Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 31, numéro 2, 2000, p. 253-268

Nécessité ou innovation ? Vers une redéfinition de la politique étrangère Canadienne 1984-1993

Sous la direction de Nelson Michaud et Kim Richard Nossal

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704152ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

L'adhésion du Canada à I'OÉA: la primauté des facteurs externes

Gordon Mace

Résumé

Sans être le geste le plus significatif parmi ceux posés à l'égard des Amériques à l'époque du gouvernement Mulroney, la décision défaire du Canada un membre à part entière de l'Organisation des États américains (OÉA) fut néanmoins un moment stratégique important dans les rapports Canada-Amériques. La littérature spécialisée a consacré un certain nombre d'études à l'examen de l'adhésion canadienne à I'OÉA et on y remarque que la plupart des analyses insistent sur les déterminants internes comme facteurs explicatifs principaux de la décision prise en 1989. Le propos central de cet article consiste à tenter de montrer que les déterminants internes exposés dans la littérature spécialisée n'auraient pu mener à la décision canadienne d'adhérer à I'OÉA sans une conjoncture internationale particulière dans la deuxième moitié des années 1980. C'est ce contexte international qui constitue la source principale d'explication.

Abstract

Although the decision to make Canada a full-fledged member of the Organization of American States (OAS) may not have been the most significant policy orientation taken by the Mulroney government, it nevertheless was an important strategic moment in the relationship between Canada and the Americas. Most analyses of the Canadian decision to join the OAS point to domestic factors as the key determinant. This paper argues that the domestic factors identified in the literature would not have led to the decision if it were not for the international context that prevailed in the second half of the 1980s. It is in this international context that the main source of explanation for the Canadian decision can be found.

Auteur : Gordon Mace
Titre : L'adhésion du Canada à I'OÉA: la primauté des facteurs externes
Revue : Études internationales, Volume 31, numéro 2, 2000, p. 253-268
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704152ar
DOI : 10.7202/704152ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2000

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014