Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
alert

Avis d’interruption de service du 11 au 12 juillet 2016 L’accès à la plateforme et à tous les services web d’Érudit sera interrompu du lundi 11 juillet 2016 à minuit (UTC-4) au mardi 12 juillet à minuit (UTC-4) inclusivement dû à une importante opération technique (migration des services sur de nouveaux serveurs). La migration des services durant toute la semaine, des perturbations pourraient par ailleurs survenir du 13 au 15 juillet. Le retour à la normale est prévu pour le lundi 18 juillet. Veuillez nous excuser pour les inconvénients causés.

FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 2, 1999, p. 279-301

Les puissances majeures et les institutions internationales de sécurité, 1990-1997

Sous la direction de Onnig Beylerian et Jacques Lévesque

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704029ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

La France: les institutions internationales au service du rang?

Alex Macleod

Hélène Viau

Résumé

Si la volonté d'affirmer son rang reste toujours fondamentale pour la politique étrangère de la France, elle n'explique pas seule une politique qui se concentre de plus en plus sur les institutions internationales depuis la fin de la guerre froide. D'autres motivations doivent entrer en ligne de compte, notamment : la reconnaissance des insuffisances de ses propres ressources, l'évaluation des limites d'une approche bilatérale, le désir de contenir les tendances unilatéralistes des États-Unis, et le besoin d'affirmer son rôle de puissance de premier plan. En outre, la France cherche à faire adopter des normes de conduite internationale que seules les institutions peuvent imposer. Les trois cas choisis - la réforme de VONU, les sanctions contre l'Irak et le terrorisme - démontrent toute la complexité de la décision française de privilégier dorénavant une action internationale à travers les institutions.

Abstract

If the mil to assert Us international status still remains vital to France's foreign policy, it cannot explain by itself a policy which has put more and more emphasis on international institutions since the end of the Cold War. Other motives must also betaken into account, notably : admitting its own lack of resources, evaluating the limits of a bilateral approach, wanting to contain us tendencies to unilateral actions and needing to assert its role as a first-class power. France is also attempting to have adopted norms of international conduct which only international institutions can impose. The three cases chosen - reform of the UN, sanctions against Iraq and terrorism -demonstrate the full complexity of the French decision to privilege international action through institutions from now on.

Auteurs : Alex Macleod et Hélène Viau
Titre : La France: les institutions internationales au service du rang?
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 2, 1999, p. 279-301
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704029ar
DOI : 10.7202/704029ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016