Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études internationales

Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 478-480

Raymond Aron et les relations internationales : 50 ans après Paix et guerre entre les nations

Sous la direction de Jean-Vincent Holeindre

Direction : Louis Bélanger (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé)  1703-7891 (numérique)

DOI : 10.7202/1012825ar

ei
< PrécédentSuivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

Compte rendu

Immigrant Politics. Race and Representation in Western Europe, Terri E. Givens et Rahsaan Maxwell (dir.), 2012, Boulder/Londres, Lynne Rienner Publishers, 179 p.

Mathieu Forcier

Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Résumé | Extrait

Mettant à contribution de nombreux universitaires européens et états-uniens issus de la science politique et des sciences sociales, cet ouvrage collectif se penche sur la question de l’intégration politique des immigrants en Europe de l’Ouest en se focalisant sur la représentation politique des minorités issues de l’immigration en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Le livre situe cette question dans le contexte d’une conception de plus en plus négative de l’immigration dans le discours politique. Plusieurs questions traversent l’ensemble des chapitres, conférant à ce livre une cohérence interne remarquable pour un ouvrage collectif : Pourquoi la représentation politique des minorités connaît-elle depuis peu une croissance ? Quels rôles y jouent les facteurs conjoncturels et la mobilisation de base ? Pourquoi les partis politiques majeurs souhaitent-ils se diversifier et quel est le rôle politique des représentants des minorités ? En plus des analyses empiriques nationales, l’intérêt de l’ouvrage réside dans sa contribution sur le plan théorique, l’étude prenant en compte plusieurs niveaux d’analyse : individuels, groupaux, locaux, nationaux et supranationaux.

Faisant suite à deux articles introductifs, les chapitres 3 à 6 sont consacrés à l’analyse empirique de chacun des États déjà mentionnés et permettent de voir les différentes dynamiques et les facteurs structurels et institutionnels conditionnant l’intégration politique des minorités. Par exemple, la mobilisation de base des communautés minoritaires a joué un rôle important en Grande-Bretagne, notamment au sein du Labour Party, alors qu’une telle pression n’a pas pu être exercée en Allemagne en raison du mode de scrutin proportionnel et de la faible concentration spatiale des minorités. Nous retiendrons le chapitre de Vincent Geisser et El Yamine Soum avançant que le monde politique français est maintenant marqué par un « multiculturalisme nationaliste ». Ces auteurs notent que les politiciens soutenant le plus la diversification de leurs partis ont aussi tenu un discours xénophobe au sein du débat sur l’identité nationale. La promotion de la diversité se ferait alors tout en réaffirmant la supériorité de l’identité française et en maintenant intactes les structures de pouvoir privilégiant l’élite politique nationale.

Cet ouvrage nous renseigne sur d’importantes disparités au regard de la représentativité, allant du cas français (une seule députée d’origine non européenne) au néerlandais où la proportionnalité est atteinte. Il ne se borne toutefois pas à cet aspect numérique et analyse plutôt le rôle et le poids politiques des représentants. Ainsi, l’intérêt du chapitre sur les Pays-Bas réside dans la présentation du fait que, malgré un succès sur le plan de la représentation politique des minorités, les élus issus de l’immigration sont demeurés impuissants et silencieux dans le débat ayant remis en question le...

Auteur : Mathieu Forcier
Ouvrage recensé : Immigrant Politics. Race and Representation in Western Europe, Terri E. Givens et Rahsaan Maxwell (dir.), 2012, Boulder/Londres, Lynne Rienner Publishers, 179 p.
Revue : Études internationales, Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 478-480
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1012825ar
DOI : 10.7202/1012825ar

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014