Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 67-87

Le retour des murs en relations internationales

Sous la direction de Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet

Direction : Gordon Mace (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1009140ar

ei
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Article

Que montrent les murs ?Des frontières contemporaines de plus en plus visibles

Anne-Laure Amilhat Szary

Institut de géographie alpine, Université Joseph Fourier – Grenoble, 14 bis, av. Marie Reynoard, 38100 Grenoble, France

anne-laure.amilhat@ujf-grenoble.fr

Résumé

Les frontières, lignes conventionnelles marquant les limites politiques d’un territoire, fonctionnent de plus en plus comme des dispositifs réticulaires. Pourtant, on assiste à une multiplication d’artefacts matériels sur ces espaces, dont le sens est complexe. On cherche à comprendre ici à la fois la fermeture des paysages de frontière par les murs et la multiplication d’oeuvres d’art sur et autour de ces lignes symboliques. L’illustration par l’étude de la scène artistique et paysagère États-Unis/Mexique permet de mettre en évidence les enjeux du « tournant visuel » théorique que cet article explore.

Mots-clés : frontières, sécurité, murs, coopération, territorialité, regard, simulacre

Abstract

Borders, conventional lines tracing the limits of political territories, work more and more as network devices. However, we witness a multiplication of material artifact in these spaces, which meaning is complex. Here, we aim at understanding both the closing up of border landscape by walls and the multiplication of art works on and around these symbolic lines. The illustration by the analysis of the USA/Mexico landscape and “artscape” allows us to evidence the theoretical “visual turn” which this article explores.

Keywords: borders, security, walls, cooperation, spatiality, gaze, simulacrum

Resumen

Las fronteras, esas líneas convencionales que marcan los límites políticos de un territorio, funcionan cada vez más como dispositivos reticulares. Sin embargo, se observa una compleja multiplicación de artefactos materiales en los espacios que las circundan. Se trata entonces de entender tanto el cierre con muros de los paisajes de frontera, como la proliferación de obras de arte sobre estas líneas simbólicas y alrededor de ellas. El estudio de la escena artística y paisajística USA / México pone en evidencia el “giro visual” teórico que se explora en este artículo.

Palabras clave: fronteras, seguridad, muros, cooperación, territorialidad, mirada, simulacro

Auteur : Anne-Laure Amilhat Szary
Titre : Que montrent les murs ? des frontières contemporaines de plus en plus visibles
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 67-87
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1009140ar
DOI : 10.7202/1009140ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014