Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 40, numéro 1, mars 2009, p. 73-93

Carl Schmitt et les relations internationales

Sous la direction de Jean-François Thibault

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/037573ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Humanité, hostilité et ouverture de l’ordre politique dans la pensée internationale de Carl Schmitt

Louiza Odysseos

Department of International Relations

University of Sussex

Falmer, Brighton

East Sussex BN1 9SJ

United Kingdom

Résumé

Nous examinons ici la critique de l’éthique universelle que Carl Schmitt aborde en tant qu’aspect politique de l’ordre planétaire. L’article porte sur les mutations du discours humanitariste, dans un contexte de gouvernementalité globale. Il ne s’agit pas d’adopter une perspective éthique différente, mais de reconnaître que l’éthique universelle alimente des discours et des pratiques politiques qui génèrent un monde politique (ou plus exactement biopolitique) unipolaire. Nous appuyant sur les « iconographies » de l’ennemi propres à Schmitt et sur la pensée de Foucault, nous esquissons un concept de devoir politique planétaire qui se pose à la fois envers l’Autre et à l’égard de l’ouverture du monde politique.

Mots clés : humanité, hostilité, ennemi, obligation, ordre politique, Carl Schmitt

Abstract

This article examines Carl Schmitt’s critique of universal ethics made in his indictment of the discourse of humanity and addressed as a political concern of world order. It extends this critique further to include the ways in which the discourse of humanity transforms itself in the era of global governmentality. This kind of interrogation requires an almost ‘anti-ethical’ awareness that universal ethics fuels political discourses and practices that instantiate a political, indeed a biopolitical, universe. Schmitt’s discussion offers, it is argued, two iconographies of enmity, significant for mapping the contemporary world order. Together with Foucault, Schmitt helps articulate a notion of world-political obligation which is both for the other and for the openness of the political as a pluriverse.

Keywords: humanity, enmity, foe, obligation, political order, Carl Schmitt

Auteur : Louiza Odysseos
Titre : Humanité, hostilité et ouverture de l’ordre politique dans la pensée internationale de Carl Schmitt
Revue : Études internationales, Volume 40, numéro 1, mars 2009, p. 73-93
URI : http://id.erudit.org/iderudit/037573ar
DOI : 10.7202/037573ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014