Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 33, numéro 3, 2002, p. 477-495

Direction : Gordon Mace (directeur)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/704440ar

ei
< PrécédentSuivant >
Note

La France et l'aide de l'Europe à l'Afrique : de l'européanisation des coûts à la captation maximale des avantages (Note)

Bernard Conte

Résumé

La politique étrangère européenne constitue un enjeu important notamment pour les membres de l'Union qui tentent d'en assurer le leadership en déployant des stratégies propres. La politique de coopération au développement apparaît comme un levier important de ces stratégies. Sans préjuger de l'importance des enjeux politiques, notre hypothèse est que certains membres de l'Union ont tenté, depuis le traité de Rome, d'instrumentaliser la politique d'aide européenne, notamment envers l'Afrique, pour en tirer des avantages économiques. C'est le cas de la France avec sa stratégie initiale d'européanisation des coûts, puis celle de captation maximale des avantages, principalement en termes de nouveaux marchés pour ses entreprises nationales. Pour des raisons diverses ces stratégies n'ont pas produit les résultats escomptés. Une solution pourrait résider dans la rebilatéralisation de l'aide ainsi que dans l'instrumentalisation par la France du nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

Abstract

The European foreign policy represents a significant stake notably for the members ofthe Union of which they try to insure the leadership by displaying appropriate strategies. The development aid policy appears as an important control lever of these strategies. Without foreseeing the importance of the political stakes, our hypothesis is that some members of the Union tried, since the treaty of Rome, to instrument the European aid policy, notably to Africa, to get economic advantagesfrom it. It is the case of France with its initial strategy of Europeanization of the costs, then that of the maximal taking out of the advantages, mainly in terms of new marketsfor its domestic companies. For different reasons these strategies did not produce the expected results. A solution could live in the rebilateralisation of aid as well as in the instrumentalisation by France of the New Partnership for African Development (NEPAD).

Auteur : Bernard Conte
Titre : La France et l'aide de l'Europe à l'Afrique : de l'européanisation des coûts à la captation maximale des avantages (Note)
Revue : Études internationales, Volume 33, numéro 3, 2002, p. 477-495
URI : http://id.erudit.org/iderudit/704440ar
DOI : 10.7202/704440ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2002

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014