Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 121-123

Le retour des murs en relations internationales

Sous la direction de Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet

Direction : Gordon Mace (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1009148ar

ei
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Migration and International Trade. The US Experience since 1945, Roger WHITE, 2010, Cheltenham, UK – Northampton, MA, Edward Elgar Publ., 226 p.

Guillaume Durou

Université Laval

Résumé | Extrait

Qu’ont en commun immigration et commerce ? Que peut-on tirer de cette supposée intimité du commerce entre le pays d’origine et le pays d’accueil ? Que ce soit clair : l’immigration des populations, leur migration ainsi que le commerce international sont des composantes essentielles de la globalisation. L’économiste Roger White offre à cet égard un ouvrage synthétique imposant. Avec Migration and International Trade. The US Experience since 1945, les étudiants aussi bien que les professeurs et les praticiens peuvent désormais avoir accès à une richesse documentaire qui explique la relation entre les immigrants, leur rapport culturel et diasporique ainsi que le commerce international (immigrant-trade link). Vaste projet. En couvrant l’expérience américaine uniquement, et ce, à partir de 1945, White réussit à démontrer l’influence directe des immigrants sur les importations et les exportations américaines. En offrant une synthèse de ce genre (dont l’abondance des informations est assurément pléthorique), Migration and International Trade réalise un double objectif. D’une part, il rassemble un nombre important d’études pivots dans ce domaine, à partir desquelles White brosse un portrait rigoureux de la relation entre ces deux variables et, d’autre part, demeurant suffisamment accessible, il s’impose comme un outil incontournable pour l’étude des politiques publiques et du commerce international des États-Unis.

Dans cinq sections, l’ouvrage offre une vision très riche des phénomènes que sont l’immigration et le commerce ainsi que les rapports distanciés qui subsistent entre le pays d’origine, le pays d’accueil et la circulation des biens incorporés dans l’import-export américain.

Bien qu’il ne soit pas nécessaire de justifier la relation intime entre l’immigration et le commerce, Roger White souligne l’intérêt de le faire. Les éclaircissements sur ce rapport sont fondamentaux à ses yeux, puisqu’ils permettent entre autres de faire tomber les préjugés qui persistent à propos de l’impact des immigrants sur l’économie, mais surtout d’offrir des informations pertinentes sur cette dynamique inapparente et pourtant bien réelle, et de mettre ainsi en oeuvre des politiques publiques optimales.

Cette relation est pourtant beaucoup plus complexe qu’elle ne le laisse à penser. Comment donc l’immigrant influence-t-il le cours du commerce ? White dénote plusieurs attitudes visant à combler la distance entre le pays d’origine et le pays d’adoption dont l’influence décrit les effets directs et indirects sur l’économie. Notons par exemple une notion de préférence (Preference effects) qui stimule l’import de produits d’origine ou encore l’influence de ces importations sur les « résidants intérieurs », jusqu’alors non exposés à certains produits par exemple (Consumption Spillover effects), et sur les habitudes consuméristes qu’ils acquièrent a posteriori. Ce ne sont là que quelques exemples parmi...

Auteur : Guillaume Durou
Ouvrage recensé : Migration and International Trade. The US Experience since 1945, Roger WHITE, 2010, Cheltenham, UK – Northampton, MA, Edward Elgar Publ., 226 p.
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 121-123
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1009148ar
DOI : 10.7202/1009148ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014