Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
alert

Avis d’interruption de service du 11 au 12 juillet 2016 L’accès à la plateforme et à tous les services web d’Érudit sera interrompu du lundi 11 juillet 2016 à minuit (UTC-4) au mardi 12 juillet à minuit (UTC-4) inclusivement dû à une importante opération technique (migration des services sur de nouveaux serveurs). La migration des services durant toute la semaine, des perturbations pourraient par ailleurs survenir du 13 au 15 juillet. Le retour à la normale est prévu pour le lundi 18 juillet. Veuillez nous excuser pour les inconvénients causés.

FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 2, 1999, p. 303-324

Les puissances majeures et les institutions internationales de sécurité, 1990-1997

Sous la direction de Onnig Beylerian et Jacques Lévesque

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704030ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

La politique institutionnelle de sécurité de la Chine

Loïc Tassé

Résumé

La politique institutionnelle de sécurité de la Chine est contradictoire : elle prétend défendre les PVD dans la réforme du Conseil de sécurité, mais prône le statu quo; elle plaide pour le désarmement nucléaire et joint le Traité d'interdiction complet des essais nucléaires, mais participe à l'escalade nucléaire dans la région asiatique ; elle appelle au dialogue et à la coopération dans les Spratleys, mais y intervient militairement. Les divers changements de conjoncture expliquent une partie de ces contradictions, mais en général, la politique institutionnelle de sécurité de la Chine demeure fidèle aux grandes orientations de la politique extérieure du pays. Il se pourrait qu'une nouvelle division chinoise du monde se dissimule derrière le comportement de la Chine.

Abstract

China's institutional security policy shows contradictions : while pretending to support devdoping countries' views on Security Council Reform, China still promotes the status quo ; taking a pro-nuclear disarmament stand and joining the CTBT, nevertheless China continues to engage in the Asian region's nuclear upward tendency; calling for dialogue and cooperation on the Spratleys issue, China would meanwhile intrudes militarily. Moment contingencies could partially explain these contradictions, but allover, China's institutional security policy keeps close to the country's general foreign policy line. It could he that China's hehavior masks a new Chinese world division.

Auteur : Loïc Tassé
Titre : La politique institutionnelle de sécurité de la Chine
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 2, 1999, p. 303-324
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704030ar
DOI : 10.7202/704030ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016