Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
alert

Avis d’interruption de service du 11 au 12 juillet 2016 L’accès à la plateforme et à tous les services web d’Érudit sera interrompu du lundi 11 juillet 2016 à minuit (UTC-4) au mardi 12 juillet à minuit (UTC-4) inclusivement dû à une importante opération technique (migration des services sur de nouveaux serveurs). La migration des services durant toute la semaine, des perturbations pourraient par ailleurs survenir du 13 au 15 juillet. Le retour à la normale est prévu pour le lundi 18 juillet. Veuillez nous excuser pour les inconvénients causés.

FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 2, 1999, p. 325-348

Les puissances majeures et les institutions internationales de sécurité, 1990-1997

Sous la direction de Onnig Beylerian et Jacques Lévesque

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704031ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Linstitutionnalisme dans la politique extérieure allemande : ajustements et continuité

Philippe Hébert

Paul Létourneau

Résumé

L'institutionnalisme a toujours été un principe cardinal dans la politique de sécurité de l'Allemagne de l'après-guerre. Dans trois études de cas, cet article montre que ce principe a été non seulement observé mais renforcé considérablement par les dirigeants politiques allemands. Ainsi, dans le cas de l'unification de l'Allemagne, Bonn insista dans ses négociations avec l'Union soviétique pour ancrer l'Allemagne au système institutionnel de sécurité de l'Alliance occidentale et réussit ainsi à influencer sensiblement l'orientation future des ns européennes. Elle participa aux opérations humanitaires en Somalie afin défaire valoir sa candidature à la permanence au Conseil de sécurité.

Abstract

Institutionalism has always been a crucial principle in Germany's postwar international security policy. In three case studies, this article describes how this principle has not only been observed but considerably reinforced by German political leaders. In the case of Germany's own unification, Bonn insisted to anchor Germany to the Western institutional security System and succeeded to substantially influence the future orientation of European ISIS. Germany participated in the UN-sponsored humanitarian operations in Somalia as a way to promote its candidacy to a permanent seat at the Security Council.

Auteurs : Philippe Hébert et Paul Létourneau
Titre : Linstitutionnalisme dans la politique extérieure allemande : ajustements et continuité
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 2, 1999, p. 325-348
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704031ar
DOI : 10.7202/704031ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016