Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 42, numéro 2, juin 2011, p. 159-177

Direction : Gordon Mace (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1005824ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

Entre souveraineté copartagée et coopération conditionnelleLe GEMAP au Liberia

Nina Wilén

Recherche et enseignement en politique internationale, Université libre de Bruxelles, 39, av. F.D. Roosevelt, 1050 Bruxelles, Belgique

Nina.Wilen@ulb.ac.be

L'auteure tient à remercier Antoine Sauvage, Julien Béclard, les deux lecteurs anonymes ainsi que David Ambrosetti pour leur aide et leurs conseils précieux.

Résumé

Cet article souhaite examiner la reconstruction de l'État du Liberia par les acteurs externes et propose d'analyser en particulier le Programme d'assistance à la gouvernance et à la gestion de l'économie (GEMAP). Ce programme repose sur des cosignatures par des experts internationaux pour des dépenses étatiques. L'argument soutenu ici est que le Liberia se trouve dans une situation paradoxale, à mi-chemin entre une coopération conditionnelle et une cosouveraineté avec ses partenaires internationaux qui n'est ni volontaire, ni clairement imposée. Pour comprendre ce phénomène, l'auteure adopte un cadre théorique basé sur la path dependency . Cet article étudie donc le fondement et le fonctionnement du GEMAP afi n d'illustrer ce propos.

Mots clés : Liberia, GEMAP, cosouveraineté, path dependency, légitimité

Abstract

This article examines Liberia's reconstruction by external actors and it analyses in particular Liberia's Governance and Economic Management Assistance Programme (GEMAP), a program which implies co-signatures by international experts for state expenditures. The paper argues that Liberia is in a paradoxical situation between conditioned partnership and co-sovereignty with its international partners, which is neither voluntary, nor clearly imposed. The author adopts a theoretical framework based on path-dependency to enhance the understanding of this phenomenon. She analyses the basis and the functions of GEMAP to illustrate this situation.

Key words: Liberia, GEMAP, co-sovereignty, path dependency, legitimacy

Auteur : Nina Wilén
Titre : Entre souveraineté copartagée et coopération conditionnelle : le GEMAP au Liberia
Revue : Études internationales, Volume 42, numéro 2, juin 2011, p. 159-177
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1005824ar
DOI : 10.7202/1005824ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2011

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014