Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 33, numéro 4, décembre 2002, p. 697-722

Les défis de la politique étrangère du Canada depuis le 11 septembre 2001

Sous la direction de Jean-Sébastien Rioux

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Claude Basset (rédactrice en chef)

Éditeur : IQHEI

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/006662ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Le Canada et le mondeContinuité et évolution de l’opinion publique au sujet de l’aide, de la sécurité et du commerce international, 1993-2002

Evan H. Potter

Résumé

Cet article présente un portrait de l’attitude des Canadiens et des Canadiennes à l’égard du rôle du Canada dans le monde à une conjoncture historique importante. Depuis la fin de la guerre froide, le Canada fait figure de puissance moyenne à la quête d’un nouveau rôle international. À la suite des événements du 11 septembre 2001, le Canada s’est commis à participer à la lutte antiterroriste internationale et a découvert l’importance de porter plus attention à ses relations avec les États-Unis. En se basant sur un grand nombre de sondages sur l’opinion publique canadienne envers la politique étrangère entre 1993 et 2002, cette étude révèle d’importants changements dans les perceptions quant au rôle de leadership du Canada dans le monde, ainsi que certaines continuités qui demeurent toutefois présentes, en regard des attitudes envers l’aide au développement, le commerce et la sécurité internationale. Nous pouvons conclure que les Canadiens, que nous pouvons encore qualifier de multilatéralistes, semblent cependant rechercher une forme d’internationalisme axé davantage sur des résultats qui protégeront le Canada en même temps qu’ils lui seront bénéfiques.

Abstract

This paper presents a portrait of Canadians’ attitudes to Canada’s role in the world at an important juncture in Canada’s foreign policy. In the years following the end of the cold war Canada has been very much a middle power searching for a role. In a post-September 11 world, Canada has committed itself to participating in a long-term global war against terrorism and has discovered that it must pay much greater attention to its relations with the United States. Based on a number of national surveys of Canadian foreign policy attitudes undertaken between 1993 and 2002, this paper examines important changes in perceptions about Canada’s leadership role in world affairs and explores both the changes and continuities in Canadians’ attitudes towards aid, trade and international security. The paper suggest that Canadians, although still staunch multilateralists, are nevertheless looking for a more results-oriented internationalism that protects and benefits Canada.

 Remerciements

Pour la rédaction de ce document, j’ai tiré grand parti des discussions avec mes collègues de la Direction de la planification des politiques du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Je tiens à remercier tout spécialement Donald Bobiash, Charles van der Donckt, Randolph Mank et Peter Padbury. Je veux aussi remercier Beth Newcombe et Kevin Chappell pour leur travail de recherche. Le présent document a été présenté pour la première fois lors de la réunion annuelle de l’Association canadienne de science politique le 31 mai 2002. Les conclusions qui y sont exposées n’engagent que moi.

Auteur : Evan H. Potter
Titre : Le Canada et le monde : continuité et évolution de l’opinion publique au sujet de l’aide, de la sécurité et du commerce international, 1993-2002
Revue : Études internationales, Volume 33, numéro 4, décembre 2002, p. 697-722
URI : http://id.erudit.org/iderudit/006662ar
DOI : 10.7202/006662ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2002

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014