Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 38, numéro 4, décembre 2007, p. 523-546

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Claude Basset (rédacteur en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/018276ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Comment l’Union européenne en est-elle venue à cautionner la sécession monténégrine ?

Chantal Carpentier

Résumé

Le Monténégro, dernier des ex-États fédérés yougoslaves à n’avoir pas fait sécession, réclamait l’exercice de ce droit consacré sur le plan régional européen par la Communauté européenne. C’est que celle-ci, par le simple biais de la procédure de la reconnaissance collective, était parvenue à faire admettre qu’un État fédéral puisse se dissoudre de fait. Cette possibilité impliquait donc l’existence pour les États fédérés d’un droit conditionnel de faire sécession dans le respect des frontières héritées de l’État fédéral. L’ue a donc, faute de mieux, usé de la promesse d’adhésion comme d’un soft power afin de faire inscrire le droit de sécession du Monténégro dans la Constitution fédérale, rendant par là inutile toute référence à un droit internationalement garanti et potentiellement déstabilisateur, puis elle a surveillé l’exercice de ce droit pour en authentifier le résultat. Le Monténégro, nouvel État « labellisé » par ses soins, est par conséquent rapidement devenu le 192e État membre de l’onu.

Abstract

When Yugoslavia split up, the eu invented a new rule of regional law concerning secession : the members of the eu accepted to make an exception in favour of federate states provided that these states remain within their borders ; Montenegro being the last federate state of Yugoslavia to become independent, the eu was able to apply the same rule to it ; the eu support has thus enabled the Republic of Montenegro to become, in record time, the 192nd member of the United Nations. From there on, two hypotheses can be made : either there is no real common foreign policy – and then the eu membership procedure is rather used to influence the states which want to join the eu in order to restrict their sovereignty on the population – or the membership procedure is, on the contrary, the very weapon of the eu common foreign policy.

Auteur : Chantal Carpentier
Titre : Comment l’Union européenne en est-elle venue à cautionner la sécession monténégrine ?
Revue : Études internationales, Volume 38, numéro 4, décembre 2007, p. 523-546
URI : http://id.erudit.org/iderudit/018276ar
DOI : 10.7202/018276ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2007

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014