Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
alert

Avis d’interruption de service du 11 au 12 juillet 2016 L’accès à la plateforme et à tous les services web d’Érudit sera interrompu du lundi 11 juillet 2016 à minuit (UTC-4) au mardi 12 juillet à minuit (UTC-4) inclusivement dû à une importante opération technique (migration des services sur de nouveaux serveurs). La migration des services durant toute la semaine, des perturbations pourraient par ailleurs survenir du 13 au 15 juillet. Le retour à la normale est prévu pour le lundi 18 juillet. Veuillez nous excuser pour les inconvénients causés.

FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 40, numéro 4, décembre 2009, p. 545-566

Conflits gelés dans l'espace postsoviétique

Sous la direction de Pierre Jolicoeur et Aurélie Campana

Direction : Gordon Mace (directeur)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/038931ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

L’Union européenne et l’otan face à l’implication de la Russie dans les conflits gelésDeux voies divergentes

Pierre Jolicoeur

Département de science politique et d’économique

Collège militaire royal du Canada

C.P. 17000, succ. Forces

Kingston (Ontario) K7K 7B4

Résumé

Après une contribution remarquable à la stabilisation initiale des conflits gelés de la Communauté des États indépendants, Moscou a progressivement adopté des politiques favorisant les entités sécessionnistes. La remise en question de la neutralité de la Russie impose un réajustement du rôle de la communauté internationale dans la région. Pour des raisons qui leur sont propres, tant l’Union européenne que l’ otan tendent à favoriser la stabilité régionale. Ces deux organisations régionales – qui avaient coordonné leurs politiques à la fin de la guerre froide – ont emprunté des voies différentes au milieu des années 2000. Ainsi, seule l’ ue cherche à s’impliquer dans les processus de paix entourant les conflits gelés. La guerre russo-géorgienne a accentué les divergences entre l’ ue et l’ otan.

Mots-clés : Russie, conflits gelés, Kosovo, otan, Union européenne

Abstract

There is no doubt that Russia’s initial contribution to a stabilisation of frozen conflicts within the cis was remarkable. However, Russia progressively adopted policies clearly favouring the secessionist entities, which casts doubt on the neutrality of Russian mediation. This development calls for a readjustment of the role played by the international community in this region. For their own particular reasons, European Union and nato are both seeking to contribute more actively to regional stability. These organisations – whose efforts used to go hand in hand following the end of the cold war – have adopted divergent policies since the mid-2000s. As a consequence, only the eu is willing to get involved in the peace processes in order to settle the frozen conflicts.

Keywords: Russia, frozen conflicts,, Kosovo, nato, European Union

 Remerciements

L'auteur tient à remercier Antoine Vandemortele pour son assistance.

Auteur : Pierre Jolicoeur
Titre : L’Union européenne et l’otan face à l’implication de la Russie dans les conflits gelés : deux voies divergentes
Revue : Études internationales, Volume 40, numéro 4, décembre 2009, p. 545-566
URI : http://id.erudit.org/iderudit/038931ar
DOI : 10.7202/038931ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2009

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016