Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 405-420

Raymond Aron et les relations internationales : 50 ans après Paix et guerre entre les nations

Sous la direction de Jean-Vincent Holeindre

Direction : Louis Bélanger (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1012807ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

La vertu politiqueAron, penseur de l’ami et de l’ennemi

Giulio De Ligio

EHESS - Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron, 105, boulevard Raspail, 75006 Paris, France

giulio.de@libero.it

Résumé

Nous présentons dans cet article les lignes de force du jugement politique de Raymond Aron au regard de la polarité ami-ennemi. À la lumière de cette question, la philosophie politique d’Aron a été réexaminée pour montrer son « intention » et la manière dont elle parvient à rendre raison du « dialogue » entre la politique intérieure et les relations internationales, la norme et l’exception, la « signification » de la politique (ou de l’ami) et la possibilité permanente de la guerre (ou de l’ennemi). L’analyse que fait Aron du « critère » du politique avancé par Carl Schmitt constitue un « cas éminent » de sa démarche. Nous cherchons donc dans cet article à définir « la leçon » du regard aronien en ce qui concerne l’intelligence du monde politique, de ses configurations changeantes et de son véritable sérieux.

Mots-clés : Aron, Schmitt, ami-ennemi, philosophie politique, guerre, le politique

Abstract

In this paper, we introduce the main strengths of Raymond Aron’s political judgment concerning the “friend-enemy” polarity. In light of that question, we revisit Aron’s political philosophy in order to show its “intention” and the way it accounts for to the tension between domestic politics and international relations, norm and exception, the “meaning” of politics (friendship) and the permanent possibility of war (enmity). Aron’s critical analysis of Carl Schmitt’s criterion of the “political” turns out to be a particularly revealing example of Aron’s approach. The article then identifies the “lessons” to be drawn from the Aronian outlook concerning the understanding of the nature of the political world, its changing configurations and its genuine seriousness.

Keywords: Aron, Schmitt, friend-enemy, political philosophy, war, the political

Resumen

En este artículo se presentan las principales líneas de la opinión política de Raymond Aron en lo concerniente a la polaridad amigo-enemigo. A partir de dicha polaridad, se rexamina la filosofía política de Aron con el fin de demostrar su “intención” y la manera como aborda el tenso diálogo entre la política interna y las relaciones internacionales, la norma y la excepción, el significado de la política (la amistad) y el riesgo permanente de guerra (la enemistad). El análisis crítico que Aron hace del “criterio político” de Carl Schmitt es un caso particularmente revelador de su enfoque. El artículo busca así identificar las “lecciones” de la visión aroniana sobre la inteligencia del mundo político, sus configuraciones cambiantes y su verdadera seriedad.

Palabras clave: Aron, Schimtt, amigo-enemigo, filosofía política, guerra, lo político

Auteur : Giulio De Ligio
Titre : La vertu politique : Aron, penseur de l’ami et de l’ennemi
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 405-420
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1012807ar
DOI : 10.7202/1012807ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014