Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 36, numéro 3, septembre 2005, p. 317-338

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Claude Basset (rédactrice en chef)

Éditeur : IQHEI

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/012025ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Frontières et identitésLa Roumanie et la Moldavie dans l’Europe élargie

Odette Tomescu-Hatto

Maître de conférences à l’Institut d’études politique de Paris.

Ronald Hatto

Maître de conférences à l’Institut d’études politique de Paris.

Résumé

Notre texte examine l’impact des préparations de la Roumanie en vue de son adhésion à l’Union européenne (ue) sur sa relation avec la Moldavie, qui, elle, n’est pas candidate à l’intégration et qui deviendra un des « nouveaux voisins » de l’ue élargie. Après l’adhésion, les nouveaux États membres deviennent responsables de la sécurité des frontières de l’ue et cela s’appliquera à la Roumanie lorsqu’elle joindra l’Union en 2007. L’application des mesures de contrôle des frontières et d’un régime de visa découlant de l’« acquis communautaire » risque d’avoir des effets négatifs sur les États environnants en limitant les échanges économiques, sociaux et culturels. Ces mesures risquent également d’entraver les relations de bon voisinage difficilement mises en place par les candidats à l’intégration et ébranler les objectifs de l’ue visant à promouvoir les réformes et la stabilité démocratique dans son « nouveau voisinage ».

Abstract

Our paper examines the impact of Romania’s preparations for European Union (eu) membership on its relations with Moldova, which is not a candidate for membership and will be one of the eu’s « new neighbours » after eu enlargement. Upon accession, the new member-states become responsible for the security of the eu’s external border, and this will apply also to Romania when it joins the eu in or after 2007. This clearly has a potential negative effect on the neighbouring countries, limiting economic exchanges and social and cultural contacts as a result of the implementation of the eu’s « Schengen acquis » – the border control and visa regimes. It may also threaten « good neighbourly » relations that have painstakingly been built up by eu candidates in line with the eu’s own requirements, and may undermine the eu’s objectives to promote reform and democratic stability in its « new neighbourhood ».

 Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier les deux évaluateurs externes de la Revue pour leurs remarques pertinentes. Bien entendu, toutes les erreurs ou omissions persistantes sont de la seule responsabilité des auteurs.

Auteurs : Odette Tomescu-Hatto et Ronald Hatto
Titre : Frontières et identités : la Roumanie et la Moldavie dans l’Europe élargie
Revue : Études internationales, Volume 36, numéro 3, septembre 2005, p. 317-338
URI : http://id.erudit.org/iderudit/012025ar
DOI : 10.7202/012025ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2005

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014