Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>
2011-2013 2001-2010 1991-2000 1981-1990 1971-1980 1970

Institution :

Usager en libre accès

Vous êtes abonné(e)s

Accès sous abonnement

Non accessible en raison du droit d'auteur


Études internationales

Direction : Louis Bélanger (directeur) et Richard Ouellet (directeur adjoint)

Rédaction : Pauline Curien (rédactrice en chef)

Éditeur : Institut québécois des hautes études internationales

ISSN : 0014-2123 (imprimé) 1703-7891 (numérique)

ei

Volume 43, numéro 3, septembre 2012, p. 319-492Raymond Aron et les relations internationales : 50 ans après Paix et guerre entre les nations

Sous la direction de Jean-Vincent Holeindre

Tout sélectionner  Tout désélectionner  Enregistrer votre sélection  Voir votre liste de notices
Masquer les résumés
   

Louis Bélanger

Avant-propos du directeur de la revue : un numéro de transition exceptionnel

Pages 319–320

[HTML]  [PDF 20 ko]  [Notice

   

Jean-Vincent Holeindre

Introduction : Raymond Aron, un classique de la pensée internationale ?

Pages 321–338

[HTML]  [PDF 206 ko]  [Notice]  [Plan

   

Raymond Aron

Clausewitz et notre temps

Pages 339–370

[HTML]  [PDF 361 ko]  [Notice]  [Plan

   

Dario Battistella

Raymond Aron, réaliste néoclassique

Pages 371–388

[HTML]  [PDF 518 ko]  [Résumé

Résumé

Successivement apprécié, critiqué, et oublié, Raymond Aron a toujours été difficile à classer au sein de la discipline des Relations internationales. Parmi les recensions récentes dont son oeuvre a fait l’objet, celle de Michael Doyle fait une proposition intéressante, en y voyant un réaliste constitutionnaliste. Notre contribution se propose d’approfondir cette piste en montrant qu’Aron est en fait un réaliste néoclassique avant la lettre. Après avoir rappelé les points communs qu’Aron partage avec le réalisme classique de Morgenthau et le néoréalisme de Waltz, cet article démontre les affinités à la fois ontologiques et épistémologiques entre l’internationaliste français et les réalistes néoclassiques nord-américains qui ignorent qu’ils ignorent Aron.

   

Gwendal Châton

Pour un « machiavélisme postkantien » : Raymond Aron, théoricien réaliste hétérodoxe

Pages 389–403

[HTML]  [PDF 173 ko]  [Résumé]  [Plan

Résumé

Raymond Aron est souvent décrit comme l’un des grands théoriciens du réalisme moderne. Cette manière de l’insérer dans les taxinomies traditionnelles doit cependant être interrogée. Une lecture attentive de son oeuvre permet en effet de constater qu’Aron a élaboré une approche singulière sur la base d’une double critique : celle d’une tradition libérale qui a généré des projets jugés illusoires ; celle d’un réalisme de guerre froide qui s’est mué en idéologie simplificatrice. L’originalité de l’approche aronienne réside donc dans la tentative de surmonter l’opposition classique de ces deux « écoles », en conservant la meilleure part de chacune d’elles. C’est pourquoi on propose d’envisager Raymond Aron comme un théoricien réaliste hétérodoxe, comme le tenant d’un « machiavélisme postkantien ».

   

Giulio De Ligio

La vertu politique : Aron, penseur de l’ami et de l’ennemi

Pages 405–420

[HTML]  [PDF 191 ko]  [Résumé]  [Plan

Résumé

Nous présentons dans cet article les lignes de force du jugement politique de Raymond Aron au regard de la polarité ami-ennemi. À la lumière de cette question, la philosophie politique d’Aron a été réexaminée pour montrer son « intention » et la manière dont elle parvient à rendre raison du « dialogue » entre la politique intérieure et les relations internationales, la norme et l’exception, la « signification » de la politique (ou de l’ami) et la possibilité permanente de la guerre (ou de l’ennemi). L’analyse que fait Aron du « critère » du politique avancé par Carl Schmitt constitue un « cas éminent » de sa démarche. Nous cherchons donc dans cet article à définir « la leçon » du regard aronien en ce qui concerne l’intelligence du monde politique, de ses configurations changeantes et de son véritable sérieux.

