Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 2, 1999, p. 349-371

Les puissances majeures et les institutions internationales de sécurité, 1990-1997

Sous la direction de Onnig Beylerian et Jacques Lévesque

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704032ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Entre l'arbre américain et l'écorce asiatique : le Japon et sa politique institutionnelle de sécurité

Bruno Desjardins

Résumé

Le Japon préfère-t-il recourir aux organisations internationales de sécurité régionales et mondiales ou utiliser une diplomatie bilatérale dans le domaine de sécurité ? À travers trois études de cas, cet article examine la gestion japonaise des enjeux de sécurité touchant le Japon et son environnement géostratégique régional et mondial. Il établit que malgré son intérêt assidu d'agir à travers les us et de contribuer à la diplomatie multilatérale, Tokyo demeure toujours pris dans une logique bilatéraliste. L'engagement japonais dans le KEDO, une structure multilatérale vouée au démantèlement du programme nucléaire nord-coréen, et les efforts pour gérer le contentieux territorial avec la République populaire de Chine et Taïwan montrent que le bilatéralisme reste encore la norme en Asie-Pacifique en présence de réseaux informels. La volonté de Tokyo de jouer un rôle prédominant dans la réforme du Conseil s'est heurtée à des difficultés qui ne paraissent pas encourager le Japon dans sa quête institutionnaliste.

Abstract

Does Japan prefer to resort to international security regional or world organizations or use bilateral diplomacy ? In three case studies, this article examines the Japanese management of security issues related to Japan's immediate and global geostrategic environment. It establishes that despite Us keen interest to act through ISI and to contribute to multilateral diplomacy, Tokyo finds itself in a bilateralist bind. Japan's engagement in KEDO, a multilateral structure devoted to the dismantlement of North Korea's nuclear programme, and efforts to manage the territorial dispute with the People's Republic of China and Taiwan over the sovereignty of the Senkaku/Diaoyu Islands demonstrate that bilateralism is still the norm in Asia-Pacific despite the presence of informal networks. Tokyo's willingness to play a prominent role in the Security Council's reform has been met by various contestations which do not appear to encourage Japan's institutionalist quest.

Auteur : Bruno Desjardins
Titre : Entre l'arbre américain et l'écorce asiatique : le Japon et sa politique institutionnelle de sécurité
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 2, 1999, p. 349-371
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704032ar
DOI : 10.7202/704032ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014