Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 33, numéro 4, décembre 2002, p. 667-695

Les défis de la politique étrangère du Canada depuis le 11 septembre 2001

Sous la direction de Jean-Sébastien Rioux

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Claude Basset (rédactrice en chef)

Éditeur : IQHEI

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/006661ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Pearl Harbor et le World Trade CenterLe Canada face aux États-Unis en période de crise

Stéphane Roussel

Résumé

L’attaque japonaise sur Pearl Harbor en décembre 1941, de même que celles contre le World Trade Center et le Pentagone en septembre 2001, ont eu un impact direct sur les relations canado-américaines, notamment en accélérant le processus d’intégration de la défense entre les deux États. Les avis sont cependant partagés sur les conséquences de ce phénomène, certains craignant une atteinte à la souveraineté canadienne, tandis que d’autres y perçoivent une opportunité de renforcer les liens économiques et politiques. Cette étude est une comparaison de l’évolution des relations bilatérales au cours des mois qui ont précédé et suivi les crises de 1941 et 2001. Elle permet d’abord de voir que la dynamique de ces relations obéit, malgré le temps qui les sépare, à une dynamique semblable, que résument bien les termes du « Serment de Kingston ». Elle permet aussi de conclure que les craintes et les espoirs suscités, au Canada, par le processus d’intégration avec les États-Unis, ne sont souvent pas fondés.

Abstract

The Japanese attack on Pearl Harbor in December 1941, as well as the terrorist attacks on the World Trade Center and the Pentagon in September 2001, both had direct impacts on Canadian-American relations, notably by accelerating the process of defence integration between the two countries. There is, however, a debate in Canada about the consequences of the phenomenon, with some fearing a loss of sovereignty while others seeing an opportunity for reinforcing political and economic links with the us. This paper compares the evolution of the bilateral relationship prior to and following the crises of 1941 and 2001. We can see that the dynamics of the bilateral relationship follow certain patterns, in spite of the temporal difference, which are faithful to the tenets of the « Sermon of Kingston ». We can also conclude that many of the fears and hopes in Canada caused by the process of integration with the us often are not well-founded.

 Remerciements

L’auteur tient à remercier Stephen Clarkson (University of Toronto), John Kirton (University of Toronto), André Donneur et Greg Robinson (tous deux de l’Université du Québec à Montréal), Jack Granatstein, ainsi que les évaluateurs anonymes de ce manuscrit, pour leurs commentaires et suggestions. Il tient aussi à souligner la contribution de Alahgi Bah (candidat au doctorat à l’Université Queen’s), Anne-Marie Durocher et Louis-Blaise Dumais-Lévesque (tous deux candidats à la maîtrise en science politique à l’Université McGill), pour leur aide lors de la préparation de ce texte. Cette étude a été menée grâce à un financement du Forum sur la Sécurité et la Défense.

Auteur : Stéphane Roussel
Titre : Pearl Harbor et le World Trade Center : le Canada face aux États-Unis en période de crise
Revue : Études internationales, Volume 33, numéro 4, décembre 2002, p. 667-695
URI : http://id.erudit.org/iderudit/006661ar
DOI : 10.7202/006661ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2002

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014