Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 31, numéro 2, 2000, p. 291-310

Nécessité ou innovation ? Vers une redéfinition de la politique étrangère Canadienne 1984-1993

Sous la direction de Nelson Michaud et Kim Richard Nossal

Direction : Louis Bélanger (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704154ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

La politique du gouvernement Mulroney à l'égard de l'Afrique du Sud : précurseur de la « sécurité humaine durable »

David Black

Résumé

La politique du gouvernement Mulroney à l'égard de l'Afrique du Sud et les mesures privilégiées pour sa mise en oeuvre ont rompu de manière importante avec les normes et les pratiques canadiennes de politique étrangère depuis longtemps établies. Elles ont de ce fait été les éléments précurseurs des politiques plus intrusives que l'on associe volontiers à la notion de « sécurité humaine durable » défendue aujourd'hui par Lloyd Axworthy, concept déjà présent à l'époque Mulroney. La politique conservatrice à l'égard de l'Afrique du Sud peut en conséquence être considérée comme un pont, quoique incomplet entre les politiques étrangères canadiennes d'après-guerre et celles de l'après-guerre froide. L'analyse de trois dimensions capitales de la politique canadienne envers l'Afrique australe permet de conclure en faveur de cet argument. Par contre, le caractère incomplet de la politique est bien illustré par l'appui aux mesures de sécurité rendues nécessaires au Mozambique à cause de l'impitoyable campagne de déstabilisation que le gouvernement sud-africain y menait.

Abstract

The Mulroney government's South Africa policy and the specific measures through which it was implemented broke with long-standing norms and practices of Canadian foreign policy in several significant ways. They foreshadowed the more expansive and intrusive conception of foreign policy associated with Lloyd Axworthy's notion of « human security », but which was already taking shape under Mulroney in the early 1990s. In this connection, the Tories' South Africa policy can be seen as an important, albeit incomplete, bridge from the post-Second World War to the post-Cold War eras in Canadian foreign policy. In support of this argument, three key dimensions of Canadian policy towards South(ern) Africa in the 1985-90 period are analyzed: sanctions; diplomatic activity in support of change; and aid to « victims and opponents of apartheid » inside South Africa. To illustrate the incompleteness of this foreign policy transition or departure, a brief consideration will be given to the contentious issue of security assistance to Mozambique in response to South Africa's ruthless campaign of destabilization during this time.

Auteur : David Black
Titre : La politique du gouvernement Mulroney à l'égard de l'Afrique du Sud : précurseur de la « sécurité humaine durable »
Revue : Études internationales, Volume 31, numéro 2, 2000, p. 291-310
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704154ar
DOI : 10.7202/704154ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2000

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014