Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 2, 1999, p. 397-412

Les puissances majeures et les institutions internationales de sécurité, 1990-1997

Sous la direction de Onnig Beylerian et Jacques Lévesque

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704034ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Conclusion : la variation de l'intérêt des puissances dans les institutions internationales de sécurité

Onnig Beylerian

Résumé

Se fondant sur les constats de l'évolution des conduites institutionnelles de sécurité de six puissances majeures et d'une puissance moyenne dans quatorze études de cas, cet article remarque que l'engagement des puissances dans des us dans les cas conflictuels est plus circonspect et prudent; elles ont tendance à les utiliser pour orienter les us vers leur préférence affichée. Dans les cas réglementaires, les puissances sont plus prêtes à recourir aux ns, souvent en dépit de l'imprévisibilité des conséquences. Dans le cas de la réforme du Conseil de sécurité, il existe des divergences significatives entre les puissances majeures touchant le renforcement du Conseil, mais des convergences prononcées quant à son élargissement. Ces positions font contraste avec celles de la puissance moyenne qui entretient une vision opposée vu son intérêt dans la transformation plus radicale du Conseil de sécurité.

Abstract

Based on findings pertaining to the institutional behavior of six major and one middle powers in fourteen different cases, this article argues that in conflictual cases powers are careful and conspicuous in the way they resort to ISI; they tend to use them in order to orient these institutions in directions that coincides as much as possible with their preferences. In cases where powers seek to regulate security relations, the recourse to ISI seems to be less prone to careful judgements and more open to accepting unpredictable results. In the case of the Security Council's reform, there are major differences between major powers as to the issue of reinforcing the Council, but near total agreement on issues concerning its enlargement. The latter two positions stand in contrast with those of the middle power which maintains opposite views given its interest in a more radical transformation of the Security Council.

Auteur : Onnig Beylerian
Titre : Conclusion : la variation de l'intérêt des puissances dans les institutions internationales de sécurité
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 2, 1999, p. 397-412
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704034ar
DOI : 10.7202/704034ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014