Érudit - Promouvoir et diffuser la recherche
FrançaisEnglishEspañol
 

Recherche détaillée

.

Année Volume Numéro Page 
>

Institution :

Usager en libre accès

Études littéraires africaines

Numéro 41, 2016, p. 1

Le théâtre de Sony Labou Tansi

Sous la direction de Julie Peghini et Xavier Garnier

Direction : Pierre Halen (directeur)

Rédaction : Nathalie Carré (rédactrice en chef)

Éditeur : Association pour l'Étude des Littératures africaines (APELA)

ISSN : 0769-4563 (imprimé)  2270-0374 (numérique)

DOI : 10.7202/1037785ar

ela
 Suivant >

Abonnement requis!

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Toutes les archives des revues diffusées sur Érudit sont en accès libre (barrière mobile de 2 ou 3 ans). Pour plus d’information, consulter la page Abonnements et politique d’accès.

Pour abonner votre institution : erudit-abonnements@umontreal.ca.
En cas de problème d’accès : erudit@umontreal.ca.

Connexion (abonné individuel)

 

Alain Ricard nous a quittés

Xavier Garnier

Président de l’Apela

Résumé | Extrait

Alain Ricard nous a quittés Il y a une trentaine d’années, avec quelques collègues et amis africanistes, Alain Ricard fondait l’Apela, notre « Association pour l’Étude des Littératures Africaines ». La nouvelle de son décès, ce 27 août, a déclenché une avalanche de messages envoyés depuis le monde entier, notamment via notre liste de diffusion et les réseaux sociaux. La disparition d’Alain Ricard est une perte immense pour la recherche consacrée aux littératures de l’Afrique, mais son oeuvre restera très longtemps consultée, étudiée et débattue par de nombreux chercheurs. C’était un innovateur. Comme il aimait à le dire lui-même, et encore tout récemment dans le dernier texte qu’il a écrit, chacun de ses ouvrages est « indiscipliné »… mais toujours si fécond ! Il pensait que la littérature était un art de passer les frontières et il a su nous emmener avec lui dans ses itinérances, à la recherche, assez souvent, d’autres passeurs de frontières disciplinaires, linguistiques ou culturelles, voire de frontières esthétiques ou médiatiques. Il était un incroyable dynamiseur de recherche… Il aimait les contacts humains, les provoquait, entretenait et nourrissait ses amitiés avec vigilance, ferveur et surtout une rare constance. Les Études littéraires africaines, qui ont grandi avec l’association, en ont régulièrement bénéficié. La Rédaction prépare d’ores et déjà une publication qui rendra hommage à son travail et en fera le bilan. En attendant, les témoignages sont innombrables de ceux qui se sont sentis sincèrement écoutés, lus, soutenus par lui. Il avait une capacité d’écoute rare et une confiance sans limite dans l’intelligence de chacun, dans la dignité de chaque langue, dans la modernité de toute oeuvre, dans l’humanité fondamentale de chaque culture. Alain Ricard n’est pas parti. Son humanité est là, avec nous, elle nous porte et continuera d’accompagner le travail de toute la communauté des chercheurs et chercheuses en littératures de l’Afrique.

Auteur : Xavier Garnier
Titre : Alain Ricard nous a quittés
Revue : Études littéraires africaines, Numéro 41, 2016, p. 1
URI : http://id.erudit.org/iderudit/1037785ar
DOI : 10.7202/1037785ar

Tous droits réservés © Association pour l'Étude des Littératures africaines (APELA), 2016

À propos d'Érudit | Abonnements | RSS | Conditions d’utilisation | Pour nous joindre | Aide

Consortium Érudit ©  2016