Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 421-438

Raymond Aron et les relations internationales : 50 ans après Paix et guerre entre les nations

Sous la direction de Jean-Vincent Holeindre

Direction : Louis Bélanger (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1012813ar

ei
< PrécédentSuivant >
Article

L’avenir de la guerre dans le monde du commerceRaymond Aron face aux philosophies pessimiste et optimiste de l’histoire

Benjamin Brice

82 rue Masséna, 69006 Lyon - France

benjamin.brice@gmail.com

Résumé

Le monde occidental, et plus particulièrement l’Europe, comprend souvent la mondialisation libérale comme un processus inédit qui saura, à terme, mettre fin au règne de la politique traditionnelle. Ce texte interrogera l’idée d’une progressive disparition de la guerre, à l’aide des réflexions de Raymond Aron sur le sujet. Dans une première partie, nous verrons comment les concepts de « procès » et de « drame » offrent une méthode d’analyse des développements historiques. Puis, dans une seconde partie, nous appliquerons cette grille de lecture à trois grandes causes de conflit (à savoir les passions, l’intérêt économique et les principes) pour montrer que les espérances iréniques doivent se montrer prudentes. La pacification européenne elle-même ne permet pas d’anticiper une fin de la guerre.

Mots-clés : commerce, passions, guerre, Europe, mondialisation, Raymond Aron

Abstract

The West, and especially Europe, often understands globalization as a new process that will eventually challenge the domination of traditional politics. This paper will attempt to question the idea of a gradual disappearance of war in human affairs, using Raymond Aron’s thoughts on the subject. In the first part we will see how the concepts of “procès” (process) and “drame” (drama) provide a method to analyze historical developments. Then, in a second part, we will apply such concepts to three general causes of conflict (namely passions, economic interests and principles) to show that pacifistic hopes must be refrained. Even the pacification in Europe does not mean an end of war.

Keywords: trade, passions, war, Europe, globalization, Raymond Aron

Resumen

En el mundo occidental, y en particular en Europa, a menudo se concibe la globalización liberal como un proceso inédito que tarde o temprano pondrá fin a la política tradicional. Basándose en las reflexiones de Raymond Aron, este artículo cuestiona la idea de la desaparición progresiva de la guerra. En la primera parte se revela cómo los conceptos de “proceso” y de “drama” proporcionan une método de análisis de la evolución histórica. En la segunda parte se aplican dichos conceptos a tres grandes causas de conflicto (las pasiones, el interés económico y los principios) y se demuestra que, incluso en Europa, la pacificación no significa el fin de la guerra.

Palabras clave: comercio, pasiones, guerra, Europa, globalización, Raymond Aron

Auteur : Benjamin Brice
Titre : L’avenir de la guerre dans le monde du commerce : Raymond Aron face aux philosophies pessimiste et optimiste de l’histoire
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 421-438
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1012813ar
DOI : 10.7202/1012813ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014