Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 40, numéro 2, 2009, p. 181-199

Les relations transatlantiques dans la période de l’après-guerre froide

Sous la direction de Paul Létourneau et Stephan Martens

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/038274ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Puissance et valeurs au 21e siècleLes termes du débat euro-américain

Stephan Martens

Université Michel de Montaigne / Bordeaux 3

ufr d’études germaniques

Domaine universitaire

F 33607 Pessac Cedex

France

Résumé

Dans l’ordre européen de l’après-guerre, la puissance est faiblement instrumentalisée et peu légitime. L’évolution du débat européen montre le rejet croissant de toute forme de leadership. Si la politique extérieure de l’Union européenne repose sur une vision normative des relations internationales, l’Amérique, pour sa part, y voit une faiblesse. Les États-Unis, aujourd’hui véritable superpuissance, entretiennent un rapport sans complexe avec la puissance, n’hésitant pas à l’employer de manière unilatérale. Si l’Amérique et l’Europe partagent toujours des valeurs communes, les cultures stratégiques divergent et induisent un positionnement différencié sur la scène internationale. Il reste que, face aux défis du début du 21e siècle, les deux rives de l’Atlantique partagent les mêmes intérêts.

Mots-clés : puissance, valeurs, unilatéralisme, multilatéralisme, intérêt national

Keywords : power, values, unilateralism, multilateralism, national interest

Abstract

Since the postwar European settlement, sheer power politics have not been the rule, nor the source of legitimacy. The evolution of European debates led to a rejection of any notion of a European leadership. The external policy of the European Union is based on a normative approach of external relations, which is construed by the US as evidence of weakness. Today, the US, acting as a real superpower, has no qualms about using its power, even unilaterally. America and Europe still share common values, but their strategic cultures differ, and lead to separate positions on the international scene. However, faced with the challenges of the 21st century, both sides of the Atlantic share common interests.

Auteur : Stephan Martens
Titre : Puissance et valeurs au 21e siècle : Les termes du débat euro-américain
Revue : Études internationales, Volume 40, numéro 2, 2009, p. 181-199
URI : http://id.erudit.org/iderudit/038274ar
DOI : 10.7202/038274ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2015