Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 49-65

Le retour des murs en relations internationales

Sous la direction de Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet

Direction : Gordon Mace (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1009139ar

ei
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

Les clôtures de Ceuta et de MelillaUne frontière européenne multidimensionnelle

Said Saddiki

Département de droit public, Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, B. P. 42A, Fès, Maroc 30000

s.saddiki@gmail.com

Résumé

L’étude des clôtures de Ceuta et de Melilla laisse percevoir comment une politique gouvernementale entend concilier les objectifs affichés et les visées occultes. En effet, bien que le gouvernement espagnol ait sans cesse déclaré que les barrières des deux enclaves visent simplement à limiter l’immigration irrégulière, un examen minutieux des différents aspects de cette question conclut à l’existence d’autres objectifs derrière la construction de ces barrières. La politique espagnole tendant à fermer les frontières des deux enclaves participe d’une démarche contradictoire dans la région. Certes, depuis deux décennies, la Méditerranée regorge d’une multitude de projets de coopération culturelle et économique, mais de nouveaux murs matériels et virtuels, destinés à réaliser « la forteresse Europe », s’y sont également édifiés. Cet article entreprend l’étude des aspects controversés des clôtures de Ceuta et de Melilla comme frontières externes de l’Union européenne (ue). Il souligne ensuite le rôle en mutation des clôtures des deux enclaves.

Mots-clés : Relations maroco-espagnoles, frontières de l’ue, immigration irrégulière, barrières

Abstract

Fences of Ceuta and Melilla are an appropriate model to study to what extent governments could harmonize between stated purposes and hidden objectives. Although Spanish government has constantly stated that fences of the two enclaves aim only to stop irregular migration, comprehensive view of various aspects of the issue leads us to conclude the existence of other objectives behind this policy. Spain’s policy of fencing the two enclaves’ borders reflects a contradictory process in the region. While Mediterranean sphere has witnessed during the last two decades an increasing number of cultural and economic cooperation projects, new real and virtual walls have been built in the region to achieve “Fortress Europe”. The paper tries, first, to show the controversial aspects of Ceuta and Melilla fences as the de facto eu southern border. Second, it aims to highlight the changing roles of the two enclaves’ fences.

Keywords: History and status of Ceuta and Melilla, Moroccan-Spanish relations, the eu’s external borders, Illegal immigration

Resumen

El estudio de las vallas de Ceuta y Melilla permite observar la manera en que los gobiernos intentan conciliar sus objetivos explícitos con sus propósitos ocultos. Aunque el gobierno español siempre haya sostenido que las vallas de los dos enclaves tienen como único objetivo el de limitar la inmigración irregular, un examen más detenido de la situación demuestra la existencia de otros objetivos detrás de la construcción de estas barreras. La política española de encerramiento de los dos enclaves es el reflejo de un proceso contradictorio que se lleva a cabo en la región. De un lado, se observa un aumento significativo del número de proyectos de cooperación económica y cultural en las últimas dos décadas en la zona del Mediterráneo. Al mismo tiempo, nuevos muros, reales y virtuales, han sido construidos en esta zona con el fin de consolidar la llamada “Fortaleza Europea”. Este artículo estudia los aspectos más controversiales de las vallas de Ceuta y Melilla como fronteras externas de la Unión Europea así como el papel cambiante estas vallas.

Palabras clave: vallas, muros, fronteras, España, Marruecos

Auteur : Said Saddiki
Titre : Les clôtures de Ceuta et de Melilla : une frontière européenne multidimensionnelle
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 49-65
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1009139ar
DOI : 10.7202/1009139ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014