Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 39, numéro 3, septembre 2008, p. 461-462

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/019312ar

ei
< PrécédentSuivant >
Compte rendu

Aryeetey, Ernest et Natalia Dinello (dir.), Testing Global Interdependence. Issues on Trade, Aid, Migration and Development, coll. Global Development Network, Northampton, ma, Edward Elgar Publishing, 2007, xxx + 238 p.

Joseph Pestieau

Professeur retraité

Collège Saint-Laurent, Montréal


1

Ce livre tente de faire état de quelques conditions qui permettent à des pays en développement de profiter de la libéralisation et de leur insertion dans l’économie mondiale. Il part de cas très concrets et ne généralise qu’avec prudence les leçons qu’il tire de ces cas. Il se divise en trois parties. La première traite des conséquences de la libéralisation du commerce. La deuxième aborde quelques aspects de l’aide publique internationale. La troisième envisage les rapports entre migration et développement.

2

La première comprend deux chapitres. L’un porte sur une simulation des conséquences de différentes mesures – baisse des tarifs douaniers, ouverture du commerce international, amélioration de la culture du riz – sur les revenus de différentes catégories sociales au Cambodge. L’autre traite des effets de la libéralisation et de la syndicalisation sur la productivité industrielle en Uruguay.

3

La deuxième partie est centrée sur l’aide publique internationale et comprend trois chapitres. Dans le premier, il est question de l’assistance offerte et à offrir aux pays africains du sud du Sahara afin qu’ils puissent mettre en place des infrastructures qui leur permettront de faire face au commerce international et aux négociations visant à libéraliser ce dernier. Les pays de la région devraient adopter des politiques commerciales qui s’intègrent à leurs stratégies de développement et ils ont certainement besoin d’aide pour ce faire. Le chapitre suivant, le quatrième du volume, traite de la dépendance vis-à-vis de l’aide internationale. Il traite plus particulièrement de l’intérêt que des pays bailleurs de fonds ont à maintenir certains types d’aide parce qu’ils y trouvent un avantage, qu’il soit commercial, politique ou financier (tel que la sauvegarde de leurs créances). Des rentes découlant de l’aide n’existent pas seulement dans les pays receveurs, elles existent aussi dans les pays donateurs. Le cinquième chapitre examine la nouvelle politique australienne d’aide aux îles du Pacifique, politique qui vise d’abord à renforcer la sécurité dans la région et manifeste un certain interventionnisme. Ce dernier ne va pas sans risque et il s’agit de l’évaluer.

4

La troisième partie est centrée sur les migrations comme forme d’interdépendance internationale. Elle commence par un chapitre – le sixième – qui étudie les effets du développement sur les migrations et de celles-ci sur le développement. On retiendra particulièrement les remarques sur les transferts technologiques et les transferts de capitaux en provenance d’une diaspora et à destination du pays d’où provient cette diaspora. Le chapitre suivant aborde le problème des migrations clandestines en provenance des zones côtières de la Chine. Il analyse les raisons et les moyens de ces migrations à partir d’enquêtes et d’entrevues menées dans les zones où elles trouvent leur origine. Il propose des mesures à prendre en Chine et dans les pays qui reçoivent les émigrants clandestins pour réduire ces migrations. Le dernier et huitième chapitre traite des migrations à l’intérieur de l’Afrique de l’Ouest et de celle-ci vers la France. Il traite particulièrement de la possibilité d’une convergence des économies de l’Afrique de l’Ouest du fait des migrations en son sein, et tente d’évaluer le brain drain et le brain gain qui en découlent.

5

Chaque étude de ce volume est bien centrée sur une question clairement définie et utilise une méthodologie éprouvée. Chacune offre une information de qualité. La troisième partie est probablement la plus intéressante. L’ensemble du volume apparaît cependant hétéroclite, tant les sujets abordés sont différents. Il représente d’abord une contribution à l’économie du développement au sein d’un monde où les frontières sont de moins en moins importantes. Il sera donc surtout utile aux chercheurs et praticiens qui travaillent dans ce domaine.


Auteur : Joseph Pestieau
Ouvrage recensé : Aryeetey, Ernest et Natalia Dinello (dir.), Testing Global Interdependence. Issues on Trade, Aid, Migration and Development, coll. Global Development Network, Northampton, ma, Edward Elgar Publishing, 2007, xxx + 238 p.
Revue : Études internationales, Volume 39, numéro 3, septembre 2008, p. 461-462
URI : http://id.erudit.org/iderudit/019312ar
DOI : 10.7202/019312ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2008

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014