Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 1, 1999, p. 31-43

La politique extérieure du Japon : au-delà du réalisme ?

Sous la direction de Jean-Marie Bouissou

Direction : Ivan Bernier (codirecteur) et Louis Bélanger (codirecteur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/703991ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Le Japon dans l'ordre mondial. Une position perpétuellement précaire

Takahashi Susumu

Résumé

Les dirigeants du Japon de Meiji partageaient une vision « réaliste » de l'ordre du monde. Le but de la politique extérieure était de s'élever par la force dans la hiérarchie des nations. Mais en tant que « colonie informelle » des puissances occidentales (jusqu'en 1905), puis de « puissance régionale », le Japon ne pouvait pas s'assurer une position internationale stable. Il était pris entre son incapacité à légitimer son expansion vis-à-vis de ses « inférieurs » des autres pays asiatiques) et le contrôle exercé par ses « supérieurs » (les grandes puissances mondiales). La brutalité et la frustration en ont découlé.

Après 1945, son accoutumance au « réalisme » et à une pratique des relations internationales fondée sur l'usage de la force militaire a permis au Japon de trouver aisément sa place dans l'ordre de la guerre froide, en qualité de « puissance régionale subordonnée ». Il n'a pas su devenir, à l'instar de l'Allemagne, une « puissance moyenne ». Il en restera incapable aussi longtemps que la vision du monde de ses dirigeants ne changera pas.

Abstract

The leaders of Meiji Japan shared a "realistic" view of the world order. The purpose of foreign policy was to help Japan rise up in the hierarchy of nations through the use of force. But as an "informal colony" of the Western powers (until 1905), and then as a "regional power", Japan could not achieve a stable international position. It was caught between its inability to legitimize its expansion vis-à-vis its "inferiors" (the other Asian countries) and the control exercised by its "superiors" (the major world powers). The result was brutality and frustration. After 1945, Japan became used to "realism" and the conduct of international relations based on the use of military force, thus allowing it to find its place easily in the world order of the Cold War era, as a "subordinate regional power". It was never able to become, like Germany, a "middle power". It will remain unable to become one as long as the worldview of its leaders does not change.

Auteur : Takahashi Susumu
Titre : Le Japon dans l'ordre mondial. Une position perpétuellement précaire
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 1, 1999, p. 31-43
URI : http://id.erudit.org/iderudit/703991ar
DOI : 10.7202/703991ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014