Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 30, numéro 4, 1999, p. 745-762

Les relations internationales des régions en Europe

Sous la direction de Jacques Palard

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704087ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

La coopération inter-insulaire en Méditerranée

Claude Olivesi

Résumé

L'île de Corse depuis une décennie fait progressivement l'apprentissage d'une paradiplomatie mineure. Celle-ci est reconnue et affirmée dans les documents officiels et politiques programmatiques qui sont produits à propos de l'île. Une volonté forte, comme en témoigne l'adoption du document d'actualisation du plan de développement de la Corse, émerge progressivement dans le contexte de la réforme de la politique régionale européenne et de la construction d'un espace euro-méditerranéen. Ainsi les relations extérieures que s'efforcent de développer les pouvoirs « corses » peuvent être illustrées par la concaténation des anneaux du drapeau olympique. Pour l'heure deux axes sont privilégiés. Le premier résulte d'une politique européenne. Démarche « top down ». INTERREG intéresse la province de Livourne (Toscane), la Corse et la province de Sassari (Sardaigne). Se dessine ainsi une pénétrante Nord Sud qui permet de relier des espaces périphériques insulaires à la « decision belt ». Le second est le produit d'une démarche « hottom up » des autorités politiques des trois îles de la Méditerranée Occidentale : Baléares, Sardaigne et Corse. Ce néo-corporatisme insulaire crée un espace de revendications commun qui rétroagit sur les statuts des trois îles.

Abstract

For a decade now, the island of Corsica has gradually been initiated into a minor form of para-diplomacy. This para-diplomacy is recognized and affirmed in official documents and policy programs that are produced with regard to the island. A strong determination, as attested by adoption of the update to Corsica's development plan, is gradually emerging within the context of reform to Europe's regional policy and the creation of a Euro-Mediterranean entity. Thus, the external relations that the « Corsican » authorities are trying to develop may be illustrated by the linked rings on the Olympic flag. For the time being, two axes are being favoured. The first axis stems from a European policy. Using a top-down approach, INTERREG is involved with the province of Livorno (Tuscany), Corsica, and the province of Sassari (Sardinia). There is thus taking shape a North-South link that is helping to tie peripheral insular areas to the « decision belt. »The second axis flows from a bottom-up approach by the political authorities of the three island entities of the western Mediterranean: the Balearic Islands, Sardinia, and Corsica. This insular neo-corporatism is creating a common demand-making entity that is affecting, in turn, the statuses of the three island entities.

Auteur : Claude Olivesi
Titre : La coopération inter-insulaire en Méditerranée
Revue : Études internationales, Volume 30, numéro 4, 1999, p. 745-762
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704087ar
DOI : 10.7202/704087ar

Tous droits réservés © Études internationales, 1999

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014