Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 39, numéro 3, septembre 2008, p. 387-410

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/019306ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Y a-t-il une voie au-delà du positivisme ?Les approches critiques et le débat épistémologique en relations internationales

Samuel Knafo

Professeur au Département des relations internationales,

Université de Sussex,

Royaume-Uni.

Résumé

Cet article examine le débat épistémologique en relations internationales (ri) et les critiques à l’endroit du positivisme. Il avance que les approches critiques ne parviennent pas à préciser suffisamment quel est le problème du positivisme. On ne sait jamais à quoi pourrait ressembler une épistémologie postpositiviste. Ce texte met l’emphase sur la contribution des poststructuralistes en montrant comment le rôle central de la différence dans la construction du sens explique pourquoi nos théories sont toujours indépendantes du monde qu’elles analysent, sans toutefois être arbitraires. Il s’éloigne cependant de la stratégie de la déconstruction, en affirmant que reconnaître le rôle que joue la différence au niveau épistémologique offre un terrain sur lequel peut s’ériger une nouvelle forme de rigueur analytique que nous qualifions ici de critique.

Abstract

This paper surveys the epistemological debate in International Relations and reassesses criticisms of positivism. Critical approaches have often failed to specify the problem of positivism. It thus remains unclear whether there is a path beyond it. This article focuses on the poststructuralist contribution to this debate, which comes closer to correctly identifying why positivism reifies international relations. Indeed, poststructuralists have correctly identified how the role of difference in the construction of meaning illustrates why our theories are always independant from the world they supposedly describe, although not arbitrary. The article moves away from deconstruction and argues that recognizing the centrality of difference can instead offer a field on which to conceptualize a new form of analytical and critical rigour.

 Remerciements

L’auteur voudrait remercier Fréderick-Guillaume Dufour, Danièle Estérez, Isabelle Masson et deux évaluateurs anonymes de la Revue pour leurs commentaires et suggestions sur des versions antérieures de cet article.

Auteur : Samuel Knafo
Titre : Y a-t-il une voie au-delà du positivisme ? les approches critiques et le débat épistémologique en relations internationales
Revue : Études internationales, Volume 39, numéro 3, septembre 2008, p. 387-410
URI : http://id.erudit.org/iderudit/019306ar
DOI : 10.7202/019306ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2008

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014