Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 135-137

Le retour des murs en relations internationales

Sous la direction de Charles-Philippe David et Élisabeth Vallet

Direction : Gordon Mace (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1009156ar

ei
< Précédent 

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Cultural Diversity, European Identity and the Legitimacy of the eu, Dieter Fuchs et Hans-Dieter Klingemann (dir.), 2011, Cheltenham, UK, Edward Elgar Publ., x + 269 p.

Joseph Pestieau

Cégep de Saint-Laurent

Résumé | Extrait

Ce livre pose la question de la légitimité de l’Union européenne aux yeux de ses citoyens et celle de l’identification de ceux-ci à l’Union, alors que l’ue, en s’élargissant, est devenue de plus en plus diverse culturellement. Il répond à cette double question en recourant à de multiples données statistiques et en les traitant avec précaution. L’ouvrage se divise en trois parties : d’abord une revue des discussions sur la diversité et la légitimité de l’ue, accompagnée de quelques considérations théoriques ; ensuite, des études de cas et des enquêtes statistiques ; enfin, une réflexion sur la formation des attitudes générales positives ou négatives vis-à-vis de l’ue. L’ensemble des contributions forme un tout cohérent et rigoureux. Huit des dix auteurs sont de langue allemande, deux sont de langue française, tous écrivent en anglais et semblent partager un même horizon intellectuel.

L’ouvrage distingue une légitimité fondée sur l’expérience subjective des citoyens, c’est-à-dire sur leur approbation de l’ue, et sur une légitimité fondée sur des considérations théoriques au sujet des institutions et procédures démocratiques de l’Union. C’est évidemment à la première qu’il s’intéresse. Il reconnaît qu’il n’y a pas un peuple européen, que ce peuple est multiple et divisé, que l’ue ne peut rivaliser avec les nations qu’elle rassemble pour l’allégeance de ses citoyens, mais qu’elle constitue un corps politique fondé sur le vouloir vivre ensemble de ses membres, si ce n’est pas sur une culture et une histoire communes. Si l’allégeance nationale est la plus forte, elle ne contredit pas nécessairement celle, plus faible, que l’on porte à l’ue. Les deux peuvent fort bien être complémentaires. Contrairement à des impressions répandues depuis les refus français et néerlandais au projet d’une constitution européenne, le soutien à l’ue n’a pas faibli.

Je m’attarderai sur deux contributions qui me paraissent particulièrement pertinentes et qui se complètent. L’une porte sur la relation entre la tolérance de certaines nations vis-à-vis du multiculturalisme en leur sein et leur acceptation d’une ue elle-même multiculturelle, alors que l’autre porte sur la singularité française. La première commence par distinguer trois types de communautés nationales : il y a d’abord des nations fondées sur une commune ethnicité et excluant les étrangers ; il y a ensuite des nations républicaines, fondées sur le choix des citoyens, mais exigeant l’assimilation des immigrants ; enfin, il y a des nations postnationales, pourrait-on dire, libérales et ouvertes aux différences culturelles. Cette distinction est testée empiriquement et, curieusement, le Royaume-Uni et la France se retrouvent dans la première catégorie. L’auteur montre que les nations de la troisième catégorie s’identifient davantage à l’ue, tandis que celles de la deuxième catégorie s’y identifient moins. Les nations de la première catégorie se prêtent moins...

Auteur : Joseph Pestieau
Ouvrage recensé : Cultural Diversity, European Identity and the Legitimacy of the eu, Dieter Fuchs et Hans-Dieter Klingemann (dir.), 2011, Cheltenham, UK, Edward Elgar Publ., x + 269 p.
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 1, mars 2012, p. 135-137
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1009156ar
DOI : 10.7202/1009156ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014