Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 35, numéro 1, mars 2004, p. 97-124

Sécurité et identité nationale

Sous la direction de Alex Macleod et David Morin

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Claude Basset (rédactrice en chef)

Éditeur : IQHEI

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/008449ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Grande-BretagneLa (re)construction d’une relation privilégiée

Dan O’Meara

Valeisha Sobhee

Résumé

Cet article étudie les termes dans lesquels l’État britannique a construit, à partir de l’entrée en fonction du gouvernement travailliste de Tony Blair en 1997, les valeurs profondes de l’« identité nationale britannique » dans un contexte global en évolution. Les auteurs tracent les façons dont le gouvernement Blair, de la guerre au Kosovo à l’invasion de l’Irak, s’est servi de ces valeurs profondes afin d’élaborer et de mettre en vigueur une nouvelle doctrine de sécurité nationale. L’article apporte une réponse partielle à la question de savoir comment un gouvernement engagé par sa rhétorique dans un programme privilégiant la solution pacifique des conflits internationaux, le multilatéralisme, l’ordre, la justice et le respect du droit international, a pu recourir à la guerre trois fois au cours d’une période de quatre ans, avec une fréquence et un empressement dépassant ceux de tous les gouvernements britanniques depuis 1945.

Abstract

This article explores the terms in which the British state has constructed the core values of ‘British national identity’ in the changing global context since Tony Blair’s New Labour party came to office in 1997. It traces the ways in which the Blair government has invoked national identity in the elaboration and implementation of a new national security doctrine from Kosovo to Iraq. The analysis provides a partial answer to the question of how a government rhetorically committed to an international agenda stressing the peaceful resolution of conflict, multilateralism, order, justice, and respect for international law, has resorted to war on three occasions in the space of four years, a frequency and alacrity surpassing that of any British government since 1945.

Auteurs : Dan O’Meara et Valeisha Sobhee
Titre : Grande-Bretagne : la (re)construction d’une relation privilégiée
Revue : Études internationales, Volume 35, numéro 1, mars 2004, p. 97-124
URI : http://id.erudit.org/iderudit/008449ar
DOI : 10.7202/008449ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2004

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014