirecteur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/703920ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Entre propagande et voix dissidentes: l'information internationale et ses sources; le cas de la crise algérienne

Lise Garon

Résumé

Cet article développe l'hypothèse de la subjectivité fonctionnelle de l'information internationale à partir d'une analyse rhétorique du discours de l'évidence et du discours de l'incertain qu'ont reproduits les grands journaux dans la crise algérienne. La période d'observation débute environ deux ans et demi après le coup d'État de 1992. La durée relativement longue du conflit, à ce moment, aurait dû permettre aux médias de se démarquer de la propagande et de mieux valider leurs informations. Pourtant, à l'instar d'autres crises, les médias ont parlé abondamment de ce qu'ils connaissaient mal et ont mis beaucoup de temps à développer une attitude critique face au discours officiel algérien.

Indépendamment de toute considération éthique, le cas algérien suggère que cette subjectivité de l'information internationale tend à réaliser des fonctions bénéfiques à long terme, pour la crédibilité des médias comme pour l'équilibre de l'information (à défaut d'objectivité) : la rhétorique de la subjectivité permet aux grands journaux de changer radicalement d'attitude face à leurs sources, à propos d'un même problème, et sans entacher leur crédibilité ; elle permet aux grands journaux de rouvrir, à partir de la scène internationale, les scènes publiques nationales verrouillées par la censure (une des formes possibles d'influences transfrontières entre médias et gouvernements - une fonctionnalité bénéfique pour la résurgence de l'expression pluraliste).

Abstract

Similar to other violent conflicts, the Algerian civil war was reported by the international media in very biased manner. What social functions do such distorted representations of a conflict perform in the long term, apart from triggering flaming controversy about media ethics ? The 1995 presidential election in Algeria, when taken as a strategy of psychological warfare, casts light upon this problem. An analysis of three dailies, the Canadian La Presse, the Belgian Le Soir and the French Le Figaro, from September 1995 until one year later, suggests that the international press plays three different roles : (1) The media rhetorics serves to release unconfirmed dramatic stories while preserving the media's credibility ; (2) Through unconfirmed war stories, the media may influence the course of crisis: by first supporting propaganda and by shifting to dissident sources after while ; (3) In the end, this late shift to dissident sources may contribute to re-open from outside the country a pluralist public scène that has been closed from inside.

Auteur : Lise Garon
Titre : Entre propagande et voix dissidentes: l'information internationale et ses sources; le cas de la crise algérienne
Revue : Études internationales, Volume 29, numéro 3, 1998, p. 599-629
URI : http://id.erudit.org/iderudit/703920ar
DOI : 10.7202/703920ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1998

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014