   

Benjamin Brice

L’avenir de la guerre dans le monde du commerce : Raymond Aron face aux philosophies pessimiste et optimiste de l’histoire

Pages 421–438

[HTML]  [PDF 202 ko]  [Résumé]  [Plan

Résumé

Le monde occidental, et plus particulièrement l’Europe, comprend souvent la mondialisation libérale comme un processus inédit qui saura, à terme, mettre fin au règne de la politique traditionnelle. Ce texte interrogera l’idée d’une progressive disparition de la guerre, à l’aide des réflexions de Raymond Aron sur le sujet. Dans une première partie, nous verrons comment les concepts de « procès » et de « drame » offrent une méthode d’analyse des développements historiques. Puis, dans une seconde partie, nous appliquerons cette grille de lecture à trois grandes causes de conflit (à savoir les passions, l’intérêt économique et les principes) pour montrer que les espérances iréniques doivent se montrer prudentes. La pacification européenne elle-même ne permet pas d’anticiper une fin de la guerre.

   

Jean-Vincent Holeindre

Survivre, c’est vaincre ? la pensée stratégique de Raymond Aron à l’épreuve des guerres de notre temps

Pages 439–457

[HTML]  [PDF 212 ko]  [Résumé]  [Plan

Résumé

Raymond Aron, comme Clausewitz, est un théoricien soucieux de comprendre la nature de la guerre et un témoin attentif à ses mutations. Sa pensée n’est pas systématique comme celle du stratège prussien, mais elle éclaire le contexte stratégique contemporain sur trois points. Son approche des systèmes internationaux conduit d’abord à définir le système actuel comme multipolaire et hétérogène. Sa typologie des guerres montre ensuite que la guerre interétatique se trouve débordée depuis 1945 par la dissuasion nucléaire et les guérillas. Son approche des rapports entre démocratie et guerre met enfin en lumière une dissonance entre les principes libéraux qui gouvernent les démocraties occidentales à l’intérieur et le caractère hégémonique de leur intervention militaire à l’extérieur.

 

Comptes rendus  

 

Théorie, méthode et idées  

   

Irving Lewis

Role Theory in International Relations. Approaches and Analyses, Sébastien Harnisch, Cornelia Frank et Hanns W. Maull, 2011, Londres et New York, Routledge, 322 p.

Pages 459–461

[HTML]  [PDF 37 ko]  [Notice

   

Luc Sindjoun

A Whole New World. Reinventing International Studies for the Post-Western World, Pierre P. Lizée, 2011, New York, Palgrave Macmillan, 250 p.

Pages 461–463

[HTML]  [PDF 36 ko]  [Notice

 

Droit international  

   

Guillaume Durou

Le droit international libéral-providence. Une histoire du droit international, Emmanuelle Jouannet, 2011, Bruxelles, Université libre de Bruxelles et Bruylant, 351 p.

Pages 463–465

[HTML]  [PDF 38 ko]  [Notice

   

Hamdouni Saïd

Leçons de droit international public, Marc Perrin de Brichambaut et Jean-François Dobelle, avec la contribution de Frédérique Coulée, 2011, 2e éd., Paris, Presses de Sciences Po et Dalloz, 700 p.

Pages 465–467

[HTML]  [PDF 38 ko]  [Notice

 

Économie internationale  

   

Claude Comtois

Economic Geographies of Globalisation. A Short Introduction, Martin Sokol, 2011, Northampton, MA, Edward Elgar, 198 p.

Pages 467–469

[HTML]  [PDF 35 ko]  [Notice

 

Histoire  

   

Louis Clerc

De l’esprit de la Résistance jusqu’à l’idée de l’Europe. Projets européens et américains pour l’Europe de l’après-guerre (1940-1950), Veronika Heyde, 2010, coll. Euroclio no 52, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 470 p.

Pages 470–471

[HTML]  [PDF 27 ko]  [Notice

 

Organisations internationales  

   

André Dumoulin

Les organisations régionales européennes et la gestion des conflits. Vers une régionalisation de la sécurité ?, Gaëlle Pellon et Michel Liégeois (dir.), 2010, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 353 p.

Pages 471–473

[HTML]  [PDF 38 ko]  [Notice

   

Noémie Latendresse-Desmarais

The World Food Programme in Global Politics, Sandy Ross, 2011, Londres, FirstForumPress, 308 p.

Pages 473–475

[HTML]  [PDF 36 ko]  [Notice

   

André Dumoulin

ABC des Nations Unies, Organisation des Nations Unies, 2012, Bruxelles, Bruylant, 342 p.

Pages 475–476

[HTML]  [PDF 26 ko]  [Notice

 

Études stratégiques et sécurité  

   

Laurence Basset

Cyberattaque et cyberdéfense, Daniel Ventre, 2011, Paris, Lavoisier, 312 p.

Pages 476–478

[HTML]  [PDF 37 ko]  [Notice

 

Mondialisation  

   

Mathieu Forcier

Immigrant Politics. Race and Representation in Western Europe, Terri E. Givens et Rahsaan Maxwell (dir.), 2012, Boulder/Londres, Lynne Rienner Publishers, 179 p.

Pages 478–480

[HTML]  [PDF 38 ko]  [Notice

 

Analyse de politique étrangère  

   

Deniz Akagül

Turkey and Its Neighbours. Foreign Relations in Transition, Ronald H. Linden et al., 2011, Londres, Lynne Renner Publishers, 258 p.

Pages 480–482

[HTML]  [PDF 38 ko]  [Notice

   

Jacques Paquet

Shifting the Balance. Obama and the Americas, Abraham F. Lowenthal, Theodore J. Piccone et Laurence Whitehead (dir.), 2011, Washington, DC, Brookings Institution Press, 193 p.

Pages 482–484

[HTML]  [PDF 37 ko]  [Notice

   

Irving Lewis

Ethical Foreign Policy ? US Humanitarian Interventions, Chih-Hann Chang, 2011, coll. Ethics and Global Politics, Burlington, VT, Ashgate, 198 p.

Pages 484–486

[HTML]  [PDF 37 ko]  [Notice

 

Régions - Afrique  

   

Frédéric Lasserre

Les déterminants de la paix et de la guerre au Congo-Zaïre, Nissé Nzereka Mughendi, 2011, Bruxelles, Peter Lang AG, 394 p.

Pages 486–487

[HTML]  [PDF 25 ko]  [Notice

 

Régions - Amériques  

   

Guillermo R. Aureano

Corruption and Politics in Latin America : National and Regional Dynamics, Stephen D. Morris et Charles H. Blake, 2011, Londres, Lynne Rienner Publishers, 287 p.

Pages 488–489

[HTML]  [PDF 27 ko]  [Notice

 

Régions - Asie  

   

Jean-François Fortin

Asia’s Free Trade Agreements. How is Business Responding ?, Masahiro Kawai et Ganeshan Wignaraja (dir.), 2011, Northampton, MA, Edward Elgar, 288 p.

Pages 489–491

[HTML]  [PDF 39 ko]  [Notice

 

Régions - Moyen-Orient  

   

Kathia Légaré

Liban-Syrie : inextricables destins ? Étude des relations libano-syriennes de 1998 à 2006, Élisabeth Meur, 2012, coll. Géopolitique et résolution des conflits, no 11, Bruxelles, Centre d’étude des crises et des conflits internationaux

Pages 491–492

[HTML]  [PDF 25 ko]  [Notice

URI : http://www.erudit.org/revue/ei/2012/v43/n3/

Tous droits réservés © Études internationales, 2012

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2